l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs  Index du Forum

l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs
La vérité sur le triple crime le plus célèbre .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les Morin

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Index du Forum -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> Paul Maillet et tous les témoins.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Woodpecker


Hors ligne

Inscrit le: 30 Sep 2010
Messages: 36
Localisation: Avignon
Masculin

MessagePosté le: 2011-02-09, 09:21    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 2011-02-09, 09:21    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-01, 10:30    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour à tous, 

Les témoignages apportés par le docteur Morin, de Nice, sont intéressants et méritent qu'on s'y penche un peu. 


Il est entendu une première fois, à son initiative, par un Inspecteur de Police de la 9ème brigade mobile à Nice. Cette audition a lieu le 6 août 1952. Il n'a donc pas traîné. 


Il explique que l'année précédente, à la fin août, il est allé camper, avec sa femme, au bord d'un champ de betteraves, près de la Durance. Au matin, il a vu un homme dans le champ qui les observait. 
Il s'agissait de Gustave Dominici qui leur a proposé de changer d'emplacement, leur disant qu'ils seraient mieux ailleurs. Il les a alors conduits de l'autre côté du petit pont surplombant la voie de 
chemin de fer où ils sont restés deux ou trois jours. Gustave leur avait dit qu'à la ferme il y avait du lait, du fromage et du vin. 


Le docteur Morin raconte qu'un soir, il est allé chasser avec deux hommes qui l'ont installé, à l'affût, dans une petite maison en ruines. Il ne les a pas revus et il est rentré seul à son campement. Il ne se
souvient pas précisément des deux chasseurs mais il pense qu'il y avait un frère Dominici, Gustave ou Clovis, accompagné d'un jeune homme dont il n'a pas conservé un souvenir détaillé. 


Il ajoute que, se trouvant à la Grand Terre, les Dominici lui ont fait voir des armes. Il n'est pas très précis et parle de "fusils", dont un aurait une réparation à la hausse, lui semble-t-il.


Le docteur Morin est ré-entendu le  17 octobre par l'Inspecteur Tardieu de l'équipe Sébeille. Tardieu, à quelques mots près, reprend la même audition. Ensuite, le docteur Morin ne sera plus revu
jusqu'à la contre-enquête. Et là, ses auditions vont être nettement plus fouillées.


Dans un prochain post. 


Cordialement.  
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-02, 10:58    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Docteur Morin suite, 

Chenevier et Gillard qui ont procédé à leur première mission dite "d'information" entre le 17 et le 23 décembre 1954, au cours de laquelle ils ont notamment entendu Gaston aux Baumettes (...c'est Roger qui portait la petite), sont 
revenus à Paris où ils ont rencontré le garde des Sceaux. Bien que n'étant pas encore saisis de la contre-enquête par commission rogatoire, ils s'intéressent à divers témoins qui apparaissent dans la procédure. C'est ainsi que le 
19 janvier 1955, Chenevier rencontre le docteur Morin à Nice. De leur entretien, il rend compte, par rapport, au  Préfet, Directeur de services de Police Judiciaire. 


Le docteur Morin reprend l'historique de sa rencontre avec Gustave, au matin, alors qu'il a campé en bordure d'un champ de betteraves. Gustave est accompagné d'un jeune homme et le docteur Morin précise d'emblée qu'il s'agit 
de Roger Perrin. Ici, petite parenthèse pour remarquer qu'en 1951, soit un an avant les faits, Roger Perrin travaille au matin avec Gustave dans un champ. Ce qui montre qu'ils ont des relations qui ne se résument pas à un simple 
"bonjour, bonsoir". 


Le docteur Morin demande si leur présence pose problème. Gustave répond par la négative et lui dit qu'ils sont mal installés à cet endroit, qu'ils devraient se rapprocher de sa ferme et leur propose de les guider pour changer d'emplacement. 
Les Morin acceptent. Gustave et Zézé les précèdent en vélo et le docteur Morin se rend ainsi jusqu'à la Grand Terre où il précise bien que Gustave lui propose de s'installer à l'emplacement où se sont mis les Drummond en 1952. Comme 
l'endroit lui paraît peu confortable, il passe de l'autre côté du pont et s'installe dans ce coin. 


Il raconte ensuite qu'il a été à une partie de chasse avec Clovis Dominici dont il a fait la connaissance. Selon le docteur Morin, Clovis était accompagné de Zézé et un autre jeune homme. On l'a posté dans une maison en ruines vers le 
canal et il a "poireauté" là pendant un bon moment. Il et revenu à sa tente sans avoir vu personne ni entendu le moindre coup de feu. Il raconte qu'il a été "un peu troublé" par le comportement de ses compagnons de chasse. 


Morin explique que chaque fois que Gaston passait dans le coin avec ses chèvres, il ne manquait pas de leur adresser la parole et qu'il a toujours été correct. "Tout au contraire, il donnait l'impression d'un bon vieux grand-père". Le 
docteur Morin ajoute qu'au cours de conversations, Gaston a dit qu'il ne chassait plus "depuis bien des années". 


Il se souvient vaguement avoir vu un fusil appartenant à Gustave dont la hausse avait été adroitement réparée avec de l'aluminium. Yvette Dominici et sa belle-mère sont venues se promener jusqu'à leur tente. Mme MORIN leur a fait 
voir l'intérieur et elles ont trouvé qu'ils étaient bien installés. 


Le docteur Morin en arrive à leur départ des lieux. Il indique qu'il a voulu aller remercier les Dominici. Gaston lui a fait goûter son eau-de-vie. Gustave était présent. Gaston a insisté pour qu'il revienne l'année suivante, ajoutant que 
Gustave n'avait pas pu chasser avec lui cette année car il avait eu trop de travail mais que l'année prochaine il l'emmènerait à la chasse au sanglier pour laquelle il était fort. Et Gaston lui dit alors qu'il va lui montrer "une arme spéciale 
qui sert pour le sanglier" . 


Tous trois vont alors "dans un bâtiment, genre cellier, attenant à la maison". Là, le docteur Morin explique qu'il y a un meuble, genre établi, qui se trouve au fond, à gauche. Une boîte métallique contenant diverses cartouches est posée 
sur l'établi. 


" Ensuite, Gustave a pris en mains une carabine dont je n'ai pas remarqué l'emplacement où elle se trouvait (sic). Dans la crosse de cette arme, il y avait un trou ou une encoche profonde. En un mot, elle ressemblait à l'arme du crime
dont j'ai déjà vu la photographie dans les journaux. Personnellement, je n'ai pas insisté pour mieux la détailler car je dois vous dire que je suis plus pêcheur que chasseur. "


" Il s'agit bien d'une arme comme celle que vous me montrez en photo, toutefois je n'ai pas remarqué la bague qui se trouve sur celle-ci". 


Le docteur Morin a été un peu étonné par le comportement de Gustave : " A la réflexion, je me suis demandé le but poursuivi par Gustave en me faisant installer près de chez lui. Les quelques francs que j'ai pu dépenser en achats à 
la ferme me paraissent un but bien mince par rapport à l'intérêt particulier qu'il m'a manifesté". 


Au mois d'octobre 1955, Chenevier va reprendre ce témoin et procéder à d'intéressantes confrontations. Prochainement. 


Cordialement. 


Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-02, 12:36    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Merci gorenflo .C'est simplement passionnant et INSTRUCTIF !.
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-03, 09:33    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour Gorenflo , bonjour à tous ,


Gorenflo écrit :




Citation:
" Il s'agit bien d'une arme comme celle que vous me montrez en photo, toutefois je n'ai pas remarqué la bague qui se trouve sur celle-ci". 
Si mes souvenirs sont bons , le collier aurait été vendu après la visite du Dr Morin en août 51 .



Citation:
Il raconte ensuite qu'il a été à une partie de chasse avec Clovis Dominici dont il a fait la connaissance. Selon le docteur Morin, Clovis était accompagné de Zézé et un autre jeune homme.

Ce pourrait être Galizzi ?(que Deniau et Sultan imaginent bien  avec les Dominici à la Grand 'terre le soir du crime .)




Citation:
Le docteur Morin en arrive à leur départ des lieux. Il indique qu'il a voulu aller remercier les Dominici. Gaston lui a fait goûter son eau-de-vie. Gustave était présent. Gaston a insisté pour qu'il revienne l'année suivante, ajoutant que  Gustave n'avait pas pu chasser avec lui cette année car il avait eu trop de travail mais que l'année prochaine il l'emmènerait à la chasse au sanglier pour laquelle il était fort. Et Gaston lui dit alors qu'il va lui montrer "une arme spéciale  
qui sert pour le sanglier" .  
Tous trois vont alors "dans un bâtiment, genre cellier, attenant à la maison". Là, le docteur Morin explique qu'il y a un meuble, genre établi, qui se trouve au fond, à gauche. Une boîte métallique contenant diverses cartouches est posée  
sur l'établi.  
" Ensuite, Gustave a pris en mains une carabine dont je n'ai pas remarqué l'emplacement où elle se trouvait (sic). Dans la crosse de cette arme, il y avait un trou ou une encoche profonde. En un mot, elle ressemblait à l'arme du crime 
dont j'ai déjà vu la photographie dans les journaux. Personnellement, je n'ai pas insisté pour mieux la détailler car je dois vous dire que je suis plus pêcheur que chasseur. " 
" Il s'agit bien d'une arme comme celle que vous me montrez en photo, toutefois je n'ai pas remarqué la bague qui se trouve sur celle-ci".



Et bien voilà le témoignage capital qui manquait au puzzle ! 




Que dire de plus que le Dr Morin ?  Il a VU la carabine dans le hangar et pas ailleurs , il les décrit assez bien pour les reconnaître . 


Il nous confirme que Gustave irait chasser le sanglier  en 52 avec cette" arme spéciale " et qu'il "y était fort " selon Gaston !


Clovis était de la partie (avec ses huiles d'olives et ses colliers en duralumin .. ) pour le braconnage , ce dont Gaston l'accuse   au cours du procès . 


Galizzi , inséparable ami de zézé, était avec eux en 51 pour chasser (braconner, la chasse est fermée en août ) pourquoi pas en 52 ? (Lettre anonyme : "Un Dominici était dehors avec un autre qui habite dans un rayon de 5 kms de Peyruis ( St Pons, où habitait Galizzi, est dans ce rayon ). Un, tenait une arme automatique ....""


Chenevier est allé creuser là où Sébeille n' a fait que des pâtés de sable .


Le Dr Morin apporte la preuve des habitudes des Dominici en matière de braconnage au sanglier , de leur présence à ce 'sport' avec zézé , de la passion de Gustave "qui est très fort" pour ce tir nocturne ! 


Alors ? Cela ne fit aucun effet sur le juge Carias qui resta sourd- aveugle et renvoya les policiers à Paris ! C'est vrai qu'à cette époque ce n'était encore  qu'"un jeune petit juge " stagiaire , nommé directement à Digne par Orsatelli  ! Comment aller contre son patron dès lors , patron qui exécrait que Paris ose envoyer une remise en cause de leur génie local sous la forme de super-policiers ! 
Que ceux qui ont de yeux pour voir , voient .

 Honnis soient qui pas à mal y pensent ! 


Que  Gustave fut "si fort au tir nocturne" sur des sangliers cela ne l'a pas interpellé,  et tous ces gens qui tournaient ensemble à la chasse  non plus ? 
Les propos de Gaston encore moins ..pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ! 


Très intéressants ces extraits de Gorenflo sur toute une partie de la contre -enquête DONT CARIAS NE PARLE NULLEMENT DANS SON 


ordonnance de non- lieu finale !!!! Omerta et mur du silence pas que dans la campagne Lursoise ! 
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2012-12-08, 18:41; édité 2 fois
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-03, 09:49    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour à tous, 
Nicolas a écrit:
Citation:
Si mes souvenirs sont bons , le collier aurait été vendu après la visite du Dr Morin en août 51 .







