l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs  Index du Forum

l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs
La vérité sur le triple crime le plus célèbre .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La faute à la charlottade ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Index du Forum -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> La veille du crime ,le 4 août 1952.Un drôle d'éboulement .
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-03, 11:50    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonjour à tous ,



La faute à la" tauromachie.." locale : une course de taureaux dans des arènes de circonstance .

Les Drummond sont partis d'Angleterre pour rejoindre leurs amis les Marrian à Villefranche -sur- Mer. En passant par Digne ,ils font une halte anodine qui leur sera fatale ..
La petite Elisabeth ,qui s'entraîne à l'apprentissage du français (qu'elle pratiquait déjà correctement), s'intéresse à une affichette vantant le programme de la Fête de la Lavande à Digne ...
Elle remarque un spectacle taurin et presse ses parents de revenir ..Ils acceptent ..Le Destin est en marche .

Après avoir déposé leurs affaires à Villefranche, les Drummond reviennent à Digne avec le minimum nécessaire .



Ils assistent au spectacle et  décident de dormir à la belle étoile dans cette Provence surchauffée de ce mois d'août 1952.. 


En voici une reproduction partielle vue sur l'ancien forum aceboard .

On notera la diversité des animations qui,pour l'époque ,avaient un réel impact.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir .

Toreo comique
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.Aller à : Navigation, Rechercher

Le toreo comique ou charlotade (espagnol : toreo comico ou charlotada) est une forme de tauromachie aujourd’hui sensiblement tombée en désuétude, mais qui a connu un franc succès jusque dans les années 1960. Il s’agit de parodies de corridas dans lesquelles les toreros se livrent à toutes les excentricités devant des veaux. Souvent les toreros sont des nains. On a vu également quelques troupes de toreo comique utiliser des singes toreros.

Présentation [modifier]
L’un des plus fameux torros comiques d’entre les deux guerres mondiales était le barcelonais Carmelo Tusquellas. Il parodiait Charles Chaplin, toréant habillé du célèbre costume noir élimé et coiffé du melon usé, imitant la démarche saccadée de Charlot ; il se servait souvent de sa canne comme muleta. « El Charlot torero » acquit une telle célébrité que le terme « charlotada » est devenu synonyme de « toreo comico ».
Les courses de toreo comique étaient autrefois suivies d’une « partie sérieuse » au cours de laquelle un « vrai » matador (en fait un novillero) combattait et estoquait un « vrai » taureau. Nombre de « vrais » matadors ont fait leurs premières armes dans la partie sérieuse d’un spectacle comique. Notamment, « Manolete » fut chargé pendant quelques mois en 1933 (ou 1934 selon certains historiens), de la partie sérieuse d’un spectacle comique ; il fit à cette occasion les deux seules corridas auxquelles il participa en France.
À la sortie d’une « vraie » corrida, on entend parfois des spectateurs s’exclamer « C’était la charlotade ! » La corrida à laquelle ils viennent d’assister avait sans doute atteint le degré zéro de la qualité.

_________________

_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2011-02-11, 21:10; édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 2008-12-03, 11:50    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
AldO


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 73
Localisation: Bouches du Rhône
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-14, 11:41    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Rebonjour!

Oui, Nicolas, j'admire le courage de Bonanza: Attendre la charge à porta gaiola, de rodillas com una larga afarolada, voilà qui nous éloigne des jeux bénins d'une charlottade pour nous amener dans la querencia des toros bravos!

@+
_________________
AldO
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-14, 12:12    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Aldo ,

OLè !

 J'ai trouvé celui là .

Ca t'ira ?  


C'est un brave taureau ..qui erre sur le forum, livré à lui -même .. sans doute évadé d'une manade à cause d'un vilain goret .. Crying or Very sad  qui joue à ouvrir les barrières .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Picanto
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2008-12-14, 12:18    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Qu'est-ce qu'il a cet Aldo ??

Il est tombé dans le toril après abus de sangria ,,

Rions , c'est dimanche....

Cordialement Picanto
Revenir en haut
AldO


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 73
Localisation: Bouches du Rhône
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-14, 13:45    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

C'est Dimanche et le forum fait la fête!

Bon, je vous envoie une caricature de Manolete.
(Je prépare pour Gorenflo celle d'Islero.)



Amitiés à tous et en particulier aux aficionados.
_________________
AldO
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-14, 14:02    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonjour Bonanza,
Bonjour à tous,

Comme un "toro bravo", j'allais essayer de montrer bravoure et noblesse en menant une charge contre la charlottade, mais je vois que d'autres s'en sont chargé puisque je lis dans le commentaire de Wikipedia : "À la sortie d’une « vraie » corrida, on entend parfois des spectateurs s’exclamer « C’était la charlotade ! » La corrida à laquelle ils viennent d’assister avait sans doute atteint le degré zéro de la qualité. "

En effet, car la charlottade est à la corrida ce qu'une chanson de corps de garde peut être à un air de "bel canto". C'est à dire une sombre mascarade dans laquelle les acteurs ne se grandissent pas. Mais laissons de côté ce type de sujet éminemment passionnel.

Quant à la valdidité du motif du "spectacle taurin" pour justifier le déplacement des Drmmond à Digne, je ne poserai qu'une question : Les Drummond sont-ils allés à cette fameuse "corrida" ? Oui, bien entendu, puisque des personnes les y ont vus. En revanche, comme il s'agissait probablement de gens de goût, ils ne sont pas restés jusqu'à la fin.

Cordialement.

P.S : Un saludo al maestro Manolete.
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-14, 15:10    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonjour los  joyos  drilleros !
Avec vous on voyage au moins .

Voilà que nous connaissons "corridas" et "charlottades" ,'toro bravo' plutôt pateaud ( parait -il), et un Manolète sur le retour-d'age .

Aldo tu seras torré  par les aficionados pour avoir malmané leur idole avec tes crayons .

Et on réclamera les attributs traditionnels des fins de course ...  moi je retiens les oreilles .

