l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs  Forum Index

l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs
La vérité sur le triple crime le plus célèbre .

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Le juge Carrias s'exprime

 
Post new topic   Reply to topic    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Forum Index -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> Pourquoi sont-ils forcément coupables ?
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Nicolas


Offline

Joined: 02 Dec 2008
Posts: 4,660
Localisation: rhone-alpes
Masculin

PostPosted: 2010-04-03, 02:20    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
Bonjour ,

Suite au livre de W Reymond et à la thèse de l'espionnage le juge Carrias peu de temps avant sa mort a tenu
a donner son sentiment basé sur les faits .
En voici un extrait :

.......Le lendemain matin, nouveau pied-de-nez, à la Justice cette fois: au juge Périès qui se rend près de lui, assisté du greffier Barras, le vieux roublard déclare qu’il n’est pas le meurtrier, mais qu’il désire confirmer sa déposition au commissaire Sébeille, dans le seul but de sauver l’honneur de ses petits-enfants. Il précise qu’étant le plus vieux de la famille, il doit se sacrifier pour elle. Sur ces paroles, le juge se retira, puis revint un moment plus tard et recueillit alors des aveux sans réticence. Une confrontation eut lieu l’après-midi entre Gaston et son fils Gustave. Celui-ci rappela que son père lui avait dit être le meurtrier, dès 4 heures le matin du crime. Gaston Dominici se borna à répondre « Je vous remercie Monsieur Gustave ». Un mois plus tard, enfin, Yvette Dominici déclarait au juge Périès qu’après s’être levé un moment dans la nuit du crime, Gustave était revenu en lui disant que son père venait de tuer et qu’il se demandait bien pourquoi il avait fait cela.

Par la suite, Gaston, Gustave et Yvette devaient se rétracter, le premier ne cessant toutefois jamais de faire peser des soupçons sur le second, par des allusions généralement imprécises. Seul, Clovis restait sur sa position, ce qui le faisait mettre au ban de la famille.

Durant les quatre journées de novembre, nous voyons donc une progression dramatique qui conduit d’abord Gustave Dominici à s’effondrer en larmes sous la pression psychologique exercée sur lui par le commissaire Sébeille et le juge Périès. Ceux-ci ont dû être surpris qu’au lieu d’avouer sa propre culpabilité, il dénonce son père, car il apparaissait jusque là comme le premier suspect. Leur doute était néanmoins levé lorsque, sachant que son frère avait parlé, Clovis ne faisait aucune difficulté pour reconnaître que c’était bien leur père l’auteur du crime. Informé des accusations de ses deux fils, le père se trouvait à son tour dans un état de détresse psychologique qui ne devait pas lui permettre de prolonger longtemps sa résistance. Mais, roublard, il refusait au commissaire Sébeille la satisfaction de recueillir ses aveux. Dans un moment d’émotion, sanglotant lui aussi, il se confiait spontanément au plus humble des acteurs du drame, puis à un commissaire qui avait gagné sa confiance sans même la rechercher. C’est cette spontanéité, intervenant au terme d’une progression conforme à la logique, qui emporte ma conviction.

On peut m’opposer tous les repentirs, les dénégations, les incohérences, quelques invraisemblances même, qui parsèment les déclarations recueillies au cours de cette progression. Je reconnais que, selon la sensibilité de chacun, ils peuvent ou non faire naître le doute, et je respecte ceux en qui il naît. Mais j’ai déjà dit qu’au contraire, en ce qui me concerne, et je ne suis pas le seul, ils renforcent ma conviction. C’est le langage des Dominici dans cette affaire: ils ne savent rien dire sans aussitôt l’atténuer, le modifier, le rétracter. Il faut s’habituer à ce langage, le décrypter, et la solution apparaît.

Cette spontanéité des aveux de Gaston Dominici gêne évidemment la défense. Le film dans lequel Jean Gabin joue le rôle du patriarche présente le point de vue de celle-ci; Claude Bernard-Aubert a été conseillé par Maître Pollak. Aussi y passe-t-on très vite sur la scène des aveux, présentée en raccourci.

o Les éléments matériels.