Excellente remarque mon cher. En effet, Joseph Chauve a déclaré avoir acquis le lot de colliers en duralumin et les vis et écrous en janvier ou février 1952. Lorsque Constant l'a entendu en octobre, ce lot était épuisé. Mais, dans tous les cas, 
en août 51, le collier en duralumin ne pouvait être à sa place, sur la carabine. Y avait-il une autre réparation à la place ? Impossible à dire. 


Galizzi habitait à la ferme de Pont Bernard, chez Garcin le fermier, le propriétaire étant un nommé Chabal. Je ne pense pas que Morin parlait de lui à propos de la chasse car il parle d'un jeune homme. Par la suite, un nommé BARNEOUD de 
St Chamas -13- va être entendu et va dire qu'il venait régulièrement passer quelques jours chez Clovis au moment de la chasse. Barneoud a vingt ans. Mais il va nier avoir chassé avec le docteur Morin et Clovis. Idem pour Clovis qui va dire
qu'il n'avait pas chassé avec Morin. Là aussi, des silences, des refus assez difficilement explicables. 


Cordialement. 
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-04, 00:42    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonsoir à tous , 
bonsoir gorenflo ,


  
Citation:
Y avait-il une autre réparation à la place ? Impossible à dire. 




On peut imaginer qu'avec leur façon  de transporter cette carabine , que semblent bien indiquer les trous et éraflures sur le côté gauche , il est fort probable 
qu'elle soit tombée sur la route depuis la moto entre août 51 et début 52  ..Simple supposition . 
Ce qui est curieux dans ce pays , c'est que les coups de feu de leurs braconnages passés et avérés, n'aient été entendus par personne  qui aurait pu faire un rapprochement avec la tonalité des tirs de la nuit du crime ?!


Depuis la libération tous les sangliers furent tués dans le coin avec un silencieux et une distribution locale de boules "Quies !" alors que  les médicaments 
contre l' Alzheimer n'avaient pas encore vu le jour . Shocked
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2012-12-04, 14:56; édité 2 fois
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-04, 00:52    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Gorenflo écrit :

 
Citation:
Idem pour Clovis qui va dire
qu'il n'avait pas chassé avec Morin. Là aussi, des silences, des refus assez difficilement explicables. 







Cela rejoint tous les efforts permanents  de Clovis pour occulter la provenance et l'usage  exacts de cette carabine . 
Ils (avec Gustave ) consentent à dénoncer  le coupable du crime , mais ils ont un mal fou à parler de cette carabine et du braconnage , comme si à leur yeux c'était encore plus grave que l'assassinat des anglais .


Parfois Clovis me donne l'impression d'être mort de peur d'être impliqué par le biais de cette arme , à quelque niveau que ce soit .. Était il bien courageux ?
Quel était son réel moteur de motivation ? Le courage ou la peur ou l'un par l'autre ? 
Amicalement . 

_________________
Cordialement .
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-05, 11:12    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour à tous, 


Docteur Morin, suite. 


Donc, le docteur Morin a été entendu par la PJ à Nice (au passage, il fera savoir par la suite qu'il y a une erreur sur la date et qu'il est certain de ne pas avoir été entendu le 6 août mais quelques jours plus tard), puis par l'Inspecteur TARDIEU de l'équipe Sébeille. En janvier 1955, Chenevier le rencontre et ne recueille pas d'audition mais fait part du contenu de sa conversation dans un rapport. 


Du coup, le juge Carrias s'intéresse à ce témoin. Là, je vais me livrer à une interprétation mais je pense que le magistrat est quelque peu agacé. Il doit se demander comment ce témoin qui était, somme toute, assez peu précis lors de ses premières auditions, peut donner autant de détails par la suite. Il va donc l'entendre le 16 mai 1955 et va tenter de creuser un peu dans ce sens. 


Le docteur Morin explique tout d'abord que s'il est allé faire une déclaration spontanée après les crimes c'est parce que, tout en conservant un bon souvenir de l'accueil qu'il avait reçu chez les Dominici, il avait été un peu troublé par certaines attitudes :
" J'ai alerté le premier les enquêteurs parce que si, après mon départ de la Grand Terre, j'avais gardé l'impression d'avoir été bien accueilli, après le crime certains détails sont revenus à ma mémoire et j'ai pensé que les membres de la famille Dominici avaient pu chercher à m'attirer près de leur ferme , puis à m'éloigner de ma tente et de ma voiture". Il ajoute qu'il ne s'agit là que d'un soupçon qui repose sur des détails, dont le fait que Gustave lui a d'abord proposé de s'installer à l'endroit précis où se trouvaient les Drummond, que le même Gustave n'est plus allé travailler dans un endroit éloigné durant le temps de leur présence à la Grand Terre mais qu'il était toujours "en vue de notre campement". Et enfin, il se demande si la "partie de chasse" n'était pas destinée à l'éloigner.  


Il précise ensuite que ses déclarations ont évolué car des souvenirs lui sont revenus au fur et à mesure du déroulement de l'enquête tel que rapporté dans les journaux. Ici, on sent très bien que le juge s'interroge sur le sérieux à apporter aux déclarations du docteur Morin : cet homme évoque-t-il de vrais souvenirs qui lui reviennent en mémoire ou bien fabrique-t-il ces mêmes souvenirs à la lecture des journaux ? 


C'est ainsi qu'il explique que ses souvenirs lui sont revenus à propos des personnes l'ayant invité à une partie de chasse lorsqu'il a vu les photos de Clovis dans la presse. Il dit aussi que c'est en voyant des photos de la carabine, entre autres dans le livre écrit par le journaliste Olivier, que sa mémoire s'est remise en route : "Après avoir vu tout cela, un jour où j'étais en auto avec ma femme, je me suis souvenu d'avoir vu une arme semblable au moment où je faisais mes adieux aux Dominici. J'ai confronté mes souvenirs avec ceux de ma femme pour essayer de déterminer les circonstances exactes où j'avais vu cette arme. Nous étions allés faire nos adieux. Ma femme est restée dehors avec Yvette Dominici et sa belle-mère.


Il poursuit en expliquant qu'ils ont bu un verre et que Gaston a parlé d'une "arme particulière"" , puis : " Ils m'ont conduit dans un local voisin pour me la montrer. Je croyais, quant à moi, avoir passé dans une pièce contiguë. Ma femme croit plutôt nous avoir vu sorti dans la cour et tourner à droite ou à gauche pour rentrer dans une autre pièce. " Petite remarque à ce niveau : certes, on peut penser que Morin fabrique ses souvenirs à partir de ses lectures mais là, il met en scène sa femme qui se souvient l'avoir vu sortir de la maison accompagné des deux autres. Ce qui voudrait dire alors qu'ils seraient deux à se tromper. 


Par la suite, le juge demande des précisions sur ce local et fait préciser au docteur Morin : " J'ai vu au cinéma le local qui aurait été identifié comme celui où était rangée cette arme. Je ne l'ai pas reconnue". Autre remarque : dans le PV le participe passé "reconnu" est bien au féminin et se rapporterait alors à la carabine et non au local. Mais ceci n'est pas précisé davantage. 


Il ajoute que ce qui l'a frappé c'est le trou aménagé dans la crosse. Il a posé la question de son utilité à celui qui lui présentait l'arme et il lui a été répondu que c'était destiné à y faire passer une courroie. Mais il ne sait plus exactement si cette précision lui a été apportée à ce moment ou plus tard, par d'autres personnes. Il ajoute : " La seule chose dont je sois sûr maintenant c'est que, d'une part, les Dominici m'ont montré une arme spéciale pour la chasse aux sangliers et que, d'autre part, j'ai vu avant l'enquête une arme avec un trou dans la crosse. Mais il m'est impossible de préciser s'il s'agit d'un seul souvenir ou si je mélange deux souvenirs". Ici je livre mon sentiment : j'ai quand même l'impression que le juge Carrias n'a aucune confiance dans la valeur de ce témoignage et qu'il cherche à en réduire la portée. Certes, il ne s'agit pas d'accepter n'importe quoi mais on sent bien que ça pinaille dur. 


Le juge présente ensuite plusieurs armes au témoin : un fusil de guerre marque étrangère, un fusil de chasse, deux carabines US M1 dont une (arme n° 3) avec courroie. Il demande au docteur Morin si celui-ci reconnaît une arme. Le témoin répond que, pour lui, l'US M1 sans courroie ressemble à l'arme qu'il a vue dans le local des Dominici. Le juge indique : " Le témoin nous indique comme ressemblant à l'arme dont il se souvient, la carabine n° 4, en raison du trou pratiqué dans la crosse. Il ne paraît pas remarquer que la carabine n° 3 est du même type". Nouvelle remarque : à quoi sert cette interrogation ? En quoi le fait que Morin ne paraît pas remarquer que la carabine n° 3 est du même type peut-il permettre de s'orienter vers le fait que ce témoin ne serait pas fiable ? Car je crois que c'est bien de cela qu'il s'agit dans l'esprit du juge. On peut aussi penser que Morin qui ne doit pas être aveugle ni stupide, désigne l'arme n° 4 parce que, précisément, elle ressemble à la carabine qu'il a vue dans le local et que, de surcroît, elle n'a pas de courroie. Il va donc vers celle qui est la plus approchante.  


Le juge présente ensuite la Rock-Ola : le docteur Morin déclare qu'elle ressemble à celle qui lui a été présentée hormis le fait que ce jour-là elle était démunie de chargeur. 


Enfin, le juge demande si les soupçons que le docteur Morin peut avoir sur les membres de la famille Dominici portent sur quelqu'un en particulier. Celui-ci répond par la négative. 




D'autres déclarations de Morin seront reprises par Chenevier et Gillard, cette fois par PV. Elles sont intéressantes. Il faudra voir enfin ce qu'écrivent le Procureur et le juge Carrias sur le témoin Morin lorsqu'ils s'orienteront vers l'ordonnance de non-lieu rendue par le magistrat instructeur. 


Cordialement. 


Dernière édition par gorenflo le 2012-12-05, 22:26; édité 1 fois
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-05, 12:04    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour à tous , 


Je lis les épisodes du Dr Morin racontés par Gorenflo avec gourmandise .



 Gorenflo écrit :

Citation:
: " Ils m'ont conduit dans un local voisin pour me la montrer. Je croyais, quant à moi, avoir passé dans une pièce contiguë. Ma femme croit plutôt nous avoir vu sorti dans la cour et tourner à droite ou à gauche pour rentrer dans une autre pièce. " Petite remarque à ce niveau : certes, on peut penser que Morin fabrique ses souvenirs à partir de ses lectures mais là, il met en scène sa femme qui se souvient l'avoir vu sortir de la maison accompagné des deux autres. Ce qui voudrait dire alors qu'ils seraient deux à se tromper. 


Le manque de précision  du DR Morin,  quant à son souvenir des deux locaux , celui contigu et le hangar , pourrait provenir  de l'habitude qu'avait Gaston d’entraîner ses invités( le Dr dit bien qu'il a bu du vin ) pour leur montrer sa production de vin (piquette )  dont il était si fier,  dans le cellier contigu à la cuisine . Puis, dans la même logique de lui montrer tout ce qu'ils avaient "d'important" à la ferme , ils sont allés ensuite dans le hangar tout proche . Il est vrai que lorsque l'on vit ce genre d’expérience au quotidien sans plus d'importance , bien malin celui qui pourrait s'en souvenir avec précision longtemps après .
Je serai bien en peine de dire ce que j'ai fait dans l'ordre chez des amis un an auparavant . Rolling Eyes
Nous sommes pendus à ta plume pour la suite . 


Amicalement .
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2012-12-05, 21:43; édité 1 fois
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-05, 16:20    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Encore .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-05, 16:34    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Un peu de repos


Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-05, 17:27    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

oui mais la fille dans ton hamac c'est ma copine ..
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
velosolex


Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2012
Messages: 14
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-05, 19:58    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour messieurs du forum
Au sujet des Morin, il me semble avoir lu dans le gros livre que le mari avait eu une impression désagréable d'être ainsi laissé seul à l'écart pendant la partie de chasse et qu'il avait même pensé qu'il existait des intentions malhonnètes via à vis de sa femme laissée seule au campement.