ça promet .
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2011-02-11, 21:12; édité 1 fois
Revenir en haut
Picanto
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2008-12-14, 16:29    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Cette longue figure en lame de couteau, cette bouche pincée et les yeux
tristes, c'est bien Manolete. Aldo ne l'a pas malmené.

Islero, c'est je crois le toro qui l'a tué ? ( Manoleto, pas Aldo ).

Temps de chien Picanto
Revenir en haut
Picanto
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2008-12-14, 16:30    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Temps de chien Picanto
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-14, 17:43    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

PICANTO


En ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 10

Localisation: languedoc est

Posté le: Aujourd’hui à 17:24    Sujet du message: La faute à la charlottade. Ou la la charlota ?

Mon cher Picanto ,j'ai retrouvé ce post quelque part sur le forum ..avec ta permission nous le mettons aussi ici .
 
Un peu de sérieux Bonjour le Forum

Je rejoinds Gorenflo dans ce qu'il dit de la charlottade. Des charlottades, ou courses
de toros de fête votives, j'en ai eu un tel " couflige " dans ma jeunesse et dans le bled
où je suis né, qu'elles m'ont dégouté de la bouvine en général.
A l'exception des corridas.
Et si je comprends Sir Jack voulant faire plaisir à sa fille - et un peu curieux lui même -
je le comprends encore plus d'être parti avant la fin.
Elisabeth ne s'est peut-etre même pas fait prier.

Moi aussi j'aurais mené une charge contre la charlottade, mais c'est une tradition
inébranlable dans notre coin.
Et souvent tradition = régression.

A noter : s'ils s'étaient pris au jeu stupide de la charlottade leur destin en aurait
peut-etre été changé.
Ils seraient partis plus tard de Digne et auraient campé plus loin de la GT.
Supposition perso.

Cordialement Picanto

Je te cite : "Islero, c'est je crois le toro qui l'a tué ? ( Manoleto, pas Aldo ). Dommage! j'attends les oreilles ."

_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-14, 17:51    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Salut Picanto ,


Citation:
A noter : s'ils s'étaient pris au jeu stupide de la charlottade leur destin en aurait peut-etre été changé.
Ils seraient partis plus tard de Digne et auraient campé plus loin de la GT.


A quoi notre destin tient-il ?
Vive la Corrida ,à bas la Charlotade !  (ça fait au moins deux contents ici .)

J'imagine ces gens dans cette foule vociférente . Et les cris des grosses voix des paysans habitués en plein champ à se faire entendre du cheval de labours dans les oreilles des Drummond !
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-15, 18:05    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

A propos de la présence des Drummond le 4 au soir à la charlotade , il est difficile soutenir qu'un espion en vue d'un important rendez -vous clandestin soit assez stupide pour se montrer en public avec sa famille et exposer du coup sa fillette à de mauvaises rencontres .

En effet ,un espion c'est toujours exposé au danger par nature ..et discret par obligation ...
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2009-12-12, 09:30; édité 1 fois
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-16, 21:07    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonsoir à tous,

Je me demandais, en regardant à nouveau l'affichette qui annonçait le spectacle de Digne, ce qui avait pu attirer les Drummond, sachant qu'ils ne maitrisaient pas parfaitement le français. Et j'ai peut-être trouvé. Si vous regardez bien l'affichette de l'époque (à moins qu'il y ait eu plusieurs modèles) vous y lisez "Tournoi de Toro Ball". Cela Elizabeth a dû le comprendre et, peut-être, demander quelques explications complémentaires.

A quoi peut tenir la destinée ?


Cordialement. 




 


Dernière édition par gorenflo le 2008-12-17, 21:21; édité 6 fois
Revenir en haut
Grantie
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2008-12-16, 23:07    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonsoir Gorenflo,
bonsoir le forum ,


Comment ne pas se poser la question de savoir pourquoi ces Anglais sont-ils revenus de si loin pour satisafaire un caprice de leur flille ..

Est-il vrai qu'ils sont allés à Ganagobie lors de leur premier passage .
On ne sait pas si Sébeille a reçu ce type de renseignement du père Lorenzi .
Si c'était une histoire liée à la résistance avec Gustave comme acteur principal ,il y a fort à parier que le père Lorenzi ,résistant lui-même n'en aurait dit mot au commissaire ..
Sans glisser sur la pente de l 'espionnage ,celle de la résistance n'est jamais bien loin .

Mais je crains que l'allusion de bonanza sur l'intéret de l'enfant pous l'affiche de la fete de la lavande ne soit que pour entrainer tout le monde sur les pistes fécondes de Guerrier .
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-17, 07:02    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonjour Grantie,
Bonjour à tous,

L'hypothèse de la résistance avait été soulevée à un moment. Je répète, pour ma part, ce que j'avais dit. Si Jack Drummond était venu poser des questions, même gênantes,  il suffisait tout simplement de ne rien lui répondre. Dans tous les cas, il n'était que de passage, et de passage très bref. Il serait reparti comme il était venu et serait remonté en Angleterre quelques jours plus tard.

Non, un règlement de comptes lié à la résistance, ça me paraît être du roman. Et puis, il aurait fallu démontrer une quelconque attache de sir Jack avec ladite Résistance. Jusqu'à présent, macache !

Cordialement.
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-17, 11:09    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonjour Gorenflo,
bonjour à tous ,

Je suis parmi ceux qui ne croient pas que le triple crime ait ses origines dans la résistance , mais  il est bon de donner réponse à toutes les intérrogations
sur ce forum naissant afin que chacun y exprime ses doutes.
Il y a cette histoire de résitance et de Gustave qui  traine dans le pays avec un affaire de pièces d'or qui auraient été volées à l'auberge Provençale de forcalquier...
Où les résistants du coin venaient parait -il manger . 
On parle aussi sérieusement de quelques américains parachutés avec des pièces d'or ...  La cause du crime, non . Mais quel environnement ..!
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-17, 19:00    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

bonsoir à tous ,
Voici un extrait du très joli texte de  Jean teyssier qui prend toute sa valeur ; on s'y croirait .



