l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs  Index du Forum

l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs
La vérité sur le triple crime le plus célèbre .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Rapports d'autopsie du 17 août 52

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Index du Forum -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> Les rapports d'autopsie .Les Déclarations des médecins .
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2010-11-16, 10:32    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

 
Rapport d'autopsie  .             
Nous soussignés


GIRARD, docteur en médecine à Digne et NALLIN Pierre, docteur en médecine, Chevalier de la Légion d'Honneur, à Forcalquier, commis par Ordonnance de Mr. Roger FÉRIÉS, Juge d'Instruction au Tribunal de Première Instance de Digne, en date du cinq Août Mil neuf cent cinquante-deux, Ordonnance ainsi conçue :                  
Nous Roger PÉRIES, Juge d'Instruction au Tribunal de Première Instance de Digne,               Vu l'information suivie contre XInculpé d'assassinat - vol.Vu les articles 43 et 44 du Code d'instruction criminelle,
Commettons Messieurs les Docteurs GIRARD et NALLIN médecins légistes à Digne et Forcalquier qui après avoir porté devant nous le serment prescrit par la loi, procéderont aux opérations suivantes :                  
Procéder à l'autopsie des cadavres de :Sir Jack DRUMMOND, Lady DRUMMOND,Elisabeth DRUMMOND actuellement entreposés à la Morgue de l'Hôpital Civil de Forcalquier pour constater tous indices de crime et de délit. 1 Quelle est la nature des coups que portent les cadavres ?
Quelle est leur cause ? (Instruments piquants, tranchants, contondants, brûlures, armes à feu ) ?   
S'il s'agit de coups causés par arme à feu, préciser les distances auxquelles ils ont été tirés ?               3° Existe-t-il des traces de résistance ou de lutte ?
4° Les coups ont-ils été portés par un seul individu ou par plusieurs ?                  
Avant ou après la mort ? - Préciser les circonstances.
5° Combien de temps avant la mort les victimes avaient-elles accompli certains actes physiologiques (repas - injection de liquide, etc.)                  
6° À quelle heure remonte la mort ?7° Rechercher si la jeune victime porte des traces de viol ?8° Pour la jeune victime, préciser les lésions, comment ont-elles été produites ? (instruments tranchants ou contondants) ?         Certifions nous être transportés le cinq août à seize heures à l'Hôpital de Forcalquier où nous avons rempli la mission qui nous a été confiée.           
Les cadavres de Sir DRUMMOND, Lady DRUMMOND et d'Elisabeth DRUMMOND reposent sur des brancards à la Morgue de cet Hôpital et sont recouverts de couvertures.                  
Voici les constatations que nous avons faites pour chacun de ces cadavres, en présence de Monsieur PÉRIES, Juge d'Instruction.               Le cadavre est celui d'un homme d'une soixantaine d'années paraissant robuste et bien constitué . taille 1m70. Il est entièrement dévêtu ...à l'avant bras gauche un montre bracelet et à l'annulaire gauche une bague en métal ornée de figures marocaines .Il est pourvu d'un appareil dentaire complet et intact (haut et bas ) .La putréfaction est à peine commencée , la rigidité cadavérique est complète .Les lèvres sont souillées de sang ; dès que l'on déplace le cadavre un flot liquide sort par la bouche . On remarque sur le corps des traces de blessures qui ont le caractéristiques de plaies par balles de fort calibre (7 a 8 millimetres de diametre environ).  Sur la face postérieure du tronc, on voit deux orifices de plaie par balle, l'un situé sur le côté droit du thorax, à six centimètres de l'ipophyse épineuse de la septième vertèbre dorsale ; l'autre située sur le bord droit du rachis, entre les apophyses épineuses de la première et de la deuxième vertèbre lombaire.
Ces orifices, à bords nets, ont les caractéristiques d'entrée de balles de gros calibre ; elles sont ovalaires, leur grand aixe est transversal et mesure 8 millimètres environ de longueur ; elles ne sont pas auréolées d'incrustation de poudre. Ces plaies constituent des orifices d'entrée de balles.                  
Sur la face antérieure du thorax se trouvent aussi deux orifices de plaie par balle, l'un situé immédiatement au-dessous du sixième cartilage costal droit ; l'autre, à deux travers de doigt au-dessous du mamelon droit.               Ces deux plaies de la paroi antérieure du thorax sont larges (deux centimètres et demi à trois centimètres de diamètre), anfractucuscs, à bords décollés. Elles livrent passage à une abondante quantité de sang liquide dès qu'on déplace le corps. Elles représentent les orifices de sortie des projectiles.               

AUTOPSIE DE SIR DRUMMOND


Le cadavre est celui d'un homme d'une soixantaine d'années, paraissant robuste et bien constitué. Taille 1,70 m. Il est entièrement dévêtu. Il porte à l'avant-bras gauche une montre-bracelet et à l'annulaire gauche une bague en métal ornée de figures marocaines.                  
Il est pourvu d'un appareil de prothèse dentaire complet et intact (haut et bas).               La putréfaction est à peine commencée, la rigidité cadavérique est complète. Les lèvres sont souillées de sang ; dès qu'on déplace le cadavre, un flot de sang liquide sort par la bouche. On remarque sur le corps des traces de blessures par arme à feu qui ont les caractéristiques de plaies par balles de fort calibre .(7 a 8 mm environ ).              

Sur la face postérieure du tronc on voit deux orifices de plaies par balle , l'un situé sur le coté droit du thorax à 6 cm de l'apophyse épineuse et la 7eme vertèbre dorsale ; l'autre située sur le bord droit du rachis , entre les apophyses épinueuses de la 1er et la 2me vertebre lombaire .               