   Meilleures salutations            vélosolex
_________________
pirecanto
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-05, 21:46    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonsoir velosolex,Bonsoir à tous, 


Je ne sais pas si on peut aller jusque-là. Dans la première déclaration qu'il fait à Chenevier il indique, alors que sa femme est présente à ses côtés :" Ainsi qu'elle vient de vous le confirmer verbalement, à aucun moment cet homme (il s'agit de Gaston) ne lui a manqué de correction, soit par gestes, attitudes ou conversations équivoques. Tout au contraire, il donnait l'impression d'un bon vieux grand-père". 


Cela dit, en ce qui concerne la soirée de chasse, il déclare que, de retour au campement après trois-quart d'heures d'absence : " A mon arrivée, ma femme ne m'a fait aucune remarque, ce qui revient à dire que durant mon absence, rien n'avait attiré son attention". Cette phrase laisse entendre que le docteur Morin a bien dû penser, un temps, qu'on l'avait peut-être éloigné volontairement sans qu'il nous précise le motif. Mais l'attitude de sa femme l'a rassuré. 


Dans tous les cas, il est certain qu'il s'est interrogé sur l'attitude des Dominici à leur égard, cela il le dit clairement. Et quand il a fait le tour des motivations possibles de ce côté-là, il n'y en avait pas des dizaines. 


On peut supposer qu'il a pensé que, dans le meilleur des cas, Gustave était intéressé par le peu d'argent que pourraient laisser les Morin pour leur acheter du lait ou du fromage ou quelques légumes. A l'époque, les petits paysans ne roulaient pas 
sur l'or. Aujourd'hui non plus. Soit il a pu penser que Gustave espérait, peut-être, qu'il pourrait avoir une bonne fortune auprès de Mme Morin (âgée de 46 ans alors qu'il était nettement plus jeune, mais bon, cela ne prouve rien) Mr. Green . Soit il a pu imaginer que quelqu'un attendait l'occasion qui fait le larron pour faucher quelque chose d'intéressant : " J'ai alerté le premier les enquêteurs parce que si, après mon départ de la Grand Terre, j'avais gardé l'impression d'avoir été bien accueilli, après le crime certains détails sont revenus à ma mémoire et j'ai pensé que les membres de la famille Dominici avaient pu chercher à m'attirer près de leur ferme , puis à m'éloigner de ma tente et de ma voiture"


Je suppose que les idées de Morin ont dû tourner autour de cela, mais il ne l'exprime pas clairement. Et surtout, en dehors du malaise que lui a laissé la soirée de chasse, il ne se plaint de rien. Sinon, je ne pense pas qu'il aurait jugé bon, avec sa femme, d'aller saluer les Dominici au moment de leur départ. 


Cordialement. 


Dernière édition par gorenflo le 2012-12-05, 22:27; édité 1 fois
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-05, 22:08    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonsoir Velosolex ,bonsoir gorenflo ,
 bonsoir à tous ,

Comme il est dit dans le gros livre , Gorenflo nous le raconte aussi en effet .






Citation:
après le crime certains détails sont revenus à ma mémoire et j'ai pensé que les membres de la famille Dominici avaient pu chercher à m'attirer près de leur ferme , puis à m'éloigner de ma tente et de ma voiture". Il ajoute qu'il ne s'agit là que d'un soupçon qui repose sur des détails, dont le fait que Gustave lui a d'abord proposé de s'installer à l'endroit précis où se trouvaient les Drummond, que le même Gustave n'est plus allé travailler dans un endroit éloigné durant le temps de leur présence à la Grand Terre mais qu'il était toujours "en vue de notre campement". Et enfin, il se demande si la "partie de chasse"
n'était pas destinée à l'éloigner





Pourquoi pas en effet pour des arrières pensées malhonnêtes de Gustave ressenties par lui ? S'il le dit, c'est sans doute  qu'il l'a vécu . Cependant le médecin précise bien : "après le crime " et la lecture de journaux . Là, de deux choses l'une ou bien son imagination le fait entrer dans le scénario des Drummond et il pense qu'ils auraient pu subir leur sort ..en interprétant tous ses souvenirs pour y voir le pire ..Ou bien il n'imagine rien et l'attitude de Gustave lui avait déjà paru suspecte en août 51 ? .. Comment le savoir ?

Nous savons , de bonne source,  que ce dernier était assez obsédé et plutôt "primaire " en amour.. Avait -il eu l'intention de profiter de l'absence du docteur Morin  pour tenter un voyeurisme sur la toilette et les besoins naturels de la femme ? On peut tout imaginer chez des rustres qui avaient sous leurs yeux une aubaine rare de voir une femme peu ressemblante aux leurs .

Qui sait si cette expérience de voyeurisme, sans doute facilement "productive ", de 1951 , n'a pas induit la même curiosité malsaine sur Lady  Anne qui a eu la malencontreuse idée de se déshabiller au moment où le même Gustave passait devant elle .   C'est lui même qui l'avoue :.. "elles ne se gênait pas , elle se déshabillaient " ....
La même expérience qui a peut être été 'fructueuse" aux voyeurs en 51 n'a t-elle pas emballé les imaginations en 52 ?

Gustave a bien dû raconter cela à zézé en allant voir Roure .." Oh ! zé , à la ferme il y a des gonzesses qui dorment sans tente .., en surveillant l'éboulement ....etc " ----
- Ah ouai , tu te souviens l'année dernière ..Oh putain! prends moi de retour de Roure """On imagine bien le dialogue .

Et si les Morin avaient été bien involontairement à l'origine du triple crime de Lurs un an auparavant ?  Une mèche que le Destin était venu allumer lentement ...
 











_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2012-12-07, 15:31; édité 1 fois
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-06, 14:56    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour à tous, 


La suite ...


Le 12 octobre 1955, Chenevier reprend Morin, cette fois en audition reçue sur procès-verbal. Il lui rappelle ses deux auditions de 1952 et le fait qu'il avait souhaité être entendu par un policier de l'équipe Sébeille-Constant. Ce qui fut fait par Tardieu en présence du commissaire principal Constant. Chenevier s'étonne du fait que, selon Tardieu, la mémoire du docteur Morin ait été défaillante alors que c'est le médecin qui avait demandé cette audition, ce qui laisse supposer qu'il avait des choses nouvelles à dire. Or, il n'a rien dit de nouveau à Tardieu par rapport à sa première audition par l'Inspecteur Renucci. C'est la raison pour laquelle Chenevier avait souhaité rencontrer le docteur Morin en janvier 1955. 


Et il ajoute que, depuis cette date, il a pris connaissance de la déclaration de Morin devant le juge Carrias : " Il nous est apparu qu'au cours de celle-ci, vous avez été moins net que lors de notre conversation du 19 janvier. C'est pourquoi, aujourd'hui,  nous vous demandons de bien rappeler vos souvenirs et nous indiquer en détail les constatations ou réflexions qui, s'imposant à votre esprit après votre première audition par la police ont motivé votre désir d'être à nouveau entendu par un enquêteur connaissant bien l'affaire DRUMMOND." Ou comment dire à un témoin qu'il faudrait arrêter de tergiverser et dire, une bonne fois pour toutes, ce que l'on a à dire. 


Le docteur Morin répond en expliquant qu'il a d'abord voulu être entendu pour signaler que, contrairement à ce qu'il avait lu dans la presse, il n'avait pas eu à se plaindre des agissements des gens de la Grand Terre. C'est ainsi qu'il a fait sa première déclaration. Il explique alors qu'il est étonné de voir la date du 6 août en tête du PV car il a fait cette déclaration justement après avoir lu les journaux et il la situe environ huit jours après les crimes. Il ajoute qu'il avait souhaité une deuxième audition pour " raconter en détail une série de petits faits qui, à la réflexion, m'avaient paru utiles pour l'enquête. Toutefois, la déposition qui m'a été prise ce jour-là, c'est à dire le 17 octobre 1952, a été assez condensée". ??? Le docteur Morin veut-il dire par là que l'audition a été prise un peu à la va-vite et qu'on n'a pas trop voulu l'écouter ?  


Chenevier donne alors lecture du rapport qu'il avait établi et dont j'ai parlé précédemment. Il demande au docteur Morin de dire si le contenu du rapport correspond bien à sa pensée. Une fois cette lecture achevée, le docteur Morin déclare : " Vous avez traduit fidèlement notre conversation de janvier dernier, toutefois je tiens à y apporter quelques précisions. Je pense que le jeune homme qui se trouvait avec Gustave Dominici lorsque celui-ci m'a invité à aller camper près de la Grand Terre était bien Roger Perrin. En tout cas, il ressemblait bien à la photo de Roger Perrin que j'ai vue dans les journaux." 


Le docteur Morin poursuit en expliquant que sa femme s'était rendue à la ferme pour acheter du lait et du fromage. Un jour, Yvette ou sa belle-mère a dit " vous êtes bien installés". Le médecin et sa femme en ont déduit que les dames de la Grand Terre avaient regardé à l'intérieur de la tente, en leur absence. 


Il précise aussi que, contrairement à Gaston qui leur parlait facilement, " Gustave ne nous a plus parlé entre le moment où je me suis installé après le petit pont et le lendemain soir. Cela m'a étonné car cette attitude  contrastait avec celle qu'il avait eue précédemment. De plus il travaillait constamment en vue de notre tente". 


Chenevier présente alors des photographies de l'intérieur de la maison Dominici pour demander où le docteur Morin serait allé boire un verre d'eau-de-vie. Celui-ci reconnaît bien la cuisine de Gaston où se trouve un tableau représentant 'l'Angélus" de Millet. Le commissaire montre aussi des photos du fameux hangar ou remise : " Je suis moins formel sur ce lieu, néanmoins j'y remarque le meuble-établi, les planches dont il a été question et j'ajoute même que sur l'image je remarque une sulfateuse qu'effectivement j'avais vue dans le local en question. Je ne vous avais pas parlé de cet instrument mais je suis sûr qu'il existait dans la pièce dans laquelle on m'a montré l'arme avec laquelle on chassait le sanglier". 


Morin ajoute qu'il est formel sur ce qu'il avait déclaré à Tardieu, à savoir qu'il a vu une arme de chasse réparée à la hausse avec un métal brillant et clair. C' est Roger Perrin qui a attiré son attention sur cette réparation. On ne sait s'il s'agit de l'arme "spéciale" pour sanglier mais, apparemment, il ne peut s'agit de celle-ci puisque cette carabine a été présentée à Morin juste avant le départ. A ce moment, Roger Perrin n'était pas présent. D'ailleurs, dans sa conversation avec Chenevier, au mois de janvier, Morin a parlé d'un fusil. 


Chenevier interpelle Morin : 


" Nous attirons à nouveau votre attention sur l'importance de votre témoignage et vous demandons si c'est bien une arme autre qu'un fusil de chasse ordinaire qui vous a été montrée le jour de votre départ ? Nous précisons que nous parlons de l'arme que le vieux Dominici vous a dit être utilisée par son fils Gustave pour la chasse au sanglier ?" 


" Je suis formel. Il ne s'agissait pas d'un fusil de chasse mais bien d'une arme spéciale sur laquelle j'avais remarqué une encoche dans la crosse. "


Le docteur Morin ajoute ensuite que pour prouver qu'on lui a bien parlé de chasse au sanglier pour l'année suivante, il donne le nom d'un de ses amis résidant à Nice et à qui il a parlé de cela. Il cite le sieur Pierre FIORITO. 


Le même jour, M. FIORITO est entendu. Il déclare : " Il est en effet exact qu'à son retour de vacances en 1951, mon ami le docteur Morin m'a annoncé qu'il avait fait la connaissance d'un fermier qui l'avait invité à revenir l'année suivante pour chasser le sanglier. " Il ajoute qu'après l'affaire de Lurs, Morin lui a dit que Gaston Dominici était celui qui l'avait invité l'année précédente pour la chasse. 


Ici, il faut tout de même noter l'importance du témoignage de FIORITO. Le docteur Morin que l'on présente comme ayant la mémoire qui flanche ne s'est tout de même pas trompé lorsqu'il a parlé du propos de Gaston l'invitant à revenir l'année suivante. On ne voit pas pourquoi la présentation de "l'arme spéciale" directement associée à cette conversation, serait le produit de son imagination. Du moins, il me semble. 