Citation:
En ce samedi donc, une voiture automobile immatriculée en Angleterre s'arrête sur le Boulevard(2) devant la Taverne du Grand Hôtel. Je dis bien Taverne, car à cette époque le Grand Hôtel est un excellent établissement dans lequel on donne des soirées, des bals, des réceptions. Jouxtant donc cet hôtel on trouve un café, La Taverne du Grand Hôtel. Cette Taverne est exploitée par un homme que nous avons bien connu, Alfred Poilroux, père d'un Docteur dignois très connu. Alfred Poilroux fut d'ailleurs le premier président du Comité des Fêtes relancé après la guerre de 39-40. De la voiture anglaise, une Hillman, descendent trois personnes, Sir Drummond, son épouse, et la petite Elizabeth qui a 10 ans, si nos souvenirs sont exacts. Tout naturellement, le trio fait le choix d'une table à la terrasse pour se rafraîchir, ce qui est tout à fait normal car il fait chaud, très chaud même. Au bout d'un moment, la petite Elizabeth a les yeux attirés par une très belle affiche placardée sur l'une des vitres du café et bat des mains en regardant un torero et un taureau face à face, annonçant ainsi la corrida du lundi 4 août. Il faut vous dire que ce genre d'attraction, d'animation, était très prisée à l'époque et que les arènes faisaient le plein. La petite Anglaise fait voir l'affiche à ses parents qui font signe au garçon, lui demandant des explications. C'est ainsi qu'ils apprennent que la corrida aura bien lieu le lundi après midi dans les arènes dressées sur la Place du Tampinet. Elizabeth insistant, ses parents lui promettent de revenir le lundi 4 août et demandent même où ils peuvent louer des places, apprenant que les places se prennent à l'entrée directement. Les dés sont donc jetés, le destin du trio anglais vient d'être programmé à cause d'une simple petite affiche placardée sur une vitre de café. Rien ni personne ne pourra détourner le cours du destin de ces gens, parce que c'était là qu'ils devaient venir, parce que tout était inscrit quelque part là-haut dans le grand livre de la vie mais aussi de la mort. En ce lundi 4 août, les Drummond sont assis comme des centaines et des centaines de personnes sur les gradins de la magnifique arène et sous un soleil de plomb. Nous saurons, nous, le lendemain, où ils étaient exactement assis, grâce à des amis qui s'étaient installés juste à côté d'eux et qui furent en quelque sorte les derniers à les avoir vus, mis à part bien entendu, les Dominici.

Vers 17h30, la corrida terminée, la Hillman reprend la route  



Sans la silhouette du Torréador Elle serait peut-être là et nous surement pas sur le forum .

Ps : Ce texte me semble exempt d' inexactitudes ..
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2008-12-17, 19:42; édité 1 fois
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-17, 19:34    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

bonsoir à tous ,
bonsoir bonanza,

Parfait . Cela pourrait aussi intéresser les assidus du forum ..pourrais -tu en scanner le passage ?

j'ai prêté cette édition et je ne l'ai plus vue .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Picanto
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2008-12-17, 20:36    Sujet du message: La faute à la cherlottade ou la faute à la charlota Répondre en citant

Bonsoir le Forum

Dans la charlottade du 4 aout il y avait aussi l'intermede toro-ball.
C'est peut-etre ce qui a éveillé la curiosité d'Elisabeth : le mot Anglais
accollé au terme espagnolo-provençal.

J'ai connu ça aussi autrefois : qq jeunes du coin, déguisés en footballeurs,
mimant un match de foot, avec un vrai ballon, en présence d'un toro emboulé
qui bien sur perturbait le déroulement de la partie à la grande joie ( ? ! ) des
spectateurs.

Je comprends que les Drumonds soient partis avant la fin .....

Bonne soirée Picanto
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-17, 21:01    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonsoir Piacanto ,

Dans la charlottade du 4 aout il y avait aussi l'intermede toro-ball.
C'est peut-etre ce qui a éveillé la curiosité d'Elisabeth : le mot Anglais accollé au terme espagnolo-provençal.




Bonne soirée .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
AldO


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 73
Localisation: Bouches du Rhône
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-18, 20:23    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonsoir à tous,

Le livre de Gabriel Domenech (je dispose de l'édition ancienne) évoque bien le climat de l'époque et dans sa préface, il prévoit, à la dernière ligne, les développements ultérieurs:

"Les autres affaires, ça viendra plus tard! Quand on saura tout..."




Dans les années 80, j'avais réalisé sa caricature et la lui ai remise en main propre, au Méridional.

Comme ses éditoriaux de l'époque, j'ai aimé son livre!

Cordialement.
_________________
AldO
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-18, 22:01    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonsoir à tous ,
Si avec un pif pareil Bonanza ne nous trouve pas la trace de la fillette , les sens n'ont plus de sens .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2008-12-18, 23:03    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonsoir aldo ,
bonsoir à tous ,

Citation:
"Les autres affaires, ça viendra plus tard! Quand on saura tout..."

 

Question 56 ans après : - Etait-ce prémonitoire ou était-ce présomptueux ?
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Grantie
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2008-12-20, 18:26    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

salut Bonanza,
bonsoir à tous ,


Complètement d'accord sur ce point .

Citation:
En définitive, que toutes ces contorsions - intéressées, ô combien - sont dérisoires ! Observons la photo suivante : à Digne, lors de sa visite présidentielle de 1960, le général de Gaulle serre la main du député bas-alpin Gabriel Domenech. Imagine-t-on une seconde que Domenech - étranger au département jusqu'à l'Affaire - ait pu accéder à la députation, c'est-à-dire gagner la confiance d'une majorité d'habitants de ce département (il avait entre autres battu le député sortant, le socialiste Naegelen), si les dits habitants n'avaient complètement partagé son analyse du triple crime de Lurs ?]   
 