Ces orifices a bords nets ont les caractéristiques des orifices d'entrée de balles de gros calibre .Elles sont ovalaires , leur garnd axe tranversal mesure 8mm environ de longueur . Elles ne sont pas auréolées d'incrustation de poudre .Ces plaie constituent des orifice d'entrée de balles .               

Sur la face antérieure du thorax se trouvent aussi deux orifices de plaies par balle . ...ces plaies sont larges (2 a 3 cm )..elles constituent des plaies de sortie de projectiles .           



OUVERTURE DU CORPS               
II n'existe pas d'ecchymoses au niveau du cou.Le plastron thoracique enlevé, nous remarquons que la partie antérieure de la septième côte droite est fracturée et qu'il en est de même de la partie antérieure de la quatrième côte droite. Ces fractures sont comminutives, c'est-à-dire à plusieurs fragments.  
Le poumon droit baigne dans une abondante quantité de sang liquide (trois quarts de litre environ), le parenchyme noirâtre est affaissé. Son lobe supérieur est intact. Son lobe moyen est largement déchiré, on voit une grande plaie, à direction postéro-antérieurc, située immédiatement au-dessous de la scissure inter-lobaire. La base du poumon adhère fortement à la coupole diaphragmatique.               
  Le poumon gauche paraît intact ; il est de coloration foncée , il est affaissé. À la section son parenchyme est noirâtre ; les bronches ne laissent sourdre qu'une mucosité légèrement hémorragique.           

Le péricarde est normal, intact.
Le cœur, vide de sang, est intact, ses valvules sont saines. Les gros vaisseaux, aorte, veines pulmonaires, artère pulmonaire, ne sont pas altérés. L'estomac renferme cent grammes environ d'une purée brunâtre correspondant à la fin de la digestion ; ce résidu n'a pas d'odeur alcoolique.                 

Les intestins n'offrent pas d'altérations traumatiques ou pathologiques, ils sont fortement distendus par des gaz. L'appendice volumineux est sain. Le foie porte une plaie intéressant à la fois son lobe droit et son lobe moyen. Cette plaie, qui se dirige d'arrière en avant, traverse l'organe dans toute son épaisseur. Son orifice d'entrée siège sur le bord postérieur du foie ; d'abord ovalaire, de la dimension de la pointe de l'index, il va, en s'évasant en atteignant la face antérieure de l'organe où il donne l'impression d'avoir provoqué un véritable éclatement du parenchyme. Sur cette dernière face, la plaie hépatique mesure 6 centimètres environ de largeur. La quantité de sang répandue, tant au niveau de la blessure que dans la cavité abdominale, est minime par rapport à l'abondante hémorragie thoracique que nous avons signalée plus haut.                  
La vessie est vide. Les reins et la rate sont normaux.Le corps de la première vertèbre lombaire est fracturé.

Il n'existe pas de plaie de la face, ni du cuir chevelu ; les os du crâne sont intacts.                 

Les membres supérieurs et inférieurs ne présentent pas de blessures à l'exception de la main droite.                  
Sur cette main, il existe trois plaies ; l'une transversale, large et profonde, intéressant les parties molles (peau et muscles de l'éminence thénar), les deux autres sont continues, transversales et siègent sur la face interne de la première phalange du médius et sur la face externe de la première phalange de l'annulaire. Ces trois plaies paraissent avoir été provoquées par une balle qui aurait suivi le trajet ; base du pouce troisième espace inter-phalangien.                 

 


CONCLUSIONS                  
 Sir Drummond a été blessé,1°) Au niveau du thorax, par un projectile d'arme a feu, en I'espèce une balle de gros calibre (7 à 8 millimètres de diamètre) qui a pénétré dans l'hémithorax droit par sa face postérieure (au niveau de la septième vertèbre dorsale) et qui est sortie, en avant, dans le quatrième espace inter-costal droit. Ce projectile a déterminé une large plaie du poumon et entrainé une abondante hémorragie.


2°) Au niveau de la partie supérieure des lombaires par un projectil (une balle également de gros calibre) qui a pénétré dans le corps au niveau de la première lombaire et qui est sorti à la face antérieure du thorax, au niveau du sixième cartilage costal droit. Ce projectile, après avoir fracturé la première lombaire, a traversé le foie, d'arrière en avant, en provoquant une vaste plaie des lobes moyen et droit.                  
Ces deux blessures étaient mortelles. La victime était debout lors qu'elle a été atteinte par la première balle ; elle devait se trouver debout et légèrement inclinée en avant lorsqu'elle a reçu la deuxième balle.3°) La mort peut remonter à une quinzaine d'heures environ.


AUTOPSIES DE LADY Drummond

Le cadavre est celui d'une femme paraissant âgée de quarante-cinq ans environ, et bien constituée. Taille 1,63 m. Ses cheveux sont grisonnants. Ses ongles sont recouverts d'un vernis rouge.                 
Il n'est vêtu que d'une culotte en tissu blanc. La rigidité cadavérique est complète ; la putréfaction à peine commencée. Quelques lividités cadavériques apparaissent sur les flancs.                 
Sur la poitrine, les membres supérieurs et l'abdomen, nous relevons sept plaies par arme à feu,  toutes causées par des balles de gros calibre. Ces plaies sont ainsi disposées :                 
Au niveau de la paroi antérieure du thorax se trouvent 4 plaies | la première plaie est située à un Centimètre du bord gauche du sternum au niveau de la deuxième côte ; plaie arrondie par une balle de 8 à 9 millimètres de diamètre ; à bords réguliers.
La deuxième plaie par balle est située au niveau du sein gauche, à la hauteur de la cinquième côte ; à un travers de doigt en dehors de la ligne mamelonnaire ; plaie arrondie, à bords très irréguliers, légèrement éversés, de la dimension d'une pièce de un franc.                 