Cet élément psychologique de conviction serait à lui seul déterminant. Sans être négligeables, les éléments matériels qui s’y ajoutent ne me paraissent pas aussi déterminants. Ainsi, en même temps que la carabine, les premiers enquêteurs avaient trouvé sur les lieux du triple crime des étuis vides percutés, des cartouches pleines non percutées et un chargeur vide. Or six ou sept coups de feu seulement avaient été entendus dans la nuit, alors que la contenance de ce chargeur était de quinze cartouches. Du plus, après avoir épuisé ses munitions, le meurtrier avait dû, pour achever la petite Elisabeth, lui fracasser le crâne avec la crosse de l’arme. On pouvait en déduire qu’il connaissait mal le maniement d’une carabine semi-automatique. Sur ce type d’arme, il suffit, en effet, d’actionner le levier d’armement avant de tirer le premier coup; ensuite chaque déflagation réarme la carabine et la met en position de tirer le coup suivant. Si le tireur actionne néanmoins le levier, il éjecte chaque fois une cartouche pleine, non percutée, et gaspille ainsi la moitié de ses munitions.

Le bruit a couru avec persistance, parmi les policiers et les journalistes qui ont suivi l’affaire, et continue de courir aujourd’hui encore, que, lors de la reconstitution du 16 novembre 1953, tel aurait été le comportement de Gaston Dominici. Si cette circonstance était formellement établie, elle constituerait contre lui une charge matérielle accablante: il aurait signé son crime. Mais elle n’est pas mentionnée dans le procès-verbal de la reconstitution. Et il apparaît, au contraire, dans la suite de la procédure que les gestes du vieillard n’avaient pas permis de se rendre compte s’il connaissait le fonctionnement de la carabine dont il déclarait s’être servi pour la première fois la nuit du crime; il se serait, en effet, borné à mimer chaque coup de feu sans indiquer s’il avait chaque fois réarmé comme l’avait probablement fait le meurtrier. Il est vrai que cette erreur aurait été plausible de la part d’un homme qui avait accompli son service militaire en 1898, à une époque où les armes semi-automatiques n’existaient pas. Elle n’aurait probablement pas été commise par un tireur jeune, instruit du fonctionnement des armes modernes, et certainement pas par un tueur professionnel.

De plus, je tiens de Roger Périès que, lors de cette reconstitution, mimant la poursuite de la fillette, le vieil homme avait ajusté l’inspecteur Amédée qui en jouait le rôle, en disant: « Pan, une dans le pont ! ». Et un impact de balle a été retrouvé sur le parapet en pierre du pont, dans la direction qu’il avait visée.

Les circonstances du tir font ainsi penser à une opération improvisée. En tout cas, elles ruinent la thèse du crime commis par une équipe de truands chevronnés. Il faudrait imaginer que ces tueurs soient venus commettre leur forfait préparé de longue date, munis d’une carabine rafistolée dont aucun d’eux n’aurait su se servir correctement. Sans doute, William Reymond croit-il à l’existence d’une seconde et peut-être même d’une troisième arme, mais nous verrons plus loin qu’il ne peut pas le prouver.

Quant à Gustave, les soupçons portés sur lui doivent-ils, pour autant, être entièrement levés ? Je répondrai plus loin à cette question. Examinons auparavant les éléments qui, en plus de la spontanéité des aveux de Gaston Dominici et des indices matériels que je viens de relever, viennent encore étayer mon intime conviction de sa culpabilité.

o La seconde instruction
_________________
Cordialement.


Last edited by Nicolas on 2011-12-30, 09:42; edited 1 time in total
Back to top
Nicolas


Offline

Joined: 02 Dec 2008
Posts: 4,660
Localisation: rhone-alpes
Masculin

PostPosted: 2010-04-03, 02:22    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

bonjour ,

Gaston : 
Quote:
Quote:
Pan, une dans le pont ! ».

Et un impact de balle a été retrouvé sur le parapet en pierre du pont, dans la direction qu’il avait visée.

Alors ? Comment Gaston le savait -il ?

_________________
Cordialement.
Back to top
Picanto
Guest

Offline




PostPosted: 2010-04-03, 17:56    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonjour à tous

A Nicolas

Pour répondre à ta question çi-dessus ( essayer ) :

Gaston se rappelant fort bien avoir tiré sur la fillette, en direction du pont, se souvient
également que le landemain 5 aout, il a vu de ses yeux cette marque dans la pierre
( encore visible de nos jours ) peut-être en même temps que le capitaine Albert qui
l'a signalée.