 


Et le général l'a félicité pour avoir enlevé un bastion  bien ancré à gauche .

On dirait que ce triple  en faisant ressurgir tous les vieux démons des affaires sordides de la libération,  la population ait voulu laver "le déshonneur qui planait sur son honneur "lol

Le nom même de" Basses Alpes "leur collait aux basques et ils ont voulu le changer en "Alpes de Hautes Provence" ...plus noble ...

On a frôlé de peu que le 04 devienne le département "Des Alpes de Lumière "!
Revenir en haut
Grantie
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-01-10, 21:06    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonne soirée,

Je crois savoir que la condamnation de gaston dominici n'a suscité aucune réaction en sa faveur dans tout le pays .

Il y étaient connus pour leurs qualités et aussi pour leur défauts ..

je ne suis sur de rien quant aux complices ,mais pour gaston ,je le crois malgré tout coupable d'avoir pris
la mouche avec les anglais.


Des tueurs profésionnels qui laissent partir une fillette ?  Profesionnels de roman comique comme vous l'avez dit .

Allez bons rêves .


Dernière édition par Grantie le 2009-01-18, 18:07; édité 1 fois
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-01-13, 05:41    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonjour a tous


 
Citation:
Si ce triple crime avait été l'oeuvre de tueurs professionnels, ils ne se seraient pas autant occupé du sort de la pauvre gosse.

Quel risque auraient-ils courru à laisser la fillette vivante et qu'elle parle apres coup?

Avec les Dominici, là, ce n'est pas pareil!

Le risque était trop grand en la laissant vivante!

Aussi son sort était scéllé dés la 1ere minute qui a suivi la mort de ses parents!



On ne peut mieux dire !


bonjour à tous ,Site Samuel Huet :


                             " Avec les excuses de la France. "


Citation:
Avec les excuses de la France"Avec ce téléfilm, nous apportons notre pierre au processus de révision que nous souhaitons, au côté de la famille Dominici".(Takis Candilis, Directeur de la fiction, TF1).

 
"Nous jetons un pavé dans la mare. Le débat va pouvoir se rouvrir".(Étienne Mougeotte, Directeur-adjoint de TF1).
Avec le toupet qui le caractérise (car ce ne peut être, malheureusement, de la naïveté), Alain Dominici n'a pas hésité à déclarer que le peuple français avait déjà acquitté son grand-père (mais pas son père, soit dit en passant...). Et la fine équipe de TF1 n'a pas hésité, de son côté, à proclamer que l'entreprise systématique de désinformation que constitua le téléfilm que nous savons, était un moyen de parvenir à la proclamation de l'innocence de Gaston Dominici. Quelques trop rares journaux ont relevé l'incroyable manœuvre médiatique engagée dans cet objectif, qui d'ailleurs semble avoir fait long feu, en dépit des énormes moyens matériels engagés. Mais revenons à la parole verbale du type méthode Coué, qui tient pour réalisée une conviction qu'on prétend dénuée de toute arrière-pensée. Un retour en arrière s'impose, car décidément tous ces personnages comptent sur l'affaiblissement de la mémoire collective. En arrière, soit au moment de l'élargissement du "plus vieux condamné de France", acte dû au pouvoir régalien du Président de la République d'alors. Notons en passant que le Président actuel a accompli un acte similaire en graciant, en 1998, le condamné Omar Raddad (que la Cour de cassation, en lui refusant en 2002 un second procès, a reconnu définitivement coupable, ne l'oublions pas). Condamné à dix-huit années de prison pour assassinat, cet ancien jardinier aura en définitive accompli moins d'un quart de sa peine ! Et pendant qu'on en est là, pourquoi ne pas se rafraîchir la mémoire au sujet des propos tenus à l'encontre de la Défense de Raddad, dont les arguments avancés furent qualifiés de «salmigondis d'expertises privées aux affirmations approximatives, contradictoires ou erronées mais toujours péremptoires», ou encore de «diversions, fantasmes, approximations, effets de manche, manœuvres odieuses». Ce qui fait penser, en souriant, aux "arguments évidents" de Me Collard...
Là encore, rien de nouveau sous le soleil ! Mais revenons à Gaston.

On sait, par les confidences de Jacques Chapus, quelle fut dans l'entreprise l'action de Madame de Gaulle, comment cette mesure de grâce a été préparée, quelles précautions ont été prises (la diffusion préalable d'un reportage destiné à apitoyer le bon populo). Ce qu'on sait moins, ou ce qu'on a largement oublié, ce furent les réactions dans le pays, et notamment dans les Basses-Alpes, département où l'on était somme toute assez bien placé pour parler du triple crime, du procès, et de la remise de peine. Et le gouvernement s'inquiétait beaucoup des éventuels remous, dans l'opinion publique, entraînés par la mesure prise par le général de Gaulle. La meilleure preuve en est qu'il réclamait régulièrement des informations auprès du Préfet du département (lettres du 15 et 22 juillet 1960), lequel faisait donner ses Renseignements généraux et interrogeait aussitôt (le 16, comme on l'a vu) les Maires alentour. Nous nous sommes intéressé supra aux opinions publiques locales, telles que rapportées par les Maires interrogés. Dès le lendemain de la mesure de grâce, une première "information" remonta vers Paris :

Libération de Gaston Dominici, le 15 juillet 1960

Gaston DOMINICI, libéré des Baumettes le 14 juillet 1960. est arrivé ce jour 15 juillet 1960, dans la matinée, à la "Grand'Terre" venant de Sainte-Tulle. Il était accompagné de sa femme, de son fils Gustave et de sa belle-fille. Il en est reparti ce même jour vers dix-huit heures.La venue des Dominici a causé quelques perturbations aux abords de la "Grand'Terre", où ont afflué de nombreux automobilistes (journalistes et curieux).Gustave DOMINICI a indiqué qu'ils ne séjourneraient pas à la "Grand'Terre", où ils étaient venus passer la journée.Par ailleurs, Gustave DOMINICI a signalé que son père âgé avait décidé de vendre la "Grand'Terre" pour aller habiter définitivement chez sa fille Madame Caillat à Sainte-Tulle.