La troisième plaie est située au niveau de la cinquième côte droite, au-dessous du sein, légèrement en dehors de la ligne mamelonnaire. Cette plaie est en retrait d'une plaie du bras droit (lorsque celui-ci est rapproché du thorax) que nous décrirons plus loin. Cette plaie, de la dimension d'une pièce de un franc, a des bords fortement déchiquetés.                 
La quatrième plaie est située au niveau de la huitième côte gauche à quatre travers de doigt en dehors   de la ligne mamelonnaire. Cette plaie, légèrement arrondie, mesure 6 à 7 millimètres de diamètre.                 

Au niveau du bras droit on voit une plaie ovalaire, de 6 millimètres de diamètre, située à la partie antérieure et inférieure du deltoïde. C'est certainement un orifice d'entrée de balle de gros calibre. Une plaie de 5 centimètres de long est située sur la face interne de la partie moyenne du bras ; elle a des bords déchiquetés et laisse voir d'importants dégâts des parties molles de la région bicipitale ainsi qu'une fracture comminutive de l'humérus.                 
Au niveau du bras gauche, une plaie par balle se trouve à la partie antéro-supérieure de la région deltoïdienne ; cette plaie est légèrement ovalaire (son grand axe mesure 7 à 8 millimètres et a une direction verticale) et à bords nets. C'est un orifice d'entrée du projectile.                 

Au niveau de la paroi de l'abdomen, il existe une large plaie s'étendant sur une longueur de 15 centimètres, de l'épine iliaque antéro-supérieure gauche à la région trochantérienne gauche ; cette plaie n'intéresse que les parties molles (peau, tissu cellulaire sous-cutané). Large (4 centimètres) à sa partie supérieure, elle est effilée à sa partie intérieure. Ses bords sont nets. Elle traduit la direction d'une balle dont la trajectoire irait de l'épaule gauche à la partie externe et supérieure de la hanche gauche.                 

Il n'existe par ailleurs aucune plaie par balle de la partie postérieure et des parties latérales du corps.                 

les membres inférieurs ne portent aucune trace de blessures La situation des plaies et leur direction laissent à penser que l'agresseur devait se trouver sur le côté droit de sa victime, celle-ci étant couchée ou légèrement assise, soit un peu en arrière d'elle.


OUVERTURE DU CORPS                 
Après avoir sectionné et récliné les parties molles du plastron tho-racique, nous constatons qu'il existe des fractures comminutivcs, de la deuxième côte gauche près du sternum, de la quatrième et de la sixième côte gauche (celle-ci au-dessous du sein), de la quatrième et de la cinquième côte droite, au-dessous du sein droit.   
Le plastron thoracique enlevé, les cavités pleurales, la gauche en particulier, contiennent une abondante quantité de sang liquide droite 200 grammes environ, à gauche 350 grammes environ). Les poumons sont rosés, en partie affaissés ; il existe quelques hémorragies ponctuées sous-pleurales.   
Sur le poumon droit, on voit une plaie transversale de la partie-supérieure du lobe moyen, plaie volumineuse, irrégulière, à bords déchiquetés.                  
Au niveau du poumon gauche, on voit une plaie du parenchyme peu étendue siégeant à la partie antérieure du lobe supérieur et du lobe moyen. Cette plaie est due au même projectile. En dehors des zones blessées le parenchyme paraît sain.                  
Il n'y a pas d'adhérences pleurétiques.
Les gros vaisseaux (aorte, artères et veines pulmonaires) n'offrent pas de lésion.                 

Le cœur présente une plaie de l'oreillette gauche (partie externe) au travers de laquelle on peut introduire la pointe de l'index et une plaie allongée de trois centimètres de longueur intéressant toute l'épaisseur du ventricule gauche. Cette deuxième plaie allongée, à bords irréguliers, siège à l'union de la face antérieure et du bord externe du ventricule gauche. Il y eut donc transfixie du cœur par balle. Le cœur est de volume normal. La valvule mitrale est en partie sectionnée. Les valvules du ventricule droit sont intactes.                  
I.c péricarde contient peu de sang, II présente deux petites plaies , en regard des plaies du cœur immédiatement en dessous de cette plaie cardiaque, la cinquième côte est fracturée. L'estomac , intact, ne contient qu'une quantité minime de mucus, sans odeur particulière.                  
Le foie, la rate, les reins et les autres viscères abdominaux n'offrent pas de lésion appréciable, pathologique ou traumatique.                  
La vessie contient peu d'urine.Les organes génitaux sont sains ; il n'existe pas de signe de viol.

Les intestins ne présentent pas d'altération pathologique ou traumatique, l'appendice est normal.                  
Le cuir chevelu est intact. Les os du crâne et de la face ne sont pas fracturés.                  
Sur les autres parties du corps, sur le cou en particulier, il n'existe aucune excoriation, ni trace de blessure.                  
Aucun projectile n'a pu être découvert dans le corps de la victime.
CONCLUSIONS                  
AUTOPSIES DE LADY DRUMMOND
Lady DRUMMOND a été blessée par arme à feu, chargée à balles de gros calibre (7 à 8 millimètres).                 