Il est certain que sur cette pierre, déjà patinée à l'époque, un éclat tout frais devait
être bien visible.

Parole imprudente de sa part, ou confirmation voulue de ses avoeux ?

Cordialement Picanto
Back to top
Nicolas


Offline

Joined: 02 Dec 2008
Posts: 4,660
Localisation: rhone-alpes
Masculin

PostPosted: 2010-04-03, 21:13    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

bonsoir picanto ,

Quote:
peut-être en même temps que le capitaine Albert quil'a signalée.


Il est vrai qu'il y en avaient des oreilles qui trainaient autour des enquêteurs ..!


_________________
Cordialement.
Back to top
Nicolas


Offline

Joined: 02 Dec 2008
Posts: 4,660
Localisation: rhone-alpes
Masculin

PostPosted: 2010-04-04, 06:46    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonjour ,
salut Picanto ,

 Il y a aussi cette phrase de Gaston qu'il n'a pas pu entendre de la part des enquêteurs : " à partir de là (le murier ) elle a crié "

Pourquoi ce détail inédit ?

De toute évidence Gaston y était si l'on s'en tient à cette déclaration ..
_________________
Cordialement.
Back to top
Philfrank


Offline

Joined: 24 Oct 2012
Posts: 18
Localisation: Charente-Maritime
Masculin

PostPosted: 2012-11-21, 10:33    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonjour à tous,

Cette parole lâchée au juge d'instruction par Gaston "Et pan dans le parapet" est pour moi un aveu et montre bien qu'il a poursuivi,visé et tiré sur la petite Elizabeth qui courait devant lui. Elle met à mal la thèse du transport du corps de l'enfant et la polémique inutile sur l'état de la plante des pieds de la pauvre petite. C'est à mon avis un élément essentiel du dossier mais figure-t' il vraiment dans le P.V. d'assistance à reconstitution ou n'est ce qu'une confidence faite hors procédure par Mr Periés à Mr Carrias ?
Back to top
gorenflo


Offline

Joined: 03 Dec 2008
Posts: 1,505
Localisation: BdR
Masculin

PostPosted: 2012-11-21, 11:43    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonjour Philfranck, 
Bonjour à tous, 


Cette remarque de Gaston rapportée à Carrias par Périès ne figure pas dans le PV que le juge a établi à la suite de la reconstitution. C'est regrettable. 
Cela dit, si Carrias l'écrit, et il l'écrit, c'est donc que c'est vrai. On n'imagine pas Carrias s'amuser à inventer cette phrase. 


Mais le problème c'est qu'à la lecture du texte de Carrias, on pourrait croire que c'est après la phrase de Gaston que, soudainement, on découvre l'impact 
de balle sur le parapet du pont. Or, ce n'est pas du tout cela. Cet impact, ou plutôt ces impacts faudrait-il dire car on relève deux traces sur le pont (la question 
a été détaillée dans un autre chapitre, je vais rechercher) a été "découvert" par le capitaine Albert au mois d'août 1952. 


Il s'agissait donc d'un élément connu depuis plusieurs mois à l' époque de la reconstitution. Gaston Dominici était-il au courant ? Evidemment, il est difficile de 
répondre mais cela est fort probable. Les enquêteurs de l'époque (Sébeille, Constant) disent bien que Gaston était à l'affût de tout, que dès qu'ils parlaient à Gustave
ou quelqu'un d'autre, Gaston pointait le bout de son nez pour entendre ce qui allait se dire. 


De plus, les gendarmes traînaient régulièrement dans le coin et je suis bien certain que les Dominici, mine de rien, discutaient avec eux, comme avec les 
policiers, pour tenter de savoir ce qu'ils avaient comme informations. Et ne parlons pas des journalistes qui ne cessaient, durant les premières semaines 
de suivre les policiers à la trace.


Tout cela pour dire qu'il n'est pas inconcevable que Gaston ait rajouté cette phrase pour, justement, rendre plus crédible cette reconstitution. Car il ne faut 
jamais oublier que Gaston Dominici était un sacré menteur, comme d'ailleurs tous les membres du clan, sans exception. Même Clovis a menti. Gaston avait 
manifestement menti lors de ses aveux, racontant cette histoire ahurissante de séduction de lady Anne, au sol, à quelques mètres de son mari. Et d'autres 
choses encore. Pourquoi devrait-on considérer que sur ce point il dit vrai ? 