Aucun incident ne s'est produit

Une semaine plus tard, nouvelle remontée d'information :

Libération de Gaston Dominici, le 22 juillet 1960
DOMINICI Gaston est actuellement à Montfort (Basses-Alpes) chez sa fille Dominici, Clothilde, épouse Araman.Il a l'intention de rester dans cette localité, s'il trouve un logement.Il a, en outre, l'intention de vendre la ferme de "La Grand'Terre", à Lurs, où il ne désire plus aller habiter.La libération de Gaston Dominici est très mal appréciée dans la circonscription. Beaucoup estiment que cette libération est une injure non seulement à la mémoire des malheureuses victimes, mais aussi à la justice.Cette opinion, les gens l'ont manifestée depuis son arrivée dans la circonscription.
Personne n'approuve cette décision, et en particulier sa venue dans les Basses-Alpes.
Toutefois, aucune réaction violente (manifestation, rassemblement) de la part de la population n'est actuellement à craindre ou à prévoir.





La population était loin d'avoir accueilli le condamné élargi avec des cris de joie, c'est le moins qu'on puisse dire. Mais poursuivons en rapportant un incident bien oublié : quinze jours après l'annonce de la remise de peine, un curieux fait venait aux oreilles des Autorités bas-alpines, qui en rendaient aussitôt compte à Paris. Une imposante gerbe avait été déposée, le 2 août 1960, sur la tombe des Drummond. Elle portait l'inscription : "Avec les excuses de la France". Par bonheur, si l'on peut dire, les mêmes Autorités avaient appris une nouvelle rassurante à communiquer au Ministre de l'Intérieur : "La gerbe a probablement été exposée le 2 août. Les caractères étant sur papier, l'inscription n'est pas restée visible plus de vingt-quatre heures". Et l'informateur ajoutait : "Le chèque aurait été important (la fleuriste ne veut pas donner le nom du magasin de Paris qui lui a passé commande). Personne n'a été informé."Pèlerinage" habituel de nombreux Anglais aux environs du 2 août. Il est difficile de dire si les visites ont été plus nombreuses que l'an dernier, et de distinguer entre ceux qui sont venus pour les Drummond et les touristes venus visiter le cimetière".


Le Préfet des Basses-Alpes pouvait donc écrire une troisième lettre, au Ministre de l'Intérieur, le 8 août 1960 :

J'ai l'honneur, comme suite à mes précédents rapports, de vous rendre compte de l'évolution de la situation en ce qui concerne l'affaire DOMINICI.

- Je vous avais signalé, lors de l'annonce de la mesure de grâce prise en faveur de ce condamné, l'émotion générale ressentie dans le département des Basses-Alpes (mon rapport du 15 juillet).

- Après quelques jours, cette émotion a fait place à un sentiment général de malaise, l'opinion publique estimant que la mesure prise ne pouvait s'expliquer que par des circonstances de fait échappant à sa connaissance.
La presse régionale et nationale, qui a présenté avec complaisance Gaston Dominici sous les aspects d'un vieillard valide, a incontestablement entretenu, si on excepte tel article isolé, une certaine équivoque sur la nature de la "libération" intervenue (mon rapport du 22 juillet).

- Il semble qu'à présent, trois semaines après le retour de DOMINICI dans les Basses-Alpes, l'intérêt de l'opinion publique locale se soit pour partie, et au moins provisoirement, détourné de cette affaire.
Les derniers articles de presse, dont ci-joint quelques extraits, sont à cet égard significatifs.
L'anniversaire du triple crime de Lurs n'a donné lieu qu'à un communiqué dépourvu de passion, émanant de l'A.F.P. et publié, dans des termes presque identiques, par des quotidiens de tendance très diverse (Le Méridional : tendance M.R.P. ; Le Provençal : tendance S.F.I.O. ; La Marseillaise : COM.).
La tombe de la famille Drummond, au cimetière de Forcalquier, a été fleurie, pour la circonstance, comme elle l'est périodiquement.
La gerbe déposée le 5 août sur cette tombe, portant l'inscription "AVEC LES EXCUSES DE LA FRANCE", avait été exécutée par un fleuriste de Forcalquier, sur commande d'un fleuriste parisien, agissant pour une personne désirant garder l'anonymat.
D'autre part, de petits groupes de touristes, pour partie de nationalité britannique, continuent de stationner habituellement, sur la R.N. 96, au niveau de "La Grand'Terre", sur le territoire de la commune de Lurs.
Cette démarche, où se mêlent des sentiments de curiosité et de piété, est effectuée beaucoup plus fréquemment depuis la libération de Gaston DOMINICI.
Au contraire, le comportement assez effacé de celui-ci, depuis qu'il a pris résidence auprès de sa fille, Mme Araman, dans le petit village de Montfort, a contribué à éviter jusqu'à présent tout incident dans cette localité.
Le village de Montfort, s'il n'est situé qu'à 25 kms environ de Lurs, est desservi par une petite route départementale qui part de la R.N. 96, et s'arrête à Montfort. Cette localité, à peu près ignorée par les estivants et les touristes, est donc à l'écart de toute circulation.
L'état de santé physique et mental de Gaston DOMINICI paraît d'ailleurs, selon des témoignages directs, assez différent de celui décrit par les journalistes, et mieux correspondre à son grand âge.

J'estime que l'annonce d'une mesure d'interdiction de séjour, qui pourrait intervenir à son encontre, sera accueillie avec faveur et soulagement par l'opinion publique. Toutefois, la mesure de grâce intervenue le 14 juillet dernier, restera mal comprise d'une opinion profondément troublée par une décision qu'elle analyse volontiers comme un désaveu implicite du verdict du jury criminel ayant condamné DOMINICI.


Oui, il est bon de rafraîchir la mémoire de certains, de temps à autre !







