l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs  Index du Forum

l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs
La vérité sur le triple crime le plus célèbre .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Une bonne analyse D' ERIC Guerrier

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Index du Forum -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> Pourquoi sont-ils forcément coupables ?
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-11-20, 10:41    Sujet du message: Une bonne analyse D' ERIC Guerrier Répondre en citant

Bonjour ,

L'auteur de l'Affaire Dominici "sorti en 2008 , nous donne ici une analyse fouillée dont il a le secret .

Il s'agit du fameux pv enregistré à la grand' terre le 18 dec 53 à la grand terre par Périès en présence du greffier Barras .

Yvette y accuse son beau père ..et Guerrier analyse ..

Yvette aujourd'hui nie toujours avoir fait cette déposition ...

........... cette déposition dans le parcours sans faille d'Yvette s'explique très bien à ce moment-là.abord, bien que le PV porte sa signature, elle nie toujours aujourd'hui sinon avoir d'avoir fait cette déposition, du moins l'avoir signée. Elle consent seulement à admettre avoir fait ces déclarations sous la menace de voir son mari inculpé de complicité et emprisonné à nouveau.
Mais, de l'avis unanime et on peut y souscrire sans réserve, ce genre falsification comme de menace explicite qui n'était pas du tout le genre du juge Périès.
Mais comme elle le dira à la barre de la Cour, le juge le lui a seulement «fait comprendre ». Et on sait qu'une menace de ce genre, et à l'insu même de celui qui peut l'exercer inconsciemment par sa seule fonction, n'a pas besoin d'être exprimée de façon explicite ou violente pour exister.
En effet, le juge d'instruction représentait l'accusation et tous les dangers qui pouvaient en découler. Même si Yvette dit qu'il l'a fait , le juge n'a pas eu besoin d'exprimer une menace sur Gustave pour qu'Yvette sache parfaitement le risque que représenterait pour son mari la moindre accusation de complicité dans cette affaire. Et comme elle connaissait la vérité, elle savait toute la fragilité de l'accusation contre Gaston qui pouvait se retourner à tout moment contre Gustave.
Comme elle connaissait aussi sans doute les vraies raisons du « sacrifice » de son beau-père, et peut-être d'un « marché » ou d'un « complot », elle a donc confirmé la version de l'accusation, quitte à contredire un instant la stratégie générale qu'elle défend bec et ongles avec la famille.
À ce moment-là c'était une simple question de survie, surtout si elle savait, par ailleurs, que Gaston ne risquait pas grand-chose. Sans cette raison évidente, de la part d'une fille intelligente et équilibrée, qui mène la stratégie de défense au moins de son couple, cette déposition dérogatoire apparaît absurde et injustifiable par rapport à l'ensemble de son comportement. Notons au passage qu'Yvette, pas plus que les autres, n'en voudra à Gustave d'avoir dénoncé son père .
C'est que, malgré sa dénonciation, tous sont d'accord pour préserver Gustave, et Yvette tout particulièrement parce qu'il est le père de ses enfants et la main ouvrière de la Grand'Terre.


Elle veut éviter tout risque d'accusation, donc de nouvelle incarcération puis d'une éventuelle condamnation qui pourrait aller cette fois jusqu'à l'échafaud.
 Après sa déposition, elle pourra se rétracter, comme tous vont le faire, sauf Clovis qui dira à plusieurs reprises « qu'il ne reculerait pas d'un pouce».
Le juge décide alors de confronter immédiatement Yvette à son mari. Après la lecture lecture de a déclaration de sa femme, Gustave répond :  "... il est exact que lorsque je me suis recouché le 5 août 1952 vers 2 h 30 ou 2 h 45, \ je n'ai pas ditàYvette que je m'étais rendu sur les lieux du crime. Je n'avais pas du en effet lui dire que la fillette vivait encore."


555



_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2010-05-16, 08:30; édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 2009-11-20, 10:41    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Grantie
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-11-20, 20:21    Sujet du message: Re: Une bonne analyse D' ERIC Guerrier Répondre en citant

Nikos a écrit:
Bonjour ,

L'auteur de l'Affaire Dominici "sorti en 2008 , nous donne ici une analyse fouillée dont il a le secret .

Il s'agit du fameux pv enregistré à la grand' terre le 18 dec 53 par Périès en présence du greffier Barras .