Il est à noter que toutes ses blessures se trouvent sur la face antérieure du corps ; la face postérieure ne porte aucune trace de plaie.                  
Au niveau de la partie antérieure du thorax et des épaules, on trouve les orifices d'entrée et de sortie des projectiles.                  
Deux de ces projectiles ont causé des plaies avec hémorragie des poumons et du cœur.                  
Le premier a pénétré dans le poumon droit après avoir traversé le bras droit fracturé, l'humérus et la cinquième côte droite, au-dessous du sein.                  
Le deuxième projectile a pénétré dans le thorax à un centimètre du bord gauche du sternum, au niveau de la deuxième côte qui a été fracturée, a traversé l'oreillette gauche, la paroi antérieure du ventricule gauche pour ressortir au-dessous et en dehors du sein.                  
Ces blessures pulmonaires et cardiaques ont provoqué une mort rapide.                 Une balle dut, après avoir pénétré par la face antérieure de l'épaule gauche , se créer une issue au dessous de la 8eme cote gauche et dilacérer ensuite les parties molles de la région ilio- trochantérienne . Nous n'avons pu suivre sa trace dans le corps.                
La situation des plaies, la direction des blessures des poumons et du cœur semblent indiquer que la victime était couchée ou le buste légèrement soulevé lorsqu'elle a été blessée.                
Son agresseur devait se trouver d'abord sur son côté droit, puis en arrière d'elle lorsqu'il a tiré ses coups de feu. Il n'existe pas de trace de résistance ou de lutte. La mort remonte à une quinzaine d'hcures environ.



AUTOPSIE DU CORPS D'ELISABETH DRUMMOND


Le corps est celui d'une fillette d'une douzaine d'années, aux cheveux châtains et bien constituée.            
Taille 1,42 m. 
Il est entièrement dévêtu et porte,à l'avant-bras gauche, une montre-bracelet. La rigidité cadavérique est complète ; la putréfaction à peine commencée. Sur les flancs et les parties déclives du thorax se trouvent des lividités cadavériques. 

Tout le visage, ainsi qu'une partie du crâne et des cheveux, sont couverts de sang coagulé, par le nez et la bouche s'écoule du sang liquide dès qu'on déplace le cadavre. 
Le corps porte des traces de blessures uniquement localisées au crâne et à la face. Le crâne paraît déformé. 
Deux des blessures sont situées, presque symétriquement, au niveau des arcades sourcilières droite et gauche.               

Elles s'étendent l'une et l'autre sur une longueur de cinq centimètres, de la partie moyenne des sourcils à la région temporale. 
Elles sont transversales, à bords légèrement irréguliers, parallèles au rebord orbitaire supérieur. Larges de 2 centimètres à la partie interne, elles vont en s'effilant en atteignant la région temporale. Au niveau de ces plaies, le doigt peut percevoir d'importants dégâts osseux.                

Ces plaies sont dues à l'application d'un corps contondant, allongé et régulier (crosse de fusil, barre de fer ou gros manche d'outil). 

Après avoir incisé transversalement le cuir chevelu et récliné en arrière la calotte crânienne, nous constatons d'importants délabrements osseux qui sont absolument symétriques de part et d'autre de la suture médio-frontale.               
Les rebords orbitaires supérieurs sont fracturés, les traits de fracture sont transversaux, intéressant tous les rebords qui sont affaissés. Les toits des orbites sont fracturés et enfoncés. Il en est de même de l'ethmoïde.              
Les globes oculaires sont intacts.
Le frontal présente encore deux traits de fracture tant à gauche qu'à droite de la médiane.              
Un premier trait s'étend du rebord orbitaire à la suture fronto-pariétale en passant par la bosse frontale.               
Latéralement, on trouve encore, tant à droite qu'à gauche du crâne, une deuxième fracture du frontal qui passe par la fossette temporale et aboutit à la partie inférieure de la suture fronto-sphénoï-dienne.               
Il y a disjonction, sur toute leur étendue, des sutures fronto-pariétales et fronto-sphénoïdiennes, droite et gauche.               
Les fragments osseux sont très mobiles, tant à droite qu'à gauche, et se chevauchent aisément les uns sur les autres. C'est l'ensemble de ces fractures qui donnait à la partie antérieure du crâne sa configuration et sa consistance anormales (en palpant le crâne, on avait l'impression de mobiliser un sac de noix).               
Dans l'espace sous-dure-mérien de la région temporale droite est un léger épanchement sanguin.               

Les méninges sont déchirées, en particulier au niveau du toit des orbites et de la région temporale droite.               
La matière cérébrale a conservé sa consistance, sa configuration extérieure est normale.               
Les circonvolutions frontales présentent à leur surface de petites suffusions sanguines.               
La section des hémisphères cérébraux du cervelet, du bulbe, ne permet pas de déceler de lésions macroscopiques importantes.               
Les autres parties du corps : cou, thorax, membres, à l'exception de l'oreille droite, ne portent ni ecchymoses ni traces de violence. La valve [sic] (lire vulve) , en particulier est intacte , il n'existe pas de trace viol .              
L'oreille droite porte à la partie supérieure de son pavillon une plaie contuse, sanguinolente, avec perte de substance cutanée et cartilagineuse.               

Cette plaie mesure un centimètre de longueur et un centimètre de profondeur. En arrière de cette plaie se trouve une excoriation de la région mastoïdienne.               
Cette plaie contuse peut être due, soit à l'application d'un corps contondant, soit à une balle de gros calibre.   



CONCLUSIONS                
Le corps de la jeune Elisabeth DRUMMOND porte des plaies contuses de la face et du crâne et des fractures multiples du crâne par instrument contondant.               
Ces plaies et ces fractures sont absolument symétriques de part et d'autre de la suture médio-frontale. Leur importance permet de penser qu'elles ont été produites par un corps contondant (crosse de fusil, barre de fer ou gros manche d'outil), appliqué au moins à 2 reprises avec une extrême violence et par un agresseur très robuste.  
La mort a été la conséquence de ces grands traumatismes crâniens, du choc et de l'hémorragie qui en sont résultés.  
Il y a lieu de croire que la victime était allongée sur le sol lorsqu'elle a été frappée par son agresseur.               

Le corps de la victime ne porte pas de trace de viol, ni de trace de résistance ou de lutte. La mort doit remonter à une quinzaine d'heures environ.  

