l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs  Index du Forum

l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs
La vérité sur le triple crime le plus célèbre .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Index du Forum -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> Les interrogatoires,les aveux de Gustave, Clovis et Gaston : Nov 53. La Reconstitution ..
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-02-24, 18:24    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonsoir à tous ,
Gorenflo disait un jour qu'on n'avait pas tout bien lu ,ou quelque chose de similaire.

Au sujet de l'origine de la carabine et surtout de sa cache je ne saurais trop vous engager à relire Laborde de la page 230 à la page 245.
Il faut aussi lire entre les lignes ....

Mais si cela vous échappe je tenterais de vous en faire la démonstration Question .

Mais de quoi ?

Que la justice aurait bien manigancé ,pardon, disons manoeuvré pour que TOUTES les dépositions concordent.  ***

Attention ! je vais sortir des arguments sérieux et étayés. Mais si vous trouvez vous même tant mieux .

*** Je sens des regards en coin et noirs ....
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 2009-02-24, 18:24    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-02-25, 11:23    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour,

Citation:
Mais si vous trouvez vous même tant mieux

Alors ?

_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-02-25, 21:38    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonsoir à tous ,

Dans 48 h je mets ma réponse aux enchères sur E-Bay. Mise à prix 450 €..alors que vous pourriez l'avoir gratuite en vous creusant un peu la tête .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
jessy
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-02-28, 18:49    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonsoir
à nikos ,

Vous nous faites languir ..je crains que tous ne pourrons pas enchérir sur E bay . J'ai bien une petite idée ,Je ke crains de me tromper .
Vous voulez pârler du gafouillage sur le nom de l'arme donné par clovis et gustave qui parlent du vieux fusil du père ?

pardonnez si je suis passée loin de la réponse mais j'avoue ne pas bien saisir .

on attendra le temps qui'l faut la réponse .mais il y a de quoi être interpellée.
Bonne soirée . 
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 467
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-01, 11:35    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour Nikos,
Bonjour à tous,

Je viens de relire les pages en question. On y remarque que les deux frères Dominici veulent bien accuser leur père mais qu'ils sont d'un mutisme total à propos de la carabine. Arme qu'ils ne connaissent pas, qu'ils n'ont jamais vue. Ils ne connaissent à leur père que le fusil Gras.

Et là, c'est Clovis qui va craquer devant le juge Périès. En effet, il déclare qu'au moment où Gaston lui a révélé avoir tué les anglais, il pensait que son père avait agi avec le fusil Gras, bien que Gaston ait employé le mot carabine. Périès n'a aucun mal à mettre Clovis en difficulté en lui disant que cette déclaration est évidemment fausse puisque l'existence de la carabine retrouvée dans la Durance était de notoriété publique. Or, Gaston raconte son histoire à Clovis trois mois après la découverte de cette carabine. Donc Clovis ne peut ignorer qu'il y a bien une carabine et, par conséquent, il ment lorsqu'il parle des crimes qui auraient pu, selon lui, n'être commis qu' avec le fusil Gras. Au passage, chapeau au juge Périès ! Comme quoi, il est bien utile de relire. Du coup, Clovis accepte de dire la vérité sur la carabine.

L'audition terminée, le juge propose à Clovis une chambre d'hôtel. Comme conditions de garde à vue, il y a eu pire. Clovis refuse et demande à passer la nuit avec son frère. Accepté par le juge Périès. Là, ce n'est plus "chapeau" pour le juge. Et en même temps que j'écris ces lignes, je vois pointer les oreilles de Nikos.

Les deux frères passent la nuit dans le même local et, évidemment, ont tout le temps de se mettre d'accord. Le lendemain, Gustave donne une version identique à celle de son frère.

Extrait du ivre de Laborde : "Roger Périès est satisfait : ainsi n'y a-t-il plus de divergence en Clovis et Gustave".

Oui, tout cela est bien exposé par Laborde, même s'il ne fait pas de commentaires. Ce qui fait dire à Nikos qu'il faut savoir lire entre les lignes. Il est certain que cette scène ne plaide pas en faveur d'une instruction limpide. La concertation évidemment intervenue entre les deux frères constitue une faute grave.

La