Quelques jours plus tard, Gustave va être entendu par Chenevier à propos des déclarations de Morin. Puis, ils vont être confrontés. Inutile de dire que Gustave ne va pas confirmer les déclarations du bon docteur. 


A bientôt. Je sens une légère fatigue ( à l'attention de Nicolas). 



Cordialement. 
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-06, 16:45    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Merci à Gorenflo pour le travail qu'il fournit pour nous instruire plus en détail. Okay
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2012-12-06, 19:53; édité 1 fois
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-06, 19:02    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonsoir à tous ,

Ce témoignage met bien deux choses en avant : la présence de la "carabine " chez les Dominici et qui plus est , dans le fameux hangar !
 Ce hangar n'a pas été totalement inventé par Clovis pour les besoins de la cause au lendemain du 13 nov 53.
Tout juste l'arme avait -elle migré ailleurs avant le crime . 
 Cette encoche dans la crosse de la Usm1, qui lui est propre, la désigne bien comme étant l'arme "spéciale " à chasser le sanglier .

Morin semble boucler l'histoire de la Usm1 de bonne façon . De plus les Dominici ne peuvent pas dire de lui que c'est un "fada" comme pour contrer  zézé , ou un "ivrogne "comme  pour Bastide !

Morin est le type de témoin on ne peut plus crédible .

Le petit problème tout à fait Dominicien , c'est qu'en ayant fermé cette porte on en ouvre une autre : c'est bien Gustave le champion de tir au sanglier avec cette même arme ..c'est vrai que les tirs de cette nuit là ne furent pas ceux d'un manchot et que Gaston n'a pas refait avec exactitude les gestes du vrai  tueur sur les victimes ..

On peut apprendre une leçon , mais pas les détails ?
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-07, 08:38    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour à tous, 


Je ne suis pas un amateur d'armes ni un spécialiste de la question. Cela dit, je serais curieux de savoir s'il existe d'autres armes que l'US M1 qui présentent cette encoche dans la crosse destinée à permettre le passage de la courroie ou le rangement d'une burette d'huile. Lorsque l'on parle des armes américaines qui auraient pu tomber dans les mains des Dominici à la Libération, on évoque le Springfield ou le Garand, fusils respectivement de 1903 et 1936. A ma connaissance, au vu des photos que l'on peut trouver sur Internet, aucun des deux n'était muni de cette encoche. 


Donc, jusqu'à plus ample informé, il semble bien que le docteur Morin nous décrit plutôt une US M1. 


Cordialement.
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-07, 09:42    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Allez, la suite des aventures du docteur Morin qui va se poursuivre par l'ouverture du festival des menteurs. 

Le 15 octobre, Chenevier et Gillard entendent Zézé, âgé maintenant de 19 ans. Ils font avec lui un tour d'horizon de ses différentes déclarations. Ils commencent par reparler de son emploi du temps des 4 et 5 août 1952, de la façon dont il a appris la mort des Anglais, de ce qu'a pu lui dire Roure. Ils reviennent aussi sur la "femme en noir" qui aurait été aperçue par Gustave et Yvette sur le lieu du campement. On arrive ainsi au docteur Morin. Ça va être assez comique. 


Les commissaires demandent à Zézé s'il était avec Gustave lorsque celui-ci a proposé aux Morin de quitter le champ de betteraves pour se rapprocher de la Grand Terre. Zézé répond par l'affirmative. Chenevier lui demande ce qu'il faisait à une heure aussi matinale en compagnie de Gustave (on comprend bien l'idée de Chenevier derrière cette question : si Zézé était dans un champ avec Gustave de bonne heure, il est possible que Zézé l'ait rejoint sur place ou qu'il ait dormi à la Grand Terre). Zézé répond que la première rencontre avec le docteur Morin n'a pas eu lieu le matin mais en fin de journée ! "Je ne peux pas vous préciser l'heure mais c'était à la tombée de la nuit". 


Réponse de Chenevier : " Si nous comprenons bien, vous ne vous trouviez pas en compagnie de Gustave lorsque le docteur Morin a déménagé pour venir s'installer près de la Grand Terre ?"


- " C'est exact et je n'ai plus revu le docteur Morin après la conversation que je viens de vous rapporter."


Par le fait, Zézé conteste également avoir participé à la partie de chasse avec le docteur Morin, comme il nie d'avoir parlé avec le médecin d'une réparation à un fusil de chasse qui aurait été faite par Gustave. Bien entendu, il n'a jamais vu la carabine dans la remise. 


Le lendemain, 16 octobre, c'est au tour de Gustave d'être auditionné. Chenevier lui parle tout de suite du démenti qu'il a exprimé par voie de presse et qui venait contester la déclaration de Morin -également parue dans un journal- concernant la présentation qui lui avait été faite dans la remise d'une "arme spéciale" pour le sanglier. Au passage, on constate que la presse écrite était presque aussi bien informée que la Police et la Justice. 


Chenevier ajoute : " Pourquoi vous rebeller ainsi ? Ce témoignage ne confirme-t-il pas votre déposition et celle de votre frère Clovis, lorsque vous avez accusé votre père du crime ? "


Gustave n'est pas d'accord. Il admet que le docteur Morin a quitté la Grand Terre à cause des orages qui menaçaient mais il conteste que celui-ci soit entré dans la maison, le jour où il est venu faire ses adieux. " Je ne sais pas si à cette occasion il s'est rendu chez mon père pour y déguster un verre d'alcool, en tous cas, si ce fait est exact, je ne me suis pas trouvé avec eux". Il ajoute : " Je suis également formel lorsque je vous affirme, et cela de la façon la plus solennelle que jamais le docteur Morin n'a pénétré dans la remise. Je ne lui ai jamais fait voir une arme de chasse spéciale pour le sanglier". 


Et comme Gustave ne manque pas d'air, il déclare aussi : " Quoiqu'il en soit, comment voulez-vous que je présente une arme spéciale pour le sanglier puisque c'est défendu ? On n'a le droit d'utiliser que des fusils de chasse ordinaires" . Il est brave ce Gustave ! Il faudrait lui donner une casquette de garde-chasse. 


Chenevier lui répond qu'il n'est pas là pour parler de braconnage et que si on va par là, il est aussi interdit de pêcher avec un filet, ce qui a été admis par Gustave. Et Gustave a une nouvelle réponse : " C'est moins dangereux d'aller à la pêche avec un filet qu'à la chasse avec une arme de guerre !". Tiens ! Prends ça dans les dents, Chenevier ! 


Et les objets que Morin a décrits ? La sulfateuse, l'établi, les planches, l' Angélus de Millet ? Gustave n'a pas de réponse là-dessus mais il conteste, de toutes les façons, que Morin ait pu entrer dans la maison ou une dépendance. D'ailleurs sa mère et sa femme disent la même chose. 


Chenevier en arrive alors à la première rencontre entre Morin et Gustave. Gustave raconte que cela s'est passé vers 10h30, que Mme Morin lui a dit qu'ils avaient été dérangés par les moustiques durant la nuit. Il leur a proposé d'aller vers la ferme. Il n'est pas rentré déjeuner chez lui et c'est en fin de journée qu'il a vu que les Morin s'étaient installés près de la Grand Terre. Chenevier demande si Roger Perrin était présent. Réponse affirmative de Gustave. A-t-il entendu parler d'une sortie de chasse avec le docteur Morin ? Non. 


Chenevier décide alors de lire à Gustave les déclarations du docteur Morin sur les conditions de leur rencontre et le fait que Gustave aurait guidé les campeurs jusqu'à la ferme. 


" Il n'y a rien de vrai là-dedans. Je vous ai dit exactement ma rencontre avec le docteur Morin. Je ne l'ai pas précédé sur la route en bicyclette et je ne lui ai pas indiqué l'emplacement où il devait camper." Chenevier revient alors sur la présentation de la carabine, la chasse au sanglier prévue pour l'année suivante, la déclaration de FIORITO. Mais Gustave n'est pas d'accord. Tout cela est bidon. En fait, c'est Morin qui a dit " je me plais beaucoup dans cette région et si je dois y revenir, je vous écrirai". Dans tous les cas, il n'a pas été question de chasse au sanglier. 


Ah ! ce docteur Morin ! mais il dit n'importe quoi ! Peut-être a-t-il envie de faire parler de lui ? Chenevier n'a pas fini de s'amuser. 


Allez, un petit café     


Cordialement. 
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-07, 10:02    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour à tous , bonjour gorenflo .


Gorenflo écrit :





Citation:
Donc, jusqu'à plus ample informé, il semble bien que le docteur Morin nous décrit plutôt une US M1.  


On peut se rendre sur ce site pour accréditer la thèse de la "Carbine Usm1" à la grand'terre :
     http://users.skynet.be/grandes_batailles/pages/120.html 




Avec les remarques suivantes : parmi les armes de guerre connues , tous pays confondus , seule la USm1 présenterait cette caractéristique*** (avec peut-être le Mauser , mais pas de la même manière ni au même endroit de la crosse .)


De plus un fusil de type Mauser ou Springfield aurait été sans nul doute carrément reconnu par le DR Morin , car plus connus et répandus . 
Pareil pour le fusil "Gras" de Gaston qui n'était pas une arme "spéciale pour le sanglier" , au contraire , puisque le maire de Peyruis , M.Musy, l’avait transformé en fusil de chasse avec cartouches à plombs pour le lapin avant de la donner à Dominici ..


D'autre part , alors que nous savons que c'est la Rock Ola qui a été retrouvée dans la Durance, avec ses munitions sur le lieu du crime , la coïncidence serait 
plus qu’ étrange qui ferait qu'une autre carabine à gros calibre ("spéciale sanglier". dixit ) et d'une production très rare,  soit chez les Dominici à la place de la Usm1 quand le Dr Morin l'a vue et avec la même caractéristique que celle ci pour le  transport par la bretelle .( qui permet la carabine à plat sur le dos*** )?


*** A noter qu'on nous dit bien que cette arme fut spécialement conçue pour des officiers ou des soldats qui avaient besoin , dans l'exécution de leur tache , d'une arme légère et facile à transporter . Or la caractéristique du positionnement de la bretelle à plat sur le coté de la carabine est bien destiné à cet effet . D'où cette encoche "spéciale" et propre à cette  spécificité de transport facile laissant les mains libres pour des taches spéciales prioritaires sur le combat direct .( radios,etc et officiers .  )  . 
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2012-12-07, 11:30; édité 3 fois
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-07, 10:15    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour Gorenflo , nos posts se sont télescopés .


Quand on ment d'une façon aussi grossière, vulgaire et quasi insolente,  on ne peut être que coupable  ou à enfermer chez les fous . Le zézé , au titre glorieux décerné par la presse de " roi des menteurs " , est au diapason . 
 
. Un nid de menteurs de la pire espèce dans le genre . C'est vrai qu'il faut plaindre Alain d'une telle hérédité . Quelle famille ...........................!


Gustave déclare :  
Citation:
" Je suis également formel lorsque je vous affirme, et cela de la façon la plus solennelle que jamais le docteur Morin n'a pénétré dans la remise. Je ne lui ai jamais fait voir une arme de chasse spéciale pour le sanglier". 







Quel menteur ce Docteur Morin , en effet . Gustave l'affirme d'une façon la plus solennelle , c'est dire que la notion de parjure lui était aussi étrangère que la douche quotidienne !  C'est à croire que Morin  a tué les Drummond . Que faisait -il le 4 août vers minuit ? La piste du Dr Morin n'a pas été lancée par les Dominici ? Dommage . 
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Philfrank


Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2012
Messages: 18
Localisation: Charente-Maritime
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-07, 15:41    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour Nicolas, bonjour à tous
!