Retour Documents complémentaires

Retour Menu général 'Affaire de Lurs'
Retour Faits de Société/Opinions (Kaïros/Doxaï)http://s.huet.free.fr/kairos/index.htm











Autre Document du même site :



Citation:
Cette libération... bafoue la Justice et révolte les consciences"Les Français ont déjà innocenté mon grand-père".  
(Alain Dominici).
Voire ! Il est plus facile de ressasser des rengaines que de prouver ses dires. Fidèle à la méthode enseignée par son conseil, le petit-fils du Patriarche entonne sans arrêt les mêmes discours. La méthode Coué, peut-être, a du bon. Mais dans le cas qui nous occupe, mieux vaut apporter des preuves solides. Ce que ne fait pas, et pour cause, le site que le petit-fils a fait bâtir, dit-il, à la gloire de son grand-père. Pour l'édification ébaubie des accros de TF1. Mais curieusement, alors qu'il possède beaucoup de cartes en mains, il ne nous sort aucun atout : les documents qu'il nous présente, souvent tronqués d'ailleurs - et sur lesquels il appose systématiquement son copyright, ce qui est à la fois comique et inquiétant - sont parfaitement secondaires et accessoires.
Au fait, on se méprendrait gravement à juger agressifs les termes que j'utilise. Chacun peut faire de l'information, même si, à la limite, c'est sous forme de désinformation. Mais personne n'a le droit, pour tenter de conjurer un sort qui est, il faut le reconnaître, particulièrement funeste, de traiter d'immonde manière ceux qui avaient pour seule tâche de défendre la société, et le firent avec un réel brio - oui, brio, malgré qu'on en ait ! Il n'y a donc pas agression, mais indignation un temps stupéfiée.
Prenons un seul exemple. Soit l'intéressante émission, contradictoire, d'Yves Calvi (sur la Cinq), consacrée le 5 juin 2003 au sujet qui nous occupe. Revoyez-la tranquillement, en vous attachant aux propos de Reymond (car il vaut mieux oublier ceux de son compère). Reymond parle avec une sûreté impressionnante, par exemple de la "secrétaire de Drummond retrouvée noyée dans le port de Dieppe". Comment ne pas songer que ce fait nouveau, qu'on nous sert avec l'accent de la vérité la plus crue (et la plus tue, jusque là), est un signe de plus de la fourberie des enquêteurs réunis pour accabler un pauvre vieillard innocent ? Mais chacun sait - et Reymond le premier - qu'il n'y a jamais eu de secrétaire noyée dans le port de Dieppe. En revanche, il y a bien eu une institutrice anglaise, amoureuse des randonnées à bicyclette et y consacrant ses vacances ; une institutrice nommée Janet Marshall, qui croisa malheureusement le chemin d'un sadique, du côté d'Amiens (c'était fin août 1955). Et la police, après avoir suivi mille pistes accessoires, finit par mettre la main sur le coupable, après tout de même cent trente-huit jours d'enquête. Il se trouve que cette jeune femme exerçait dans la ville où résidaient les Drummond. Et alors ? Carignon habite tout près d'ici : allez-vous en tirer la conclusion que j'épouse ses thèses ? Que nous sommes copains comme cochons ?
Mais suivons un instant le raisonnement reymondien, et admettons le coup de la secrétaire : peut-on alors imaginer une seconde que les espions venus du froid auraient attendu trois ans pour aller exécuter, à Dieppe ou ailleurs, une collaboratrice proche du savant, et donc vraisemblablement détentrice de ses secrets, petits ou grands ? Allons, c'est tout juste une gaminerie. Bon, je vais tout de même faire un geste, je consens, pour faire plaisir à Reymond, à dire que la malheureuse Janet Marshall fut retrouvée noyée, avec son vélo, dans le port d'Amiens. Et que les Picards me pardonnent.
Et vous voyez la méthode, qui peut décourager la bonne foi : pour contrer une seule parole proclamée d'Évangile, il faut tout un texte de preuves contraires.
Mais poursuivons : le fieffé mensonge à propos de la "secrétaire de Drummond", qui figure en toutes lettres dans la nouvelle requête de nos compères Dominici-Reymond ( "Lettre ouverte pour la révision", ouvrage opportunément paru, c'est sans doute une coïncidence, au milieu de l'incroyable battage médiatique ayant accompagné le tournage, puis la diffusion du téléfilm de TF1) est dénoncé avec véhémence, en direct, sur Odyssée, au cours de l'émission "L'affaire Dominici, ses mystères, ses impasses, ses mensonges" (28 novembre 2003). Jean-Charles Deniau démontre, pour de trop rares téléspectateurs hélas, l'inanité de ce minable ragot, avec des preuves irréfutables. Mais l'ineffable Collard, en face, ne se démonte nullement (comme tout avocat, il a réponse à tout, n'est-ce pas) : "Il n'a jamais été procédé par voie d'affirmations". Et Reymond de renchérir : "C'est une question... Je ne fais que poser une question". Et Collard croit clouer le bec de Deniau : "On a demandé à la Commission [de révision] d'aller vérifier ce point... elle n'a pas cherché à répondre". Eh bien, repassez-vous l'émission d'Yves Calvi ("C'est dans l'air"), citée au départ de cette incidente, et vérifiez par vous-mêmes si Reymond procède par questions, ou par péremptoires affirmations...

Et maintenant, à propos de preuves, voyons quelques textes que le petit-fils a oublié de mettre en ligne, avec ou sans copyright. Simple oubli, je vous assure, car il va de soi que le peuple français a déjà innocenté Dominici. Ces textes, ce sont les avis que le Préfet souhaitait recueillir auprès des élus les plus proches des lieux du triple crime. Écoutons-les donc, s'adresser à nous, d'outre-tombe :




I. Mairie de Peyruis                                   République française


                                                                                          le Maire de Peyruis

                                                                                      à Monsieur le Sous-préfet Forcalquier

En réponse à votre lettre confidentielle par laquelle vous me demandez de vous faire connaître la réaction de la population touchant à la libération de Gaston Dominici, il apparaît que celle-ci en général s'abstient de tout commentaire, surtout en raison de la grande sympathie qu'elle porte à la famille de Clovis Dominici décédé, c'est-à-dire à sa veuve, sa fille, son fils et son gendre.Néanmoins il ressort une impression de mécontentement qui se manifeste discrètement.