Yvette y accuse son beau père ..et Guerrier analyse ..

Yvette aujourd'hui nie toujours avoir fait cette déposition ...

........... cette déposition dans le parcours sans faille d'Yvette s'explique très bien à ce moment-là.
d'abord, bien que le PV porte sa signature, elle nie toujours aujourd'hui sinon avoir d'avoir fait cette déposition, du moins l'avoir signée.
Elle consent seulement à admettre avoir fait ces déclarations sous la menace de voir son mari inculpé de complicité et emprisonné à nouveau.
Mais, de l'avis unanime et on peut y souscrire sans réserve, ce genre falsification comme de menace explicite qui n'était pas du tout le genre du juge Périès.
Mais comme elle le dira à la barre de la Cour, le juge le lui a seulement «fait comprendre ». Et on sait qu'une menace de ce genre, et à l'insu même de celui qui peut l'exercer inconsciemment par sa seule fonction, n'a pas besoin d'être exprimée de façon explicite ou violente pour exister.
En effet, le juge d'instruction représentait l'accusation et tous les dangers qui pouvaient en découler. Même si Yvette dit qu'il l'a fait , le juge n'a pas eu besoin d'exprimer une menace sur Gustave pour qu'Yvette sache parfaitement le risque que représenterait pour son mari la moindre accusation de complicité dans cette affaire. Et comme elle connaissait la vérité, elle savait toute la fragilité de l'accusation contre Gaston qui pouvait se retourner à tout moment contre Gustave.
Comme elle connaissait aussi sans doute les vraies raisons du « sacrifice » de son beau-père, et peut-être d'un « marché » ou d'un « complot », elle a donc confirmé la version de l'accusation, quitte à contredire un instant la stratégie générale qu'elle défend bec et ongles avec la famille.
À ce moment-là c'était une simple question de survie, surtout si elle savait, par ailleurs, que Gaston ne risquait pas grand-chose. Sans cette raison évidente, de la part d'une fille intelligente et équilibrée, qui mène la stratégie de défense au moins de son couple, cette déposition dérogatoire apparaît absurde et injustifiable par rapport à l'ensemble de son comportement. Notons au passage qu'Yvette, pas plus que les autres, n'en voudra à Gustave d'avoir dénoncé son père .
C'est que, malgré sa dénonciation, tous sont d'accord pour préserver Gustave, et Yvette tout particulièrement parce qu'il est le père de ses enfants et la main ouvrière de la Grand'Terre.

Elle veut éviter tout risque d'accusation, donc de nouvelle incarcération puis d'une éventuelle condamnation qui pourrait aller cette fois jusqu'à l'échafaud. Après sa déposition, elle pourra se rétracter, comme tous vont le faire, sauf Clovis qui dira à plusieurs reprises « qu'il ne reculerait pas d'un pouce».
Le juge décide alors de confronter immédiatement Yvette à son mari. Après la lecture lecture de a déclaration de sa femme, Gustave répond :
'
// il est exact que lorsque je me suis recouché le 5 août 1952 vers 2 h 30 ou 2 h 45, \ je n'ai pas ditàYvette que je m'étais rendu sur les lieux du crime. Je n'avais pas du en effe
t lui dire que la fillette vivait encore.
555
Revenir en haut
Grantie
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-11-20, 20:26    Sujet du message: Une bonne analyse D' ERIC Guerrier Répondre en citant

bonsoir ,

La dernière phrase de la déposition de Gustave montre à l'évidence qu'en échange de la "gentillesse " d'yvette faite au juge en lui donnant Gaston il y a une volonté que sa responsabilité ne soit plus recherchée et Gustave, qui a bien appris sa leçon,
vient la réciter devant sa femme,persiste et signe ..
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-11-20, 20:32    Sujet du message: Une bonne analyse D' ERIC Guerrier Répondre en citant

Bonsoir à tous ,

Et voilà comment on a un accusé sans les dégâts collatéraux. Lesquels ont été soigneusement éloignés depuis
le 12 novembre par Périès et Sébeille , quitte à faire quelques entorses aux usages et règlements.....

Comme au théâtre il y a la pièce sur scène et les coulisses qui surveillent, qui gouvernent .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:41    Sujet du message: Une bonne analyse D' ERIC Guerrier

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Index du Forum -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> Pourquoi sont-ils forcément coupables ? Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com