A contrario, il est certain que si l'impact de balle avait été découvert à la suite de la déclaration de Gaston durant la reconstitution, alors là, en effet, on aurait 
pu dire que c'était un élément déterminant. Mais ça n'a pas été le cas. 


Cordialement.   
Back to top
Philfrank


Offline

Joined: 24 Oct 2012
Posts: 18
Localisation: Charente-Maritime
Masculin

PostPosted: 2012-11-21, 12:05    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

C'est sûr que si les enquêteurs de l'époque (policiers ou gendarmes) ont donné aux Dominici des éléments d'enquête primordiaux que sont les constatations sur une scène de crime alors là... il n'y a plus rien à faire pour faire jaillir la vérité ! Crying or Very sad

Et le juge Périès a fait une bourde en ne mentionnant pas dans son procès-verbal cette phrase de Gaston au cours de la reconstitution! Rolling Eyes
Back to top
gorenflo


Offline

Joined: 03 Dec 2008
Posts: 1,505
Localisation: BdR
Masculin

PostPosted: 2012-11-21, 12:31    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Philfrank wrote:
C'est sûr que si les enquêteurs de l'époque (policiers ou gendarmes) ont donné aux Dominici des éléments d'enquête primordiaux que sont les constatations sur une scène de crime alors là... il n'y a plus rien à faire pour faire jaillir la vérité ! Crying or Very sad




Attention, je ne garantis pas que cet élément a été communiqué aux Dominici mais je pense, compte tenu de ce que l'on sait du contexte de l'époque, qu'il a très bien pu être divulgué. 
D'autant que le pont en question se trouve au beau milieu des terres des Dominici, à 150 mètres de la maison, et que des allées et venues, constatations, photos, ont dû être faites. 


Et si un Dominici a vu ça, je suis bien certain qu'il s'est pointé dare-dare pour savoir ce qui se passait. 

Il faudra que je recherche dans ma volumineuse documentation si je trouve quelque chose là-dessus. 


Cordialement.  
Back to top
Nicolas


Offline

Joined: 02 Dec 2008
Posts: 4,660
Localisation: rhone-alpes
Masculin

PostPosted: 2012-11-21, 18:41    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonjour à tous , 


Je comprends tout à fait le raisonnement de Gorenflo si bien documenté (ici on ne parle pas dans le vide. Lol ).. 


A contrario , on pourrait dire que si cet impact a été découvert dès le mois d'août , c'est que Gaston qui ,à cette époque ne l'avait pas encore inventé , n'a pu influencer personne pour l'intégrer dans le scénario du crime . Le Cne Albert , donc tout seul , avait de bonnes raisons de le faire . En effet , il ne s'agit pas , comme on le sait , de n'importe quel impact mais d'une trace qui a tout l'air d'une trace de balle  diminuendo et qui plus est, dans la direction exacte du capot de l'Hillmann .  Rolling Eyes
Cela fait une coïncidence assez troublante . 
On a tout lieu de penser aussi que cette balle est partie d'un côté et sa chemise de l'autre ( Retrouvée sur la ballast à l'est du pont . dans la direction opposée au tir supposé . ) Ce qui n'a pas manqué, alors, de provoquer ce sifflement si caractéristique de balle ricochant ( en fait la chemise ) qui siffle en tournoyant ; ce que Gaston a pu donc parfaitement entendre dans la nuit ...ce qui lui ferait dire 
"pan! dans le pont " . Sinon il n'aurait pu en être certain .

Mais ce n'est qu'une supposition de plus . Gorenflo lui , ne s'en tient qu' AUX FAITS bien entendu . Et c'est très bien ainsi pour ne pas partir dans tous les sens .
_________________
Cordialement.


Last edited by Nicolas on 2013-01-25, 12:33; edited 1 time in total
Back to top
lestiw


Offline

Joined: 02 Mar 2012
Posts: 6
Localisation: liege
Masculin

PostPosted: 2012-11-25, 14:33    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonjour, ça fait quelques mois que je fréquente ce forum, mais c'est la première fois que je poste.