Rien ne nous permet de savoir si les coups ont été portés sur ces trois victimes par un ou par plusieurs individus.  
Les montres-bracelets et l'appareil de prothèse dentaire de sir DRUMMOND que nous avons recueillis ont été confiés à Monsieur le Greffier du Tribunal Civil de Digne.             



Forcalquier le 17 Août 1952      









  
  
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2014-11-10, 02:53; édité 12 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 2010-11-16, 10:32    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2010-11-16, 11:08    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Bonjour ,
Pour les esprits chagrins qui s'étonnent que le rapport ne fut rendu que le 17 août , il convient de préciser que
pour des rapports impliquants des blessures par balles , des informations complémentaires venant d'experts en balistique
sont nécéssaires pour un médecin  avant de conclure définitivement et  il n'y avait pas internet en 52!
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
AldO


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 73
Localisation: Bouches du Rhône
Masculin

MessagePosté le: 2010-11-16, 23:52    Sujet du message: Rapport d'autopsie Répondre en citant

Bonsoir à tous! (Il n'y a personne en ligne)


Je me suis toujours demandé comment Pierre Nalin a pu signer un document où son nom est mal orthographié!


C'était un homme consciencieux d'un grande probité et pour lequel ces détails avaient de l'importance.


Amitiés à tous.
_________________
AldO
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2010-11-20, 02:12    Sujet du message: Les blessures à la main de Drummond et à la tempe d'Elyzabeth Répondre en citant

Bonsoir à tous ,
La suite des posts: au chapitre "le sort d'Elizabeth" ..Bonjour à tous . Le rapport dit :
Sur cette main, il existe trois plaies ; l'une transversale, large et profonde, intéressant les parties molles (peau et muscles de l'éminence thénar), les deux autres sont continues, transversales et siègent sur la face interne de la première phalange du médius et sur la face externe de la première phalange de l'annulaire. Ces trois plaies paraissent avoir été provoquées par une balle qui aurait suivi le trajet ; base du pouce troisième espace inter-phalangien.
Nous en avions conclu en 2008 sur le forum acerboard que c'était le collier en duralumin,- que nous avions connus jeunes pour son aspect coupant et qui servait à tenir le fût du canon -,qui avait arraché l'aponévrose de sa main .
Aldo lui , continue ce raisonnement en précisant qu'en retirant la carabine avec force de la main de Drummond en faisant un demi -cercle, l'aponévrose est allée atterrir sur le pare-chocs . Les deux hypothèses s'emboitent très bien et nous les validons ici . Bravo cher Aldo pour avoir trouvé la trajectoire de l'aponévrose consécutive à un large geste pour récupérer la carabine . CQFD .
Ceci est une avancée propre au Forum , car à l'époque cela n'avait pas été dit . On pensait alors que Drummond s'était blessé avec le pare-chocs en tombant ..d'autres avaient vu une blessure due au coup de feu tiré tandisque Drummond tenait la carabine par le canon ..Exit donc !

Ainsi pour la plaie que porte Elisabeth au niveau de l'oreille ,les légistes notent qu'elle a pu être causée soit par une balle de gros calibre , soit par un objet contondant .. !?

Aucune certitude pour eux .

Nous, nous avions conclu que la dimension de la plaie , de 1cmx1cm et de 1cm de profondeur également, correspondait exactement à la forme et dimensions de la hausse de tir de la USM (oeilleton) et qu'il pouvait s'agir donc d'un coup porté en swing sur la tempe ...
Ceci est du moins "mon intime conviction ".

_________________
Cordialement .

_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2011-10-10, 09:58    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Bonjour à tous ,
A la relecture de ces rapports , les choses apparaissent clairement sans besoin d'être grand spécialiste  .

Les balles ont une trajectoire bien définie , même si l'une n'a pu être bien suivie par les légistes dans le corps , son entrée et sa sortie ne leur posent aucun doute .

Citation:
Il est à noter que toutes ses blessures se trouvent sur la face antérieure du corps ; la face postérieure ne porte aucune trace de plaie.
On pourrait noter, comme on l'a dit, que pour Lady Anne   toutes les balles sont entrées par l'avant du corps , tandis que pour Drummond elles ont toutes pénétré par le dos . Bien sûr .

Drummond a bien été tiré de dos et son épouse de face et d'en haut , au dessus de la tête ..ce qui pourrait confirmer qu'il a été tué après son épouse dont les cris ont pu exciter le tueur .
Cris occasionnés par la première blessure au bras qui a fait trois plaies (chiffe impair ).  Il ne manquerait donc pas de trou de sortie comme on l'a dit dans certains livres à cause de ce chiffre . Toutes les balles entrées semblent être sorties !

Un accident , des cris ; la folie meurtrière a fait le reste ? cela semble clair .
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2014-10-19, 19:51; édité 2 fois
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-08-12, 13:20    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Bonjour à tous ,

Les légistes Nalin et Girard  déclarent :



Citation:
Le corps de la victime ne porte pas de trace de viol, ni de trace de résistance ou de lutte. La mort doit remonter à une quinzaine d'heures environ




I5 h moins ? - " Ils se sont transportés à 16h à l'hopital" , nous sommes d'"accord , mais à partir de quelle heure  ont-ils constaté que" la mort remontait à 15h en arrière environ "?"
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2012-08-12, 21:52; édité 2 fois
Revenir en haut
Tartarin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2012-08-12, 19:40    Sujet du message: Les Déclarations des médecins Répondre en citant

Bonsoir,

Des questions comme celle-là, dans cette affaire on peut s'en poser des centaines...