Face à tous ces menteurs dans la famille, il était évident que le fameux "plan" de 400 questions mis au point "savamment" par Chennevier et Gillard était voué à l'échec ! Mr. Green

C'est en celà que je leur reprocherai une certaine naïveté et puis leur mépris du travail de Sébeille et Constant !
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-07, 19:35    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonsoir Philfrank,
bonsoir à tous ,

Il faut ajouter aussi , à la décharge de Sébeille, que ce dernier à interrogé le Dr Morin avant le procès et avant les aveux des fils . Donc Morin avait toutes raisons de rester
prudent .

Après , il pouvait mieux donner de l'importance à des "détails" , qui  prenaient plus leur place dans le scénario du crime .

Chenevier , lui, sachant que les Dominici étaient dans le coup , avait toute latitude pour sérier le questions dans un but plus précis .

C'est toujours ainsi : Les pionniers défrichent , les autres cultivent .

Mais 400 questions posées à ces menteurs cela donnait 2000 mensonges hermaphrodites .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-07, 20:58    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Nicolas a écrit:


Mais 400 questions posées à ces menteurs cela donnait 2000 mensonges hermaphrodites .


En effet, d'autant que dans cette affaire, ils ont tous menti. Membres de la famille, proches, témoins, etc... Y compris Paul Maillet dont on ne peut dire brutalement qu'il a menti mais, pour le moins, qu'il a eu une attitude un peu curieuse en distillant ses informations au gré de sa fantaisie ou de ce qu'il croyait être bon pour l'enquête. 


Ah ! celui-là !  s'il avait révélé la confidence de Gustave se trouvant dans la luzerne avant l'offensive judiciaire de novembre 1953, je suis certain que les choses se seraient passées différemment. 


Mais voilà, on ne refait pas l'histoire et gardons nous de tomber dans l'uchronie dont nous avons déjà parlé.  Wink


Cordialement. 
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-08, 10:09    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour à tous, 


Suite de la Morin story (on approche de la fin). 


Compte tenu des dénégations de Gustave ayant trait à la déclaration du docteur Morin, une confrontation est logiquement organisée le même jour par Chenevier. Toutefois, avant la confrontation, Chenevier reprend Morin. Il lui résume la déclaration de Gustave, à savoir que celui-ci ne l'aurait pas guidé jusqu'à la Grand Terre, ne lui aurait donc pas désigné l'emplacement où ont campé les Drummond l'année suivante, n'aurait pas bu un verre d'alcool avec lui dans la ferme, n'aurait pas parlé de chasse au sanglier et ne lui aurait pas présenté d'arme "spéciale". Et Chenevier demande ensuite au docteur Morin ce qu'il pense de cette déclaration de Gustave. 


Réponse : " Je pense que les souvenirs de Gustave Dominici sont très imprécis ou qu'il déforme la vérité. Je me souviens très bien qu'il était de bonne heure le matin lors de notre première rencontre, que c'est lui, accompagné d'un jeune homme qui nous a indiqué l'emplacement du campement, sans quoi nous serions allés directement à la ferme pour demander l'autorisation. " Il poursuit en reprenant et confirmant les autres détails sur le verre d'alcool, la chasse au sanglier, le déplacement en dehors de la maison pour aller voir l'arme spéciale. 


La confrontation a lieu. Gustave répète qu'il nie tout ce qu'a pu raconter Morin sur les points évoqués plus haut. Morin répond : " Je n'ai aucun intérêt à déguiser la vérité. Pourquoi voulez-vous que je fasse volontairement une déclaration contraire aux intérêts de la vérité ? Quel serait mon but ? De ma propre initiative, tout au début de l'enquête, alors que l'on écrivait dans certains journaux que j'avais eu à me plaindre de la famille Dominici lorsque j'avais campé auprès de leur ferme, j'ai réfuté de pareilles allégations. J'ai même écrit à Gaston Dominici pour le remercier de son accueil, ce qui revient à dire que je ne cherche nullement à leur porter préjudice. Il me paraît inutile d'épiloguer plus longuement sur nos déclarations respectives. Gustave Dominici, ici présent, doit prendre ses responsabilités. Quant à moi, j'assume les miennes. Je me résume de manière définitive car vous devez comprendre que j'en ai assez de discuter ainsi. Reportez-vous à notre conversation de janvier dernier, à mon audition devant le juge Carrias et à mon audition par vous le 12 octobre courant. "


Puis le docteur Morin reprend les circonstances de leur première rencontre, le fait qu'il a été guidé par Gustave et Zézé. Il revient sur le dernier jour et la conversation avec Gustave et surtout Gaston à propos d'une éventuelle chasse au sanglier pour l'année suivante : " C'est alors qu'avec Gaston Dominici et son fils Gustave nous avons pénétré dans une remise où on devait me faire voir une arme spéciale pour la chasse au sanglier. Quel qu' ait été le genre de l'arme que l'on m'a montrée, qu'elle ressemble ou non à l'arme du crime, il n'en reste pas moins que Gaston Dominici m'a bien parlé d'une arme spéciale, ce qu'il n'aurait pas dit s'il s'était agi d'un fusil de chasse ordinaire." 


Gustave continue de nier les propos de Morin. Celui-ci répond qu'il n'a plus rien à dire. Chenevier intervient pour faire remarquer à Gustave que chaque fois qu'on lui oppose un témoin, celui-ci ne dit pas la vérité. Seul Gustave prétend la dire. Réponse de l'intéressé : " On veut me faire passer pour un menteur mais je dis la vérité". 


Ce n'est pas fini. Le même jour, une nouvelle audition de Roger Perrin est enregistrée par Chenevier. Celui-ci revient sur les conditions de la rencontre avec les Morin et, notamment, sur l'heure de celle-ci. Zézé finit par admettre qu'il a pu se tromper et que c'est bien le matin qu'elle s'est produite car il dit bien que le travail a commencé de bonne heure le matin : " En effet, c'est bien dès notre arrivée que nous avons aperçu la tente des campeurs." 


"Tout cela tend donc à prouver que c'est dans les premières heures de la matinée qu'a eu lieu la conversation de Gustave avec le docteur Morin au sujet des moustiques ?"


" En effet, vous avez raison. Il est bien possible que cette conversation ait eu lieu ce matin-là et non pas en fin d'après-midi. Mes souvenirs sont imprécis mais j'étais de bonne foi en vous fixant cet entretien à la tombée de la nuit au lieu des premières heures de la matinée. Personne ne m'a conseillé de dire le contraire". Cette dernière phrase est à retenir pour la suite qui ne va pas tarder. 


Zézé termine en disant que pour le départ des Morin vers la Grand Terre il a accompagné Gustave jusqu'à la Serre où il s'est arrêté. Mais il insiste bien sur le fait qu'il n'est pas allé jusqu'à la Grand Terre. Chenevier insiste à nouveau sur des contacts qui auraient pu exister entre Zézé et Gustave ou son entourage, à propos de cette déclaration du jour. Roger nie cela. 


Toujours dans la même journée,à 16h30, et probablement tout de suite après cette déclaration de Zézé, a lieu une nouvelle confrontation entre lui et les époux Morin. Tout cela se passe au commissariat de Digne. D'emblée, le docteur Morin fait une déclaration intéressante à Chenevier : 


" Vous m'aviez demandé de revenir à 15h30 mais je me suis trouvé en avance au commissariat, attendant dans le hall votre arrivée. J'y ai vu Roger Perrin ici présent. Nous avons échangé quelques paroles concernant notre première entrevue au champ de betteraves. Comme je lui disais : " C'est bien le matin que je t'ai vu avec Gustave", il m'a répondu " Non, le soir". Je lui ai dit "Comment le soir ?" en le regardant en face. Il a rougi et il m'a répondu "On m'a dit de dire le soir alors j'ai dit le soir". A ce moment là, vous être entré dans le hall et vous avez fait monter Roger Perrin avec vous. " 


Zézé répond qu'en effet, la rencontre a eu lieu le matin. Il ajoute : " Il est exact que j'ai échangé quelques mots, tout à l'heure, avec le docteur Morin dans le hall du commissariat et très peu de temps avant votre arrivée prévue pour quinze heures mais je ne lui ai pas dit qu'on m'avait conseillé de fixer au soir sa conversation avec Gustave, au lieu du matin". 


Ici, on peut imaginer la croissance brutale d'une paire de boules sous les mâchoires du docteur Morin. Il répond : 


" On peut me reprocher de ne pas rapporter exactement des propos tenus il y a quatre ans, mais tout de même pas une bribe de conversation qui remonte à environ une heure. Roger Perrin, ici présent, m'a bien répondu : "On m'a dit de dire le soir". 


Roger Perrin riposte : " Je n'ai pas dit ça". 


Chenevier rappelle à Zézé les nombreux mensonges qu' il a pu faire antérieurement et revient sur les conditions de l'accompagnement des Morin jusqu'à la Grand Terre. Mme Morin déclare que Gustave et Zézé étaient ensemble, au moins jusqu'à la Serre et qu'ensuite il est possible que Gustave ait été seul. Elle ne souvient pas précisément. 


Zézé répète qu'il n'a pas participé à la partie de chasse du soir. Le docteur Morin indique qu'y participaient Clovis, un autre adulte et un jeune homme qu'il croyait être Roger Perrin. Ce jour-là, dans la conversation, il a entendu parler de Saint Chamas. Compte tenu du fait que le jeune Barnéoud qui vient chasser tous les ans avec Clovis est de Saint Chamas, le docteur Morin semble admettre que c'est peut-être lui qui était présent. 


Fernand Barnéoud est entendu le même jour par l' Officier de Police Principal Leclerc. Quelques jours plus tard, sur ce point précis, ce sera le tour de Clovis. 


Cordialement. 
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-08, 11:33    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour Gorenflo ,
Okay  encore un grand bravo pour tes dons de conteur" à suspens ".

On est écoeuré par tous ces mensonges éhontés , et on comprend, encore une fois , pourquoi  zézé était moins à l'aise avec Chenevier qu'avec ses prédecesseurs .

Le Dr Morin s'est , sans nul doute ,  fait une opinion certaine sur leur participation au crime ! Remarquons, à la suite de ce témoignage, que le couple Zézé /Gustave fonctionnait de conserve pour travailler sur les terres d'une façon habituelle ,et pas que pour le travail .



 Ce dernier avait déclaré  être resté  pour arroser ses haricots , mais on arrose pas des haricots toute une nuit et que, de source sure , ils (les paysans du coin ) avaient un système pour éviter la corvée de fermeture de la vanne d'arrosage , une fois leur tour passé .....sans tomber dans la faute de Gustave pour le champ de luzerne ! 

Et pourquoi a t-on dit à zézé de bien déclarer qu'il n'était pas avec Gustave au petit matin , si ce n'est  pour occulter le fait que c'était ainsi d'ordinaire comme pour la nuit du crime ?

Le témoignage du Dr Morin , du coup, me fait penser qu' un "malheur bien plus grand" aurait dû arriver à la Grand terre  . Je comprends pourquoi Chenevier
voyait plutôt Gustave avec zézé que Gaston seul et pourquoi ,encore , Clovis n'a pas varié d'un pouce sachant combien la non -arrestation du neveu et de Gustave
tenait à un fil si fragile . Si Clovis revenait en arrière , ils remontaient tous dans la charrette au tour suivant .

Etre aussi retors que ces deux là et aussi menteurs , montre à l'évidence qu'ils sont capables de tout et surtout du pire .

L'épisode de zézé qui change d'avis sous le nez du Dr Morin est plus qu'édifiant, d'une part sur sa moralité , mais cela nous le savions, et d'autre part , sur le déploiement au grand jour de leur stratégie concertée clanique depuis le début  , nous le savions aussi ..

Même Clovis avait préparé Zézé en lui disant une autre fois (entre'autres ): "Même si on te frappe tu ne dis rien " . 


 Tous bien entraînés pour avancer en "formation de la tortue" chère aux légionnaires Romains  !
 
Citation:
Ce jour-là, dans la conversation, il a entendu parler de Saint Chamas. Compte tenu du fait que le jeune Barnéoud qui vient chasser tous les ans avec Clovis est de Saint Chamas, le docteur Morin semble admettre que c'est peut-être lui qui était présent. 