Etant passionné par l'affaire, j'ai acheté récemment des journaux d'époque.( assez chers d’ailleurs) 


Et notamment le détective n°321 du 25 août 1952 avec une photo de gustave en première page.


Dans celui-ci , on parle de l'impact de balle sur le parapet du pont.  On peut donc supposé que les dominici ait lu ses informations.




On parle également du morceau de chair humaine retrouvé sur le pare-choc arrière de la voiture. (pourtant si mes souvenirs sont bon , sébeille dans son livre disait être le seul avec ses enquêteurs à être au courant ).
Back to top
gorenflo


Offline

Joined: 03 Dec 2008
Posts: 1,505
Localisation: BdR
Masculin

PostPosted: 2012-11-25, 18:55    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonsoir lestiw, 
Bonsoir à tous, 


Ça c'est intéressant.  Okay    Si ces éléments ont été divulgués dans la presse à la fin août 1952, on peut être certain que les Dominici les connaissaient donc. 


Vous pouvez scanner les pages en question et les joindre à un message. Ce serait très bien de les publier. 


Cordialement. 
Back to top
Tartarin
Guest

Offline




PostPosted: 2012-11-25, 19:38    Post subject: Pourquoi sont-ils forcément coupables ? Reply with quote

Bonjour,

Mon avis est que vu leur degré de responsabilité dans cette affaire, il apparaît évident que la famille en question était sur le qui-vive quand à toutes les informations provenant de la presse qui pouvaient leur être utile pour exploiter et adapter par la suite leur discours préalablement "concocté "en famille...

TARTARIN
Back to top
lestiw


Offline

Joined: 02 Mar 2012
Posts: 6
Localisation: liege
Masculin

PostPosted: 2012-11-25, 22:19    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonsoir,


Je n'ai pas d'imprimante,en attendant , j'ai fais quelques photos, pour ne pas vous faire trop attendre.




           http://www.sendspace.com/file/ecmhgh


            http://www.sendspace.com/file/0dyna6


           http://www.sendspace.com/file/o79byl


            http://www.sendspace.com/file/hfwo8u








Voilà,j'espère que ça fonctionne 
Back to top
gorenflo


Offline

Joined: 03 Dec 2008
Posts: 1,505
Localisation: BdR
Masculin

PostPosted: 2012-11-25, 23:30    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Merci pour les photos. Je les remets sous une autre forme, plus accessible. 


Cordialement. 








Back to top
gorenflo


Offline

Joined: 03 Dec 2008
Posts: 1,505
Localisation: BdR
Masculin

PostPosted: 2012-11-25, 23:35    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bon, ça n'a pas l'air terrible en cliquant sur les photos. Il est possible de les télécharger en mettant en surbrillance les liens qui se trouvent dans le message de lestiw. Ensuite, clic droit et clic gauche sur le lien qui apparaît. Il ne reste plus qu'à télécharger sur le site où elles ont été déposées. 


Cordialement. 


P.S : J'ai lu en vitesse et, en effet, pour l'impact de balle sur le pont c'est bien mentionné, dans le texte et aussi sur le plan. 
Back to top
gorenflo


Offline

Joined: 03 Dec 2008
Posts: 1,505
Localisation: BdR
Masculin

PostPosted: 2012-11-27, 11:53    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonjour à tous, 


Après recherches, il apparaît que le PV de renseignements judiciaires daté du 31 août 1952 et qui relate les investigations gendarmiques depuis le début de l'affaire contient bien une explication au sujet de la découverte de l'impact de balle sur le parapet du pont. 
A la date du 8 août, on peut lire ceci : " Nous recherchons la trace d'un point d'impact sur le pont. Nous découvrons à la corne Ouest du parapet Sud une trace d'éclatement de la pierre pouvant provenir d'une balle."


Par ailleurs, en voyant la photo de Gaston avec le père Lorenzi, dans le journal Détective que lestiw nous a gentiment fait passer, je me suis souvenu que René Pacault, signataire de l'article, racontait justement une anecdote qui correspond à cette rencontre. Son texte figure dans le cahier qui a été diffusé il y a quelques années et qui s'intitule "Dominici, de l'accident aux agents secrets". On trouve aussi dans ce document une contribution du juge Carrias, de Jean Teyssier et de Yves Thélène. 