TARTARIN
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-08-13, 07:14    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Bonjour Tartarin ;
 Bonjour à tous ,

Tout à fait d'accord . C'est la raison pour laquelle nous voulons remplir ces zones d'ombre plus par satisfaction intellectuelle que par besoin
de connaître l'essentiel . L'essentiel c'est la participation de la famille à des degrés divers au triple crime . Cela est certain .
Les détails , ce sont toutes ces questions restées sans réponse .
L'inadmissible c'est qu'elle n'aient pas été demandées avec "obligation de résultat" aux protagonistes . La police a trop laissé de marge de manoeuvre
à des menteurs . Un peu plus de sévérité et de sanctions pour outrages , rétentions de preuves , dissimulations de preuves , obstacle à la justice ,
et comme on dirait aujourd'hui pour "foutage de gueule " auraient amené nos" marioles "à plus de respect et de raison s'ils avaient été mis, pour les raisons déjà dites ,entre les 4 murs d'une  prison .
Le zézé n'aurait pas menti plus longtemps à Chenevier , comme il l'a fait avec Sébeille ...C'était le maillon le plus faible et ils l'ont fait passer dans le camp des accusateurs  sans raison apparente autre que celle de se le mettre à profit afin  coincer l'insaisissable vieux malin .

On perd sans doute un complice secondaire du triple crime , pour le retrouver sous les traits d'un auxilliaire de justice .Quand on dispsoe de peu on fait avec ce que l'on a .
Quand vous recevez  un paquet mal ficelé , vous avez l'essentiel , mais le contenu abimé vous agace !
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Admin
plus

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 185
Localisation: Sud ouest
Masculin

MessagePosté le: 2014-09-21, 01:17    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant


_________________
Très cordialement .
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2014-10-25, 18:39    Sujet du message: LES BLESSURES DE LADY ANNE Répondre en citant

.En "3" une balle a pénétré mais ne serait jamais ressortie , comme me disait aussi Gorenflo . Dommage ; on voit combien ces "détails " sont utiles par la suite pour "fermer toutes les portes " et couper court à toute vélléité uchronique de circonstance !.....

   

Citation:
Le premier a pénétré dans le poumon droit après avoir traversé le bras droit fracturé, l'humérus et la cinquième côte droite, au-dessous du sein.               Le deuxième projectile a pénétré dans le thorax à un centimètre du bord gauche du sternum, au niveau de la deuxième côte qui a été fracturée, a traversé l'oreillette gauche, la paroi antérieure du ventricule gauche pour ressortir au-dessous et en dehors du sein.  







NB: erratum , à côté de l'entrée "3" il est marqué au crayon " sortie " . Il s'agit bien d'une "entrée " .""
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Néo


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2017
Messages: 13
Localisation: Bruxelles
Masculin

MessagePosté le: 2017-01-30, 20:57    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Quand je lis le rapport d'autopsie de Mme Drummond, j'ai vraiment du mal à comprendre ce qui s'est passé.
Pour le tir qui lui traverse le bras droit et qui pénètre ensuite dans son thorax côté droit, on peut supposer que la victime présentait à ce moment son côté droit au meurtrier et comme la trajectoire est descendante, on peut aussi supposer qu'elle était plus bas que lui, c'est à dire en position assise ou à genoux. Pour les deux autres tirs, c'est nettement plus difficile. Les balles semblent entrer et sortir par la face antérieure et les trajectoires sont descendantes, comme si le meurtrier se trouvait au-dessus de sa victime en position debout ou à genoux, ce qui est très difficile à imaginer.
Là vraiment je ne comprends plus rien.
Quelqu'un pourrait-il fournir une explication plausible expliquant toutes ces blessures, c'est à dire quelles étaient les positions respectives du meurtrier et de la victime pour chacun d'eux?
Dans quel ordre les 3 tirs ont-ils eu lieu?
Pourquoi la balle restée dans le corps n'a-t-elle pas été retrouvée lors de l'autopsie?
Merci. 
_________________
Néo
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2017-02-04, 13:49    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Bonjour Neo . 
Pour les enquêteurs la première balle a été reçue au bras du côté droit . Anne est tombée soit assise , soit à genoux et le tueur est venue ensuite au- dessus d'elle pour la faire taire en lui visant à deux reprises la région du coeur . 


Il est difficile d'affirmer qu'une balle serait restée dans le corps . 
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Néo


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2017
Messages: 13
Localisation: Bruxelles
Masculin

MessagePosté le: 2017-02-05, 21:26    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

En ce qui concerne le 1er tir dans le bras et le côté droits d'Ann Drummond, on peut plus ou moins facilement imaginer ce qui s'est passé. ce serait le 1er tir parti accidentellement lorsque le meurtrier a soudainement dégagé le canon de son arme tenu par la main de Jack Drummond.
Pour les 2 autres tirs c'est plus difficile à imaginer. Serait-il possible d'avoir un dessin montrant le corps d'Ann Drummond de profil avec les trajectoires des balles?
_________________
Néo
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2017-02-06, 10:03    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

 
Citation:
 Serait-il possible d'avoir un dessin montrant le corps d'Ann Drummond de profil avec les trajectoires des balles?





Non Neo, ce croquis n'existe pas .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Néo


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2017
Messages: 13
Localisation: Bruxelles
Masculin

MessagePosté le: 2017-02-10, 15:52    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Sait-on pourquoi l'autopspie a été confiée à 2 médecins généralistes?
Même s'il n'y avait aucun médecin légiste disponible ce jour-là, il suffisait de congeler les corps en attendant. Cela n'aurait eu aucun effet négatif sur le résultat des autopsies et les spécialistes auraient certainement remarqué des détails que les généralistes ont laissé passer.
_________________
Néo
Revenir en haut
lafarge


Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2009
Messages: 85
Localisation: courbevoie
Masculin

MessagePosté le: 2017-02-10, 16:01    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Bonjour à tous,