Les Dominici pratiquaient-ils bien la chasse ou le braconnage avec Barneoud car en août la chasse est fermée ? Les réponses de Barneoud à Chenevier seront 
des plus instructives .. Shocked
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-09, 07:24    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour Nicolas, 
Bonjour à tous, 


Nicolas a écrit:
Les Dominici pratiquaient-ils bien la chasse ou le braconnage avec Barneoud car en août la chasse est fermée ? Les réponses de Barneoud à Chenevier seront 
des plus instructives .. Shocked



L'histoire des Morin se passe à la fin août. La question est de savoir à quelle époque avait lieu l'ouverture de la chasse dans les années 50. Internet est tout de même un outil surprenant : pour des recherches que l'on peut faire sur des sujets qui paraissent simples, parfois on n'arrive pas à avancer. Pour d'autres, beaucoup plus "pointus" comme cette question, la réponse arrive tout de suite. Légifrance est bien fichu. Voir l'image jointe. 


Pour en revenir au comportement de Zézé, il est clair que les petits arrangements existaient bien entre le tandem Gustave-Yvette et le bloc Perrin-Clovis. Quand Morin dit que Zézé lui a fait cette réflexion "On m'a dit de dire le soir, alors j'ai dit le soir", c'est à un moment où Roger perd un peu pied. Morin dit bien qu'il est devenu rouge. Il devait se sentir gêné même si, par ailleurs, il avait "de la graine" comme on dit en Provence. Et là, il énonce une réalité qui ne surprend personne. Mais, comme disait M. de Talleyrand, ce qui va sans dire va encore mieux en le disant. 


Donc, même si Germaine et Clovis n'allaient plus à la Grand Terre, même s'ils étaient fâchés avec Gustave et la Sardine, ils accordaient malgré tout leurs violons. On ne voit qu'une explication à cela, me semble-t-il : c'est qu'ils avaient tout intérêt à le faire, aussi bien pour Gustave que pour Zézé. Cette vérité de M. de la Palisse n'aurait pas eu à s'appliquer si, par exemple, Zézé avait été totalement étranger à l'affaire. Je ne pense pas que ça l'aurait gêné, dans ce cas, d'aller dire qu'il était le matin dans un champ avec Gustave. Au fond cela n'aurait rien prouvé. Mais, dans notre contexte, cela montre que Zézé et Gustave se voyaient, qu'il leur arrivait de travailler ensemble. 


Dès lors, on se dit qu'un 4 août au soir, alors qu'il a sur les bras un éboulement de terre qui risque de provoquer de sérieux ennuis, Gustave a bien raison de chercher de l'aide. Si la terre continue à descendre, il aura du mal à la dégager tout seul. Il ne va pas demander à son père qui n'est plus tout jeune. En chemin, il passe devant la ferme de Zézé. Quoi de plus logique que de s'arrêter ? D'ailleurs, cela Zézé va finir par le reconnaître devant Chenevier après avoir tergiversé sur le sujet, comme l'on sait. 


Donc Gustave qui, parfois, travaille avec Zézé, s'arrête à sa ferme le 4 août au soir. Il est sérieusement emm.... Et Zézé reste seul à la Serre, alors que sa présence à la Grand Terre serait utile et que, de surcroît, il est connu et déclaré qu'il avait peur la nuit ? Cela est confirmé par sa mère et aussi par Galizzi. Sa mère devait l'accompagner pour aller au cabinet lorsqu'il faisait nuit. 


Cette attitude de Zézé, produit d'une connivence qu'il avoue, trouve certainement son origine dans le refus d'admettre qu'il a accompagné Gustave à la Grand Terre, le 4 août au soir. 


Cordialement. 



Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-10, 09:27    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour à tous, 


Quid de la partie de chasse du docteur Morin ? 


Fernand BARNEOUD, de Saint Chamas, 23 ans, est entendu par LECLERC. Celui-ci lui rappelle qu'il a été déjà été auditionné par Constant en août 1952. A cette occasion, BARNEOUD a déclaré que depuis cinq ans, il se rendait tous les étés chez Clovis Dominici. L'année précédente (donc en 1951), il y est arrivé le 25 août, en compagnie de ses parents. Il a fait l'ouverture de la chasse avec Clovis, le 26, et a quitté Peyruis le dimanche 2 septembre. Un jour ou deux avant, il est allé avec Clovis à la Grand Terre, le soir vers 18h00. Ils ont chassé le lapin un moment puis ont posé des filets dans la Durance. Il y avait des lignes posées un peu plus haut. A la tombée de la nuit, un campeur qui se trouvait à l'emplacement ou le meurtre a été commis en 1952, est venu relever ses lignes. Tous trois ont discuté pendant une demi-heure environ puis Clovis et BARNEOUD sont allés boire un apéritif chez Gustave avant de rentrer à Peyruis. 


Barnéoud ajoute qu'ensuite ils sont rentrés à Peyruis, qu'il n'est pas ressorti et qu'il n'est pas revenu chez Gustave jusqu'à la fin de son séjour. Il n'a jamais vu, chez lui, une carabine américaine et n'en a jamais entendu parler. 


Leclerc demande s'il maintient ces déclarations de 1952. Barnéoud confirme et déclare n'avoir rien à ajouter. S'il avait entendu parler d'une carabine américaine, il l'aurait dit. Leclerc lui demande s'il a chassé avec le docteur Morin. 


" Le docteur Morin est certainement ce campeur qui se trouvait, l'année avant le crime, sur l'emplacement où le meurtre s'est produit l'année suivante. Je me souviens très bien, en effet, qu'il s'agissait d'un médecin niçois. J'affirme avec force que je n'ai jamais chassé avec le Dr Morin". 


Leclerc insiste mais Barnéoud maintient ses déclarations, il n'a jamais chassé avec Morin. Si une partie de chasse a eu lieu avec le médecin, il n'était pas présent. Il a chassé avec Clovis et parfois avec Roger Perrin père. Peut-être Zézé les a-t-il accompagnés mais il n'était pas armé. Il n'a jamais vu de carabine américaine à la Grand Terre et n'en a jamais entendu parler. 


Entendu à ce sujet par Gillard, le 18 octobre, Clovis va rester dans le même registre. Il a bien discuté avec le docteur Morin mais n'a jamais organisé une partie de chasse avec lui. 


A croire que ce docteur Morin disait n'importe quoi. 


Evidemment, Gaston va être également entendu à propos du docteur Morin. Cela se passe aux Baumettes le 24 octobre. Le juge Batigne est accompagné de Chenevier et Gillard. Sur le docteur Morin, Gaston fait du Gaston. Il se souvent bien du docteur Morin qui était bien aimable. Ils ont pu parler de chasse au sanglier comme le feraient des chasseurs mais Gaston n' a jamais invité Morin à revenir l'année suivante. Je luge demande à Gaston s'il est exact que sa fille Augusta, lors d'une visite, lui a parlé du docteur Morin et du fait que ce dernier avait été entendu à Digne. Gaston répond : " Ma fille m'a dit que le docteur Morin était venu à Digne et avait été interrogé. C'est tout ce qu'elle m'a dit" .  


Vous avez dit "concertation" ? Allons, quelle idée ! 


Chenevier : "Vous souvenez-vous avoir montré au docteur Morin l'arme avec laquelle Gustave chassait le sanglier ?" (Question piège mais Gaston est un malin)


Gaston : " Lorsque Gustave chassait le sanglier, c'est mon fusil qu'il prenait".
" Si Gustave en avait un autre et s'il en a montré un autre au docteur Morin, je ne l'ai jamais su". 


Décidément, je me répète, ce docteur Morin disait n'importe quoi. 


Cordialement. 
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-10, 17:47    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonsoir Gorenflo ,

gorenflo écrit :
Citation:
que sa fille Augusta, lors d'une visite, lui a parlé du docteur Morin et du fait que ce dernier avait été entendu à Digne. Gaston répond :
" Ma fille m'a dit que le docteur Morin était venu à Digne et avait été interrogé. C'est tout
ce qu'elle m'a dit" . 




Augusta allait souvent aux Baumettes , parait -il , conseiller Gaston sur la stratégie à tenir ..ainsi, elle lui avait conseillé de ne plus accuser Gustave et zézé ...Quelle famille de renards !


_________________
Cordialement .
Revenir en haut
velosolex


Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2012
Messages: 14
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-10, 19:53    Sujet du message: Les Morin. Répondre en citant

Bonjour messieurs du forum
Le brave docteur Morin était peut-être bon en médecine mais complètement nul en matiere de chasse et d'armement en général. Je crois que gustave lui a parlé d'une "arme spéciale pour le sanglier" avec malice et le sourire qui va avec, parce que il ne pouvait pas lui dire qu'il s'agissait d'une arme de guerre.
Pas un instant Morin ne s'est douté qu'on se moquait de lui.  Il a été floué de A à Z sauf dans sa suspicion qui était je crois bien fondée.
D'autre part il est assez étrange que le Dr Morin parle d'un rendez vous de chasse pour l'année prochaine, alors qu'il n'ignore sans doute pas que pour chasser il faut un permis ....et de l'expérience.

     Meilleures salutations       Vélosolex
_________________
pirecanto
Revenir en haut
Tartarin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2012-12-10, 20:28    Sujet du message: Le Docteur Morin Répondre en citant

Bonsoir,

Avec tout ce que j'ai lu, il me semble que le Docteur Morin apparaît "éloigné" de tout cela bien que fréquentant la région de Lurs et les Dominici.

Mais pourquoi la région de Lurs et les Dominici ?

J'ajoute que même si le Docteur Morin n'était pas chasseur et ne possédait donc pas de permis de chasse, qu'il est coutume en Provence (Et ailleurs je pense aussi) d'emmener à la chasse des gens qui ne chassent pas mais qui vous accompagnent à la chasse "les mains dans les poches", pour observer et s'initier à ce loisir ancestral (aujourd'hui tant controversé) comme j'invitais souvent des gens à la chasse (Surtout des notables) mais aussi des jolies filles aimant le goût de ces aventures...

TARTARIN
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-10, 23:18    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonsoir , tartarin écrit :




Citation:
mais aussi des jolies filles aimant le goût de ces aventures...




Il y a la chasse au gibier à plumes et la chasse au  gibier à poil .. Embarassed Je puis témoigner (pour être né dans une famille de chasseurs à la fin de la guerre ) que la chasse en 1952  et  en particulier, dans les basses-alpes, était le "sport"naturel le plus répandu et , ce que dit Tartarin sur la présence de personnes invitées et sans permis, existait bel et bien . Surtout le jour de " l'ouverture " qui était une grande messe  objet de réunion d'amis et de famille , un peu comme la fête de Noël ***.
Peu de gens chassaient le perdreau , le lapin abondait comme on ne peut plus l'imaginer aujourd'hui après tant d'années de myxomatose ! Que le Dr Morin ait été invité par les Dominici à participer à cet événement était dans la normalité . Et qu'ils aient mis Morin à l'affût dans un coin sans gibier , surtout comme le lièvre ,dont les gites étaient inventoriés par les paysans bien avant l'ouverture , cela aussi faisait partie de la "normalité" ..
 Les paysans gardaient jalousement les "bons coins" , comme pour les champignons . ..
Rien ne dit que le Dr morin ne possédait pas son permis de chasse , compte tenu que presque tout le monde chassait en ce temps- là ( Beaucoup de Medecins aussi ! ) . La guerre, toute proche, n'y était pas pour rien avec ses "restrictions " . Et s'entrainer  à la chasse était vu comme aussi comme un acte d'entrainement au tir plutôt "patriotique " . Toujours l'influence de la guerre .
*** On venait la veille chez l'hôte , pour être sur place le lendemain .La "veillée " n'était pas triste entre chasseurs,  comme on peut l'imaginer ....!
Après cet épilogue cynégétique  on ne peut mettre en doute ce témoignage . Rien ne liait le médecin aux Dominici . Sa femme corrobore ses dires .
Et ce qu'il dit est tout à fait cohérent .  

Velosolex écrit : "D'autre part il est assez étrange que le Dr Morin parle d'un rendez vous de chasse pour l'année prochaine, alors qu'il n'ignore sans doute pas que pour chasser il faut un permis ....et de l'expérience".