Veuillez agréer,...
                                                                                                                             Le Maire,

                                                                                                                                Jourdan
      



II. Mairie de Ganagobie                             République française
Le 19 juillet 1960
CONFIDENTIEL le Maire de Ganagobie à
Monsieur le Sous-préfet de Forcalquier

Comme suite à votre demande de renseignements concernant la libération de Gaston Dominici, j'ai l'honneur de vous informer que les quelques habitants qui demeurent à Ganagobie sont hostiles à cette libération.

Veuillez agréer,...
                                                                                                                                 Le Maire
                                                                                                                                  Garcin




III. Mairie de La Brillanne
Objet : Libération  
de G. Dominici 

 République française   
Monsieur le Sous-préfet  
de Forcalquier


                        
           

 La Brillanne le 21 juillet 1960



         
Comme suite à votre lettre du 16 courant, j'ai l'honneur de vous faire connaître les réactions de la population devant la récente libération de Gaston Dominici.On ne s'explique pas ce geste de mansuétude inconsidérée.S'il y a eu erreur judiciaire, dit-on, ou s'il existe quelque doute sur la véritable culpabilité du vieux Dominici, que cela soit dit clairement.Car jusqu'à preuve du contraire, pour la grande majorité le jugement de la cour d'assises de Digne reste valable ; et G. Dominici demeure aux yeux de tous un abominable assassin. En particulier, le meurtre d'une innocente petite fille, affolée et implorante, le fait apparaître comme une sauvage brute, dénuée de tout sentiment humain, un vrai monstre.
À lui seul ce forfait est inexpiable.
On a invoqué le grand âge du vieillard ; mais s'il y a lucidité l'âge ne saurait être une excuse, ni pour commettre un crime, ni pour échapper à son juste châtiment.
Il y a aussi le scandale de la Presse qui fait jouer au sinistre vieillard le rôle d'une grande vedette. De longues colonnes lui sont consacrées. De multiples photographies s'étalent complaisamment en première page et montrent au monde entier scandalisé le ricanement cynique du "libéré".
Et c'est à peine, si ces mêmes journaux mentionnent au même moment la disparition du très grand savant qu'a été le Duc de Broglie !(1)
Enfin, que dire de ces foules qui accourent à nouveau sur les lieux du crime, attirées par une curiosité morbide et à la recherche de troubles sensations ?
En conclusion, la libération inconditionnelle de Gaston Dominici est vivement critiquée par l'ensemble de la population. Cette libération qui bafoue la justice et révolte les consciences est, de l'avis unanime, une lourde erreur morale et psychologique.



 
Le MaireGranier


IV. Département des Basses-Alpes                       République françaiseMairie de Lurs Le 23 juillet 1960
Le Maire de Lurs
Confidentiel à Monsieur le Sous-préfet de Forcalquier
Monsieur le Sous-préfet,
Comme suite à votre lettre du 16 juillet écoulé, j'ai l'honneur de vous informer que la libération de Gaston Dominici a produit une certaine effervescence dans ma commune, où les esprits qui lui sont hostiles sont loin de se calmer.La population n'arrive pas à comprendre les motifs qui ont pu amener la libération du condamné, coupable du triple crime de Lurs.Á la suite de cette libération qui, aux yeux de tous, n'aurait jamais dû avoir lieu, il serait souhaitable qu'une résidence hors de la commune de Lurs soit imposée à Gaston Dominici.

Pour ma part, j'entends dégager ma responsabilité de tout événement malheureux qui pourrait se produire à la suite du retour du vieux condamné à la Grand'Terre à Lurs.


Croyez, Monsieur le Sous-préfet,……..
                                                                                                                                  Le Maire,

                                                                                                                                  Estoublon




Note

(1) Mort le 14 juillet 1960, Maurice de Broglie (Paris, 1875), d'abord militaire de carrière, puis devenu l’un des grands maîtres français de la physique expérimentale, était un de ces esprits supérieurs dont chaque siècle ne possède que peu d'exemples.




Puisse ce rafraîchissement de mémoire n'être pas inutile !



Je suis surpris de le teneur des lettres qu'avaient écrites les maires des communes environnantes au sujet de
l'élargissement de Gaston le 14 juillet 1960.
A l'unanimité , et sans mâcher leurs mots, ceux ci ont montré une vive réprobation pour cette décision .

C'est assez étonnant de voir ,comment des  personnalités aussi bien informées sur la trame de la vie locale ,
avaient la culpabilité de Gaston vissée en eux .

Rien que cela devrait faire réfléchir ceux qui doutent .

Il faut à ce sujet rappeler la réflexion ,disons le lapsus, de Gaston au maire de Peyruis Mr Jourdan /

"cette petite courait comme un lapin !"

 C'est Yves Thélène ,homme crédible entre tous qui l'avait recueillie du maire et qui
 l'a mentionné dans sont article paru à la suite du film comico-fiction avec Michel Blanc et Serrault .
 (Au passage :pauvre Sébeille 2 fois mort !)
Le poison que ce film, nul dans toutes ses formes d'expression, a instillé dans l' esprit des nouvelles générations ,
non contemporaines du crime ,est lourd de conséquences . Il entraine des dérives nauséabondes . 
Drummond assassinée à la grand'terre par Gaston au moins .
Cela ne fait aucun doute .
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2009-07-15, 13:59; édité 3 fois
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2009-01-14, 15:45    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonjour à tous,
Bonanza a écrit:

Bonjour à tous.

Bonjour Grantie.



Citation:

Des tueurs profésionnels qui laissent partir une fillette ?  