Je me pose à peu chose près les mêmes  questions que Néo, surtout concernant la seconde balle et sa trajectoire.
Cette balle pénètre dans le thorax près du sternum, traverse l'oreillette gauche puis ressort au dessous et en dehors du
sein. Par conséquent je n'arrive pas à visualiser quelle aurait put  être la position de Lady Ann à cet instant précis. A t'elle
reçue la seconde balle alors qu'elle était en train de basculer d'avant en arrière consécutif au choc du premier impact, (Donc deux tirs très rapprochés), où alors peu de temps après le premier impact, et présentant sa poitrine avec une inclinaison de 30 degré, par contre je ne vois pas la position de l'arme dans ce cas précis, le tireur tenait-il la Rock Ola à hauteur du bassin ??
_________________
Un peu de Champagne ? Cela vous donnera le goût des bonnes choses.
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2017-02-10, 22:15    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Bonsoir, 


Néo a écrit:
Sait-on pourquoi l'autopspie a été confiée à 2 médecins généralistes?
Même s'il n'y avait aucun médecin légiste disponible ce jour-là, il suffisait de congeler les corps en attendant. Cela n'aurait eu aucun effet négatif sur le résultat des autopsies et les spécialistes auraient certainement remarqué des détails que les généralistes ont laissé passer.


Congeler les corps ? En 1952 à Forcalquier ? Je doute que c'eût été possible. Par ailleurs, je n'ai jamais entendu parler de congélation de corps en attente d'une autopsie. Le problème est qu'à l'époque, 
les choses se passaient souvent ainsi. On était loin de l'exigence, de la rigueur et du professionnalisme d'aujourd'hui (même si aujourd'hui tout n'est pas parfait). 


Quand Janet Marshall a été tuée en 1955 dans la Somme, son autopsie a été pratiquée sous le préau de l'école. Pendant les grandes vacances, bien entendu. C'est dire quels étaient les moyens de ce temps. 


Pour ce qui est des trajectoires des balles chez Anne Drummond, c'est un problème complexe. J'en parle dans mon bouquin en donnant les principales options retenues. Pour les médecins Anne Drummond a été atteinte au niveau du haut du thorax au moment où elle était en position assise avec, toutefois, le torse incliné vers l'arrière. Peut-être appuyée sur un bras. 


Il me semble qu'il y a eu pas mal d'échanges là-dessus, dans le forum. 


Cordialement
Revenir en haut
lafarge


Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2009
Messages: 85
Localisation: courbevoie
Masculin

MessagePosté le: 2018-09-04, 17:48    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Bonjour à tous,


Suite à la relecture du compte rendu des autopsies, dont celui de Lady Drummond. Il est noté 7 blessures !. Dans leur jargon, il faut considérer qu'une balle entrante et sortante donne deux blessures. 7 blessures donc 4 coups de feu tirés sur Lady Drummond, dont une balle restée dans le corps. Celui qui l'a tué, s'est acharné !. 
Il se peut fort que ce thème a dû être déjà maintes et maintes fois débattu, auquel cas, je m'en excuse !
_________________
Un peu de Champagne ? Cela vous donnera le goût des bonnes choses.
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2018-09-05, 08:31    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Bonjour lafarge .
Il se peut que les trous 5 , 5' et 3 soient de la même balle .. Mais tout fut si vite fait à l'hôpital de Forcalquieret, par des "non légistes " .. que nous n'avons aucune certitude scientifique .

Le tout est d'être plus pragmatique que mystique, comme toujours en la matière . .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
lafarge


Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2009
Messages: 85
Localisation: courbevoie
Masculin

MessagePosté le: 2018-09-05, 09:21    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Bonjour Nicolas,


Effectivement il se pourrait bien que les trous 5,5' et 3 soient de la même balle. Mais quelque chose m'échappe !. En bas du croquis il est annoté < erratum , à côté de l'entrée "3" il est marqué au crayon " sortie " . Il s'agit bien d'une "entrée >. Donc ces trous 5 & 3 , la balle serait celle qui est resté figée dans le corps de Lady Drummond. Décidemment dans cette affaire rien n'est simple!.
D'après le croquis des impacts de balles, Lady Drummond devait être, lors du 1er impact, assise sur son séant, et le haut du corps en position légèrement incliné vers l'arrière (45 degré). Cependant les impacts des autres balles laissent supposer que Lady Drummond avait toujours la même position. Il semblerait logique que suite au 1er impact, elle se soit affaissée soit sur un côté, où bien de tout son long. ( Je m'exprime peut-être mal... ). Le tireur devant se trouver derrière la victime légèrement décalé sur le côté droit de Lady Drummond. 
Donc 3 balles qui me laissent penser que Lady Drummond est restée dans la même position ???. Coups de feu tirés en un temps record ?? et pour finir, le meurtrier est acharné sur Lady Drummond. 
_________________
Un peu de Champagne ? Cela vous donnera le goût des bonnes choses.
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2018-09-05, 10:48    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Bonjour Lafarge.
On peut supposer ceci : le premier coup de feu tiré sur le côté a fracturé le bras et la balle pourrait bien être ressortie en 3 .
Sous le choc Lady Anne s'affaisse et est alors plus basse que le tireur, prostrée comme paralysée par le choc et la douleur terrible , ce dernier tire très vite les autres coups de feu, surtout pour qu'elle arrête de hurler.
On voit qu'en cherchant la région du coeur il avait l'intention de la tuer net, la faire taire ..
Pou ma part , je ne crois pas à l'hypothèse d'une balle qui serait restés dans le corps ..mais c'est une simple croyance basée sur le fait qu'une USM1 qui tire à bout portant sur une femme doit bien traverser le corps même si elle rencontre un os deux .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
lafarge


Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2009
Messages: 85
Localisation: courbevoie
Masculin

MessagePosté le: 2018-09-05, 21:58    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Bonsoir à tous,