 Pas en cette époque comme je viens de l'expliquer . Et tirer le lapin n'était pas sorcier . Les temps ont beaucoup changé .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-11, 09:24    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour à tous, 


Ce n'est pas spécifié dans les PV mais je suppose que Morin devait avoir un permis pour la chasse. Car il dit bien qu'il est venu dans la région au moment de l'ouverture, qu'il possédait un fusil. Il ajoute même que c'est un fusil assez rudimentaire, un Simplex. Je ne pense pas qu'il se serait amusé à trimbaler un fusil dans sa voiture et à se rendre à la chasse le matin, comme il le précise, s'il n'avait pas eu de permis. Au risque de se faire verbaliser. Il devait avoir les moyens de se payer le permis de chasser qui, à l'époque, ne supposait pas de passage d'examen ou autre formalité. 


Par ailleurs, son ami Fiorito lorsqu'il est entendu par Chenevier déclare que Morin lui annonce la possibilité d'une chasse au sanglier pour l'année suivante et il ajoute : " Il était heureux de m'annoncer cela car, comme lui, j'avais un grand désir de participer à une battue au sanglier". 


On a l'impression que Fiorito comme Morin sont plutôt des chasseurs "de fantaisie". Ils n'ont jamais chassé le sanglier. Et la manière de poster Morin dans une baraque en ruines où il attend que ça se passe pendant un bon moment, laisse penser qu'on l'a un peu pris pour un couillon. D'un autre côté, les Dominici n'étaient pas tenus de l'emmener avec eux. Ils auraient pu aller chasser sans lui. 


Cordialement. 
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-11, 09:31    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Salut Gorenflo :






Citation:
Et la manière de poster Morin dans une baraque en ruines où il attend que ça se passe pendant un bon moment, laisse penser qu'on l'a un peu pris pour un couillon.

Un peu , beaucoup ... Razz   Mr. Green , surtout s'il s'est "pointé " avec un" simplex" !  Mort de Rire . Cela a dû le cataloguer dans la famille des chasseurs "amateurs" de fantaisie , tout juste bon pour la" baraque  en ruine" ....


 amicalement .




_________________
Cordialement .
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-11, 09:48    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Oui, sauf que Clovis lui aussi avait un Simplex (pas un Simplet) et un autre fusil. 
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-11, 10:33    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

........

C'est vrai sachant  aussi que le "simplex" était plus utilisé pour la chasse au poste , et en particulier pour les petits oiseaux et aussi à cause de sa
facilité de transport .
Pas question de" doublé "au lapin" à l'avant ", si fréquent avec un gibier si agile  , encore moins aux perdreaux et tant mieux pour les lièvres et ce ,  toujours "à l'avant "  .
C'est à dire en marchant avec des chiens d'arrêt qui lèvent le gibier sans le rabattre sur le chasseur , contrairement "à la courre "..(pas la chasse à courre , mais avec des "chiens courant " Rolling Eyes !!)



Les chasseurs  "sportifs " tiraient avec un "16 " jumelé,  "choqué" à gauche . Le douze "arrose" plus et convient aux moins adroits ..

De nos jours le mot chasse est pour moi un gros mot , car il n'y a plus de gibier et la raison de chasser n'est donc plus "écologique " . C'est un massacre de pauvres petites bêtes en voie de disparition . Il est , à mes yeux , d'une lâcheté sans nom que d'élever des petites bêtes pour les lâcher aux "chasseurs "pour le  simple plaisir de tuer .
Si c'était l'inverse on verrait moins de grands courageux en tenues camouflées dans nos campagnes ..... Mr. Green

C'était le quart d'heure de tendresse à l'approche de la Saint Nicolas .. 
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-11, 10:38    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Toutes les auditions et confrontations ayant été faites à propos du docteur Morin, nous arrivons au bout de ce qui touche à ce témoin. 

Avant d'évoquer ce qu'en pensent les magistrats, il faut indiquer que Chenevier dans son rapport fleuve qui vient clôturer la contre-enquête reparle, évidemment, du docteur Morin. Il met en scène le témoin dans la partie concernant l'arme du crime,  pour expliquer que la carabine était à la Grand Terre. Après avoir repris les différents éléments contenus dans les auditions, il commente : 


" De tout ceci, il ressort que le docteur Morin peut se tromper en ce qui concerne les participants aux parties de chasse. 
Il n'est d'autre part, pas impossible que Clovis et le petit Perrin soient de mauvaise foi en le niant. 


Mais le docteur Morin n'a quand même pas pu inventer des détails (tels que l'Angélus de Millet et la sulfateuse) qui prouvent que les dénégations de Gustave concernant la visite du docteur Morin dans la maison d'habitation et dans la remise tombent à faux. Et l'on conçoit sans peine les raisons qui peuvent inciter Gustave à nier la venue du Docteur dans une des pièces de la Grand Terre car, s'il l'admettait, il lui serait plus difficile de nier la présence à la ferme et à cette époque d'une "arme spéciale" pour la chasse au sanglier et les propos échangés à ce sujet; 


Il est incontestable que le jour du départ du docteur Morin, il a bien été question de parties de chasse au sanglier ainsi que l'établit la déclaration de M. FIORITO et qu'à cette occasion on aurait pu montrer au docteur Morin "l'arme spéciale". "


Chenevier apporte ensuite un élément intéressant concernant la fameuse réparation faite par Gustave à une "arme de chasse". Il écrit : 


" Le 20 janvier 1956, à la fin de notre dernier déplacement, nous avons pu vérifier que la carabine 9mm détenue par Gustave Dominici est effectivement réparée à l'aide de deux plaques minces en métal blanc clouées, sur chaque côté de la poignée de la crosse, donc sensiblement à hauteur non pas de la hausse, car cette arme n'en comporte pas, mais du cran de mire; 


Il apparaît donc que l'arme réparée, que le docteur Morin a déclaré avoir vue, ait pu être, en réalité, la carabine 9mm".


En ajoutant à ce point la confirmation par FIORITO du fait qu'il avait bien été question de chasse au sanglier pour l'année suivante, Chenevier pense que l'on peut "accorder un certain crédit" aux affirmations de Morin. 


Il conclut : " Les déclarations de Roger Perrin, Gustave et Gaston DOMINICI, notamment, rejetant dans leur ensemble les dires du docteur MORIN apparaissent donc très suspectes; 
Ces contradictions importantes ne manqueront pas d'attirer l'attention du magistrat pour la poursuite de son information ". 


On va voir que cette dernière "recommandation" n'a pas été retenue. 


Cordialement. 
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-11, 19:55    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonsoir à tous .
Encore un exposé très clair de gorenflo .

Chenevier dit :

Citation:
Mais le docteur Morin n'a quand même pas pu inventer des détails (tels que l'Angélus de Millet et la sulfateuse)



Je serais plus prudent , car depuis le début de cette affaire, la presse a raconté et montré tout cela en long et en large .



Citation:
Il est incontestable que le jour du départ du docteur Morin, il a bien été question de parties de chasse au sanglier ainsi que l'établit la déclaration de M. FIORITO et qu'à cette occasion on aurait pu montrer au docteur Morin "l'arme spéciale"

Pour nous , en tous cas, cela ne fait aucun doute !


Citation:
" Les déclarations de Roger Perrin, Gustave et Gaston DOMINICI, notamment, rejetant dans leur ensemble les dires du docteur MORIN apparaissent donc très suspectes;Ces contradictions importantes ne manqueront pas d'attirer l'attention du magistrat pour la poursuite de son information ".
C'est sous Sébeille que ce qu'a fait Chenevier aurait pu conduire à une autre issue !On a vraiment l'impression que l'audition de Morin par Sébeille, dès le début , ne lui est pas revenue à l'esprit au moment des aveux.

Je ne sais pas pourquoi , Chenevier n'a pas emmené Morin lui montrer le hangar , hormis le fait que le juge Carias l'en ait empêché .
Morin ,sur les lieux mêmes , lui aurait donné encore plus d'indices probants et davantage confondu nos menteurs génétiques !

J'imagine leurs tête en voyant Morin leur montrer, de facto, ce qu'il avait vu et fait dans la ferme avec ses cicérones distingués .  Evil or Very Mad !!!.





_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2012-12-11, 22:39; édité 1 fois
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-11, 22:31    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Nicolas a écrit:
C'est sous Sébeille que ce qu'a fait Chenevier aurait pu conduire à une autre issue !
On a vraiment l'impression que l'audition de Morin par Sébeille, dès le début , ne lui est pas revenue à l'esprit au moment des aveux.





Attention, sur ce point, il faut dire que Sébeille n'a pas entendu Morin. Morin est entendu une première fois à Nice. Il demande à rencontrer quelqu'un de l'équipe Sébeille. L'audition est prise par Tardieu en présence de Constant au mois d'octobre. A ce moment de l'enquête c'est Constant qui pilote l'affaire. Sébeille est parti en congés, complètement crevé et, au retour, il a la désagréable surprise de devoir travailler avec son collègue Constant qui a un grade supérieur au sien. Qu'on le veuille ou non, c'est Constant qui va mener l'enquête jusqu'au printemps 1953 où il disparaît, semble-t-il. 


En novembre 1953, ce sera Sébeille qui mènera l'enquête au palais de justice de Digne. Ce qui montre, au passage, qu'il devait y avoir quelques grincements au SRPJ de Marseille. 


Cordialement. 
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-11, 22:38    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonsoir Gorenflo ;

"Par Sébeille ". Oui j'avais bien noté que c'était Tardieu ..Constant , mais pour moi c'ést toujours  du ressort de Sébeille . Tout cela , comme tu le dis  , montre tout de même un certain flottement dans la SRpJ et cette dispersion ajoute encore au malaise général ressenti à tous les niveaux . 
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-12, 21:04    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonsoir .

Et voilà ! les Morins vont retourner dans les tiroirs des archives après avoir revécu, ici, leur séjour à Lurs ..Ils vont rejoindre les ombres, ils reprendront forme et vie  si quelqu'un un jour , comme Gorenflo , les fait revivre le temps d'une curiosité .

Le Dr Morin a failli rejoindre le Dr Dragon au palmarès des médecins célébres du procès de  l'affaire Dominici : Nalin , le légiste de Forcalquier .Le Dr  Dragon .  Le Dr Jouve ...
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Tartarin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2012-12-12, 21:27    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonsoir,

Bravo Monsieur Nicolas, je vois que le recul de la sagesse est là... :

Nicolas a écrit:
Bonsoir .Et voilà ! les Morins vont retourner dans les tiroirs des archives après avoir revécu, ici, leur séjour à Lurs... Ils vont rejoindre les ombres, ils reprendront forme et vie si quelqu'un un jour, comme Gorenflo, les fait revivre le temps d'une curiosité.
Le Dr. Morin a failli rejoindre le Dr Dragon au palmarès des médecins célébres du procès de l'affaire Dominici : Nalin, le légiste de Forcalquier, Le Dr. Dragon, Le Dr. Jouve ...



TARTARIN
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-12, 22:23    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonsoir à tous, 


Nous en sommes au bout avec les Morin. Je vais poster, pour en finir, avec les points de vue de Sabatier, le Procureur de Digne, et ce qu'écrit Carrias dans son ordonnance de non-lieu. 


Tartarin a écrit:
Bonsoir,

Bravo Monsieur Nicolas, je vois que le recul de la sagesse est là... :

Nicolas a écrit:





Certes, certes, mais il ne faut pas non plus balayer d'un revers de main ce qu'a pu déclarer Morin. Car, à la différence d'autres hypothèses plus ou moins fumeuses, lui il a fait des déclarations par procès-verbal, il a été entendu, confronté. Son propos sur une chasse au sanglier envisagée pour 1952 a bien été repris par son ami Fiorito. De même, je ne pense pas qu'il ait inventé la remarque que venait de lui faire Zézé dans le hall d'attente du commissariat de Digne. 