Si ce triple crime avait été l'oeuvre de tueurs professionnels, ils ne se seraient pas autant occupé du sort de la pauvre gosse.

Quel risque auraient-ils courru à laisser la fillette vivante et qu'elle parle apres coup?

Avec les Dominici, là, ce n'est pas pareil!

Le risque était trop grand en la laissant vivante!

Aussi son sort était scéllé dés la 1ere minute qui a suivi la mort de ses parents!



Salutations. 

Okay

Cordialement
Revenir en haut
Grantie
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-01-14, 22:21    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

bonsoir ,



Citation:
Des tueurs professionnels qui laissent partir une fillette ? 


Je voulais dire qu'en général ils mitraillent tout ce qui bouge sans faire de détail..et ne vont pas mégoter à tirer 4 ou 5 coups de feu avec parcimonie et qui "laissent partir une fillette."...... pour devoir l'achever ensuite à coup de crosse ?
Les mots trompent et leurs auteurs et ceux qui les lisent quand ils ne sont pas bien explicités .
Revenir en haut
Grantie
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-01-19, 15:43    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

bonjour ,
bonjour bonanza,

 
Citation:
Je vous avais bien compris, mais je me plaçais en considérant l'affaire vue du côté des DOMINICI!

Salutations.


D'accord . Vous savez dans le crime même il y a la signature des Dominici . Beaucoup de bétises.Ceux qui pensent
à une affaire d'espionnage ne veulent pas voir le crime avec ses grossières erreurs .
Revenir en haut
Danilo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-01-20, 09:14    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonjour à tous

Bonjour Bonanza

Citation:
Mais qui a fait quoi?

Le saurons-nous véritablement un jour?

 

Là je suis extremement pessimiste.

A moins que l'un de nous s' introduise dans la maison de retraite de Peyruis et vide de la scopolamine dans son bol de soupe.
De qui vous savez.
Revenir en haut
Bonanza
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-01-20, 12:13    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

bonjour à tous.

Bonjour Danilo.


" Nous zavons les moyens pour vous faire parler! "


Il faudrait pour cela ( pour rester dans le cadre l'affaire et ne pas créer d'anachronisme )

retrouver le systeme d'alimentation de prise de courant ( employé par un acteur de l'affaire! ) et sans se

faire pincer par les Droit de l'homme, installer la Gégéne ( et Bigerd s'il veut bien venir! )


A ne pas prendre au sérieux!



Salutations.
Revenir en haut
Bonanza
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-01-20, 17:48    Sujet du message: La faute à la charlottade ? Répondre en citant

Bonnjour à tous.

Bonjour Danilo.


Citation:
 Scopolamine
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Scopolamine
Structure de la scopolamine
Général
Nom IUPAC(-)-(1S,3S,5R,6R,7S,8S)-6,7-époxy-3-[(S)-tropoyloxy]tropane
N° CAS51-34-3
Code ATCA04AD01
N05CM05
S01FA02
Propriétés chimiques
Formule bruteC17H21NO4  [Isomères]
Masse molaire303,353636 gmol-1
C 67,31%, H 6,98%, N 4,62%, O 21,1%,
Précautions
Signalisation CE

T+
[+]Symboles :
T+ : Très toxique

Phrases R :
R26/27/28 : Très toxique par inhalation, par contact avec la peau et par ingestion.

Phrases S :
S25 : Éviter le contact avec les yeux.
S45 : En cas d'accident ou de malaise, consulter immédiatement un médecin (si possible, lui montrer l'étiquette).
(S1/2) : Conserver sous clef et hors de portée des enfants.

Phrases R26/27/28,
Phrases S(1/2), 25, 45,
DL501275 mg/kg (souris, peroral)
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.
La scopolamine ou tropate de scopine ou hyoscine est un alcaloïde présent chez les solanacées vireuses, proche de l'atropine sur le plan
chimique, isolé par E. Schmidt en 1892. Elle est particulièrement abondante chez le Datura et le Brugmansia, notamment dans les graines, ainsi

que chez le Duboisia (feuilles).

La scopolamine est en général commercialisée sous forme de bromhydrate de scopolamine.

C'est un parasympathicolytique, comme l'atropine, mais en revanche c'est un sédatif central. Elle provoque en outre d'intenses hallucinations

délirantes, de l'amnésie (amnésie lacunaire antérograde) et des pertes de conscience comme en provoque la consommation de Datura, de

Jusquiame ou de Mandragore. Elle est active à des doses de l'ordre du dixième de milligramme. À fortes doses, l'intoxication peut être mortelle.

La scopolamine est un anticholinergique. Elle agit en se liant aux récepteurs muscariniques de l'acétylcholine dans le système nerveux central et

périphérique empêchant ainsi l'action du neurotransmetteur.

Aux fortes doses, on observe souvent des séquelles psychiatriques plusieurs mois après l'intoxication. La scopolamine a été testée comme

« sérum de vérité » pendant la Seconde Guerre mondiale et est utilisée, notamment par des bandes d'escrocs en Colombie, pour dépouiller des

victimes qui, sous son effet, perdent leur volonté et se laissent faire oubliant ensuite ce qui s'est passé.

La scopolamine est utilisée pour lutter contre la maladie de Parkinson. Actuellement, elle est utilisée dans le traitement symptomatique de

certaines douleurs digestives et gynécologiques, en soins palliatifs, ainsi que dans la prévention du mal des transports.


Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-07-20, 10:17    Sujet du message: la charlotade du 4 aout 52 à Digne . Répondre en citant

Bonjour ,



Je crois que tous les aficionados  vont être béats d'admiration devant cette magnifique bête qui était en lice ce jour là ! Rolling Eyes
...Je crois bien que si les Drummond avaient pu voir des images, au lieu d'une affichette plus flatteuse , ils seraient restés à
Villefranche ...
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:25    Sujet du message: La faute à la charlottade ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Index du Forum -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> La veille du crime ,le 4 août 1952.Un drôle d'éboulement . Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com