Je pense que vous supposez bien, et qu'effectivement le trajet de cette balle pourrait bien être notée en 3.
Quant au tirs tirés coup sur coup et ce de manière très rapide, ce ne peut pas être Gaston Dominici, car ce dernier
ne connaissait pas le tir semi automatique de l'USM1, et réarmait à chaque tir, en perdant par conséquent une cartouche neuve ! Donc Gustave ?. Lui qui avait peut-être l'habitude de l'utiliser pour la chasse ou le braconnage.
Quant à l'USM1, l'on voit bien que cette arme de guerre est très meurtrière, et comme vous le dîtes, transperce à bout portant un corps humain obstacle où pas obstacle.
_________________
Un peu de Champagne ? Cela vous donnera le goût des bonnes choses.
Revenir en haut
fran


Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2018
Messages: 2
Localisation: Franche Comté
Féminin

MessagePosté le: 2018-10-12, 15:04    Sujet du message: photo Sir Jack au bord de la route Répondre en citant

Bonjour,
je viens de m'inscrire sur votre forum. 


Je viens de relire le rapport d'autopsie et de revoir les photos des corps.
Il me semble que les photos ont été prises après le passage du légiste.


La position de sir Jack ne semble pas illustrer la position d'un corps qui chute et de plus il y a -il me semble- pas mal de traces de sang sur son pantalon.


A part le pantalon, le torse semble ne pas en comporter. Peut-on alors supposer que le sang s'est échappé par les plaies d'entrée des balles -soit dans le dos ?


L'hémorragie constatée dans l'autopsie parle d'une certaine quantité de sang dans un poumon - sang qui ressort au niveau du visage en bougeant le corps.


Je ne sais pas si on peut faire parler ces taches ?
Comment  sont-elles arrivées sur le devant du pantalon ? Sur le devant mais aussi d'après la photo sur les côtés… voire à l'arrière ?


Elles ont une forme (coulures verticales) qui suggère que Sir Jack était debout… 
mais est-ce bien son sang si on considère que celui-ci  s'échappait par le dos ?


Qu'en pensez-vous ?


bonne journée,
Fran
Revenir en haut
fran


Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2018
Messages: 2
Localisation: Franche Comté
Féminin

MessagePosté le: 2018-10-12, 15:17    Sujet du message: photo de sir Jack Répondre en citant

re-bonjour,
j'essaie en vain d'ajouter la photo dont je parle…  Shocked Crying or Very sad
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2018-10-14, 01:16    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52 Répondre en citant

Bonsoir Fran . Il est difficile d'interpréter des images en noir et blanc et qui ne sont pas destinées d'abord à montrer les taches de sang . Il faut faire confiance aux PV d'origine qui furent assez précis quoiqu'en disent ceux qui ne les ont pas lus ...

"Comment sont-elles arrivées sur le devant du pantalon ? Sur le devant mais aussi d'après la photo sur les côtés… voire à l'arrière ? "

Sir Jack a traversé la route en titubant, traversé par les coups aux poumons . Puis il a reçu un autre coup de feu qui lui a traversé le foie et cassé une vertèbre .. Il y a là de quoi saigner abondamment alors qu'il n'était pas encore au sol et qu'il avançait courbé en avant .
le cadavre fut ensuite examiné par le Dr Dragon qui en le remuant a du faire couler du sang et tacher les vêtements sans restriction .
Il n' y a sur ce sujet aucun doute . Et surtout n'allons pas penser, comme certains olibrius, que le corps de Sir jack fut transporté d'un côté à l'autre de la route, ce qui , nous l'avions dit et redit , ne correspond à rien quant au scénario de sa mort ni de ce qui s'en suivi .

Sur ces faits il n'y a aucun "mystère de Lurs ".. Le seul mystère éventuel serait de savoir QUI a réellement achevé la petite de Gaston ou de Gustave .

Que ce soit l'un ou l'autre, ou l'un moins que l'autre, la certitude c'est qu'elle fut tuée par des habitants de la Grand'Terre d'alors . Pas par tous bien entendu, mais par au moins Gaston ..quant aux autres ils n'étaient pas loin et ils ont tout entendu, vers 1h ......Et, entre le moment des coups de feu et des cris, et celui de l'arrivée des gendarmes tous furent concernés à des degrés divers, mais tous ne furent pas poursuivis. Ce n'est sans doute pas plus mal compte tenu qu'il y avait là des enfants en bas âge et toute une famille qui vivait du travail des hommes à la ferme et Gustave était l'un des plus essentiels . Répétons-le encore que pour la police d'alors et la Justice , il était bien clair que ce fut un crime stupide du à un égarement et non pas un crime commis pour de sordides raisons . Les foudres du censeur ne sont souvent pas jusqu'au- boutiste avec une guillotine pour conclusion définitive dans certaines circonstances . De Gaulle avait élargi Gaston Dominici car il avait été tenu au fait du dossier sans aucun doute et qu'il n'a pas vu à la Grand' terre un grand repère de bandits prêts à récidiver ..
Gustave a bien déclaré qu'il avait entendu et vu depuis la luzerne située devant la maison .. Mais alors qu'y faisait-il là à une heure du matin alors qu'Yvette déclare à postériori qu'ils étaient dans la chambre tous les deux au moment des tirs (trois avec le bébé ) et que Gustave s'est levé pour aller voir et qu'il était revenu bouleversé selon ses dires ? Gustave , lui , dit bien qu'il était déjà dehors ..et nous le croyons pour cent raisons dues aux circonstance exceptionnelles de cette nuit- là (dont l'éboulement ) . Là, est le nœud bien lâche et qu'apparent d'un" mystère" bien mince à ce niveau .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:23    Sujet du message: Rapports d'autopsie du 17 août 52

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Index du Forum -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> Les rapports d'autopsie .Les Déclarations des médecins . Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com