René Pacault nous raconte qu'il est arrivé le 7 août pour couvrir l'évènement pour Détective. Le lendemain il a rencontré Gaston et lui a proposé de l'emmener à Ganagobie pour rendre visite au père Lorenzi. Il précise qu'il était accompagné de son photographe. Il ajoute : " Arrivé sur le plateau où se dresse le monastère, il nous demanda de l'attendre et se précipita à la rencontre de son ami pour l'entraîner loin de nous. Longuement il lui parla, quand le père Lorenzi mit fin à l'entretien, il apparut accablé. Je me gardais bien alors d'en tirer la moindre conclusion. "


Ceci se passe donc le 8 août, jour de la découverte de l'impact sur le parapet du pont. La photo que l'on voit sur Détective a, de toute évidence, été prise par le photographe de René Pacault, un nommé Sérazier. 


Et dans le même article, René Pacault explique ensuite que, justement, on a découvert un impact de balle sur le pont. Il faut croire que l'information n'avait pas été tenue si secrète que cela. 


Cordialement. 
Back to top
Nicolas


Offline

Joined: 02 Dec 2008
Posts: 4,660
Localisation: rhone-alpes
Masculin

PostPosted: 2012-11-28, 15:01    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonjour , 


3 coups de feu pour Sir Jack et lady Anne si l'on considère que le premier coup accidentel a atterri dans le bras d'Anne et ensuite ,  2 autres coups pour Anne dans la région du coeur (très groupés  d'ailleurs )= 5 coups .


Et si ma mémoire est bonne 6 ou 7 coups de feu furent entendus . La balle qui a frappé le pont pourrait bien être la réalité . Sinon où aurait -elle atterri  sachant la précision  et le groupement de TOUS les tirs sur les deux victimes ?


 On voit que le tireur était adroit ,  la distance des tirs l'y aidait grandement .
Donc il n'aurait sans doute pas manqué sa cible avec la sixième balle et on l'aurait probablement comptée parmi les coups qui ont fait mouche .


Mais rien , sinon : " pan! dans le pont ." 
_________________
Cordialement.


Last edited by Nicolas on 2012-11-28, 18:08; edited 1 time in total
Back to top
Philfrank


Offline

Joined: 24 Oct 2012
Posts: 18
Localisation: Charente-Maritime
Masculin

PostPosted: 2012-11-28, 15:25    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonjour Nicolas, bonjour à tous !

Viser et toucher, de nuit, une cible en mouvement (en l’occurrence la pauvre fillette qui s'était mise vraisemblablement à courir) est, à mon sens, autrement plus difficile que de tirer carrément à bout portant sur les deux adultes qui n'ont pas eu le temps de réagir !
Back to top
Nicolas


Offline

Joined: 02 Dec 2008
Posts: 4,660
Localisation: rhone-alpes
Masculin

PostPosted: 2012-11-28, 18:07    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Oui, philfrank bien vu , je voulais dire : 
 
Quote:
On voit que le tireur était adroit ,  la distance des tirs l'y aidait grandement . 
Donc il n'aurait sans doute pas manqué sa cible avec la sixième balle et on l'aurait probablement comptée parmi les coups qui ont fait mouche . 
 
Quote:
S'il avait tiré le sixième coup sur un des deux parents et non de loin sur la fillette 
. On croit toujours qu'on est assez clair ...
_________________
Cordialement.
Back to top
gorenflo


Offline

Joined: 03 Dec 2008
Posts: 1,505
Localisation: BdR
Masculin

PostPosted: 2012-11-29, 11:26    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

gorenflo wrote:
Mais le problème c'est qu'à la lecture du texte de Carrias, on pourrait croire que c'est après la phrase de Gaston que, soudainement, on découvre l'impact 
de balle sur le parapet du pont. Or, ce n'est pas du tout cela. Cet impact, ou plutôt ces impacts faudrait-il dire car on relève deux traces sur le pont (la question 
a été détaillée dans un autre chapitre, je vais rechercher) a été "découvert" par le capitaine Albert au mois d'août 1952. 