Ensuite, on peut toujours dire qu'il n'est pas un témoin absolument fiable dans la mesure où il n'a pas déclaré en 52 tout ce qu'il a pu dire à Chenevier ou à Carrias. Et il et vrai que là-dessus, il y a matière à s'interroger. Et à relever, une fois de plus, que c'est la marque de fabrique de cette affaire, si on tient compte aussi des propos de Maillet, distillés à petites doses espacées. 


Mais bon, j'espère - et je pense - que le médecin Morin n'était pas un hurluberlu bondissant qui parlait à tort et à travers sur la promenade des Anglais ou dans la ville de Digne lorsqu'il y était convoqué par Chenevier. 


Sinon, cela voudrait dire que personne n'a remarqué ces bizarreries (car le juge Carrias ne dit pas qu'il croit avoir affaire à un mythomane ou un excité) et dans ce cas, nous pourrions rétrospectivement nous faire du souci pour ses patients niçois.  Shocked


Cordialement. 
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-12, 23:57    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonsoir à tous , bonsoir tartarin
Bonsoir Gorenflo :

Goreflo écrit :
Citation:
Ensuite, on peut toujours dire qu'il n'est pas un témoin absolument fiable dans la mesure où il n'a pas déclaré en 52 tout ce qu'il a pu dire à Chenevier ou à Carrias. Et il et vrai que là-dessus, il y a matière à s'interroger. Et à relever, une fois de plus, que c'est la marque de fabrique de cette affaire, si on tient compte aussi des propos de Maillet, distillés à petites doses espacées


C'est vrai ..mais l'atmosphère de la libération , de l'épuration et de la connivence entre ancien FTP au milieu du souvenir récent des affaires du Château de Payerolle ,( de Musy-Stigny -de Nice !)), etc , n'y est sans doute pas pour rien . Je m'explique , à chaque fois que les témoins en disent un peu plus long, c'est lorsque les Dominici sont officiellement épinglés , lâchés par le Parti et devenus en quelque sorte" inoffensifs ". Ainsi maillet ose aller plus loin après l'inculpation de Gaston et avoir assisté à la reconstitution de très (trop) près ( un Saint Thomas des laïques )..idem pour Morin qui se lâche une fois "la bête" noire de la Grand'terre neutralisée et ses alliés du passé communo-FTP  évanouis derrière le mur de la prudence.
L'effet retard des témoignages justement observé, est jumelé ici à l'effet petit- pas -pas- de -risques . 


_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2012-12-13, 08:41; édité 1 fois
Revenir en haut
velosolex


Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2012
Messages: 14
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-13, 01:06    Sujet du message: Les Morin. Répondre en citant

Bonsoir messieurs le forum
Il me semble que Morin n'a pas voulu enfoncer les Dominici lors de sa premiere intervention, à Nice. Parce que il ne les voyait pas coupables et au contraire voulait faire un témoignage de moralité.
Lors de son audition par Chenevier en 55 sa position était toute différente. D'abord on l'avait convoqué. Ce n'est plus de son plein gré qu'il faisait une intervention. Et entre temps le doute - et même plus - l'avait saisi, après avoir suivi l'affaire et le procès comme on peut se douter.

   Meilleures salutations      Vélosolex
_________________
pirecanto
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-13, 09:18    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour Velosolex, 
Bonjour à tous, 


velosolex a écrit:


Il me semble que Morin n'a pas voulu enfoncer les Dominici lors de sa premiere intervention, à Nice. Parce que il ne les voyait pas coupables et au contraire voulait faire un témoignage de moralité.



Je suis d'accord avec vous. D'ailleurs, Morin le dit bien. Sa première audition a lieu quelques jours après les faits et elle est de sa propre initiative. Il a voulu se faire entendre pour corriger un article de presse qui prétendait qu'il avait été mal reçu l'année précédente par les Dominici. Il a tenu à dire le contraire et ajoute qu'il a même écrit une lettre à Gaston. 


Il est donc tout à fait possible qu'à ce moment il n'ait pas voulu, même s'il l'avait en tête, parler de "l'arme spéciale". Seulement voilà, quand on arrive trois ans après pour parler de cet engin, il est clair que certains s'interrogent. Et savent utiliser ce retard pour dire que tout ceci est bien curieux. 


Cordialement. 
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-13, 10:24    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Donc, fin du parcours Morin : 


Le 30 octobre 1956, le procureur de la République de Digne qui, tout de même, joue un rôle dans l'instruction menée par le juge d'Instruction -Carrias en l'occurrence - lui adresse un réquisitoire définitif de non-lieu. Ce qui signifie qu'il lui demande de clôturer son instruction par une décision de ne pas poursuivre sa tâche, compte tenu du fait qu'il n'y a pas matière à mettre en cause qui que ce soit.  Ceci fait partie des prérogatives du Procureur de la République qui peut intervenir au cours d'une instruction menée par un juge en lui adressant des réquisitions pour accomplir certains actes (perquisition, audition de témoins, etc.) et qui a le droit de se faire communiquer la procédure pour se tenir informé. 


Bien entendu, le juge peut être d'un avis différent. Mais, ce n'est pas le cas dans notre affaire. 


Dans son réquisitoire, Sabatier reprend donc les éléments survenus depuis la condamnation de Gaston et ses déclarations mettant en cause Gustave et Zézé. Il en arrive ainsi au docteur Morin : 


"Les témoins dont les policiers paraissent attendre encore quelque lumière ne peuvent être considérés comme convaincants :   un témoin tardif comme le docteur Morin qui, entendu les 6 août et 17 octobre 1952 ne se rappelait rien et qui a vu ses souvenirs affluer en suivant le déroulement de l'enquête dans les journaux pour n'en faire état qu'en 1955, .....( le Procureur parle ensuite de Bossa) .........


Le juge Carrias, quant à lui, rend son ordonnance de non-lieu le 13 novembre 1956. A un moment, il évoque le lieu où pouvait être entreposée la carabine et les conclusions du rapport Chenevier qui vont dans le sens d'un rangement de ladite carabine le plus souvent chez Gustave. Il ajoute que ceci n'est pas démontré par Chenevier et en arrive ainsi au docteur Morin : 


" qu'il n'y a pas lieu de retenir à ce sujet les déclarations faites par Marcel Morin les 17 janvier et 12 octobre 1955, ce témoin particulièrement imaginatif qui ne pouvait donner le 6 août et le 17 octobre 1952 aucune précision sur les armes qu'il avait vues  un an auparavant à la Grand Terre, nous ayant déclaré le 16 mai 1955 que ses souvenirs lui étaient revenus tardivement, à mesure qu'il avait "suivi le déroulement de l'enquête par les journaux" ; que d'une part les Dominici lui avaient montré une arme spéciale pour la chasse aux sangliers ; que d'autre part il avait vu, avant l'enquête, une arme avec un trou dans la crosse mais qu'il lui était impossible de préciser s'il s'agissait d'un seul souvenir ou s'il mélangeait deux souvenirs ; qu'en tout cas des souvenirs aussi tardifs et imprécis ne sauraient servir à établir que l'arme était ou n'était pas dans la remise, ni qu'elle appartenait à Gustave DOMINICI plutôt qu'à son père ou à tout autre"...........


Voilà. Le juge Carrias considère que le docteur Morin n'est pas suffisamment crédible, compte tenu de ses témoignages tardifs et imprécis, pour justifier que l'on prenne ses déclarations comme du bon pain. C'est une position qui tient la route, il faut bien le reconnaître, dans le sens où les défenseurs de Gustave auraient eu vite fait de soulever les points que relève le juge Carrias. Et ce n'est pas avec cela que Gustave aurait pu être condamné. 


Mais, d'un autre côté, je crois que le juge, comme les magistrats concernés par l'affaire, en général, n'avait pas particulièrement envie de partir sur une inculpation de Gustave dont le résultat aurait été aléatoire. C'est à dire que si Chenevier avait présenté la solution sur un plateau, il ne fait pas de doute qu'une suite aurait été envisagée. Cette solution, carrée, indiscutable, n'étant pas venue, on n'a pas cherché plus loin. 


Il n'empêche : on peut retirer de tout ceci une conviction personnelle. La mienne est que le docteur Morin n'avait aucun intérêt à venir raconter des balivernes aux policiers. Je ne pense pas qu'il ait inventé cette visite à la ferme, pour saluer les Dominici au moment de son départ. D'autant que cela est confirmé par sa femme. Je ne crois pas non plus qu'il ait inventé ce déplacement dans la remise puisque sa femme confirme bien qu'ils sont sortis de la maison. Quant à la carabine, s'il n'a pas vu celle-ci dans ladite remise, que sont-ils donc allés faire là-dedans ? Le déplacement sous ce fameux hangar devait bien avoir un but ! 


Evidemment, il eût été préférable de dire tout cela dès le mois d'août 1952. Ça aurait eu un autre poids. 


Cordialement. 


Dernière édition par gorenflo le 2012-12-13, 17:42; édité 1 fois
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-12-13, 11:10    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour à tous , Bonjour Gorenflo :

Gorenflo écrit :
Citation:

Il n'empêche : on peut retirer de tout ceci une conviction personnelle. La mienne est que le docteur Morin n'avait aucun intérêt à venir raconter des balivernes aux policiers. Je ne pense pas qu'il ait inventé cette visite à la ferme pour saluer les Dominici au moment de son départ. D'autant que cela est confirmé par sa femme. Je ne crois pas non plus qu'il ait inventé ce déplacement dans la remise puisque sa femme confirme bien qu'ils sont sortis de la maison. Quant à la carabine, s'il n'a pas vu celle-ci dans ladite remise, que sont-ils donc allés faire là-dedans ? Le déplacement sous ce fameux hangar devait bien avoir un but !






Okay  On ne peut mieux dire !


_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2013-09-01, 14:01    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour . 
Cet épisode de chasse avec le Dr Morin durant 1951 montre trois  choses : 
1) Ils braconnaient bien les nuits d'été . 
2) Ils possédaient bien "'une arme spéciale pour les sangliers '" que Le Dr Morin a vue "rafistolée aussi " . Ce serait bien un drôle de hasard qui ferait que les carabines "spéciales sangliers " soient toutes rafistolées et avec de l'aluminium de surcroît n comme pour la USM1 du crime .
3) C'était Gustave le préposé au tir avec elle . 
4) Que cette carabine était entreposée aussi dans le fameux hangar où ils ont désigné l’étagère ! Encore un drôle de hasard ! 


En conclusion: Nullement Gaston est impliqué dans l'épisode de chasse avec les Morin .Gustave oui, et "un autre" ... 


Il convient sans avoir peur de délirer , de rapprocher cet épisode de celui de la nuit du crime . Même si cela ne prouve rien sur les auteurs du crime du 5 août 52, 
il montre à l'évidence que Gustave ne peut être écarté de la genèse du crime , compte tenu que c’était lui qui se servait de la carabine pour braconner de nuit .
Il peut dire que ce n'est pas lui , mais il ne peut dire que ce ne peut être lui . 


Son agitation durant toute la nuit du crime , montre qu'il y avait un intérêt à maquiller et peut être pas que pour son père .
Que Gaston ne semble pas être revenu sur le bivouac ..pourquoi ? 


Enfin que Gaston si maladroit durant la "reconstitution" de pacotille et bienveillante a refusé de mimer les geste sur la petite Elizabeth . que donne comme explication ? Sans doute voulait -il bien endosser le reste , mais pas ça . ( ?!)

  
Citation:
On a l’impression de cheminer dans des galeries où abondent les pièges et les chausse-trappes, et d’aboutir toujours à un cul-de-sac. "  Jean Laborde. "Un matin d’été à Lurs."   
         
On le voit bien encore ici cette affaire "est un labyrinthe ...." 
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Tartarin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2013-09-01, 16:19    Sujet du message: Les Morin Répondre en citant

Bonjour,

Je répond aux messages de Gorenflo à propos des témoignages et révélations tardifs dont la plupart ont été édulcorés avec ce qui se disait dans la presse, de quoi compliquer encore plus les choses qui quelque part, je dis bien quelque part, ont bien arrangé la position des magistrats avec une affaire qui commençait "à leur peser"...

TARTARIN
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:24    Sujet du message: Les Morin

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Index du Forum -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> Paul Maillet et tous les témoins. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com