A propos des impacts et trajectoires de tirs, voici le lien. 


   http://crimedelurs.xooit.com/t1172-Un-autre-rapport-du-capitaine-Albert.htm


Cordialement. 
Back to top
Nicolas


Offline

Joined: 02 Dec 2008
Posts: 4,660
Localisation: rhone-alpes
Masculin

PostPosted: 2012-11-29, 11:41    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Je n'arrive pas à faire le lien ? ... Crying or Very sad
_________________
Cordialement.
Back to top
Chercheur


Offline

Joined: 16 Aug 2013
Posts: 382
Localisation: France
Masculin

PostPosted: 2013-10-27, 18:47    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonsoir !

Ce fameux "Et pan, une dans le pont !" de Gaston, déclamé lors de la reconstitution, même s'il n'est pas inscrit dans le "marbre" des PVs (emplis des mensonges et rétractations des Dominici), me semble réaliste.

Roublard, Gaston l'était incontestablement, mais pourquoi inventerait-il cela ? (de plus avant de faire mine de se suicider en franchissant le parapet du pont ! Car après, toujours lors de cette fameuse reconstition, il doit s'expliquer sur Elizabeth ! Et là, il semble flipper grâve !). Ca semble en être trop pour lui à ce moment-là. Il sait parfaitement que les crimes d'enfants sont guillotinables ! (Alors, cuit pour cuit, il tente le suicide !^^)

L'impact sur le pont était bien réel (difficile aujourd'hui de le discerner vraiment -j'ai "inspecter" récemment ce pont longuement, il y a plein d'impacts divers et variés-) mais à l'époque, il était frais. Le capitaine Albert l'avait, du reste, bien vu.

Tout cela bien entendu accréditant l'hypothèse que Gaston a bien poursuivi Elizabeth, qu'il a tiré sur elle mais qu'il l'a manqué et que la balle a ricochée sur le pont. La chemise de cette balle a été ensuite retrouvée sur le ballast de la VF.

Cordialement !
_________________
"Le savant d'aujourd'hui n'est que l'ignorant de demain"
E. RECLUS
Back to top
charlie


Offline

Joined: 02 Jun 2012
Posts: 28
Localisation: belgique
Masculin

PostPosted: 2014-12-22, 20:23    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonjour à tous

Et pan une dans le pont.



A ce sujet je me pose une question?

L'impact sur le parapet du pont et la chemise retrouvée sur le ballast.

Cette chemise a du siffler fameusement la nuit du crime ?

Pourtant aucun témoins qui parlent des coups de feux et même de l'espacement de ceux-ci ne mentionne ce genre de sifflement caractéristique?

Cordialement: Charlie
Back to top
Chercheur


Offline

Joined: 16 Aug 2013
Posts: 382
Localisation: France
Masculin

PostPosted: 2014-12-22, 22:27    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonsoir !


Personne n'a entendu ou mentionné ce sifflement... Si il a eu lieu, étais-ce suffisamment audible à quelques kilomètres à la ronde ?


Cordialement !
_________________
"Le savant d'aujourd'hui n'est que l'ignorant de demain"
E. RECLUS
Back to top
Nicolas


Offline

Joined: 02 Dec 2008
Posts: 4,660
Localisation: rhone-alpes
Masculin

PostPosted: 2014-12-23, 10:04    Post subject: Le juge Carrias s'exprime Reply with quote

Bonjour Chercheur .
 effectivement c'est le Capitaine Albert qui a trouvé l'impact et venant de lui on peut penser qu'il s'agit bien d'un impact de balle .
Comme vous le dites bien, depuis Dabisse d'où Roche a entendu les coups de feu, il y a fort à parier que le sifflement caractéristique d'une balle qui ricoche ,  put ne pas être audible d'une façon marquante .
Autant la détonation d'un fusil de guerre est très forte et fait vibrer l'air , autant un sifflement l'est moins et ne crée  pas de vibrations dans l'air au point d'occasionner des ondes à longue portée .  

Mais cela n'est qu'une remarque personnelle . Je sais que Dabisse est à environ 1800 m de la Grand'terre et qu'à cette distance il faudrait avoir une oreille de chien pour distinguer le sifflement de la balle qui ricoche .

Bonne journée .
_________________
Cordialement.
Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 22:48    Post subject: Le juge Carrias s'exprime

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Forum Index -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> Pourquoi sont-ils forcément coupables ? All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Portal | Index | Xooit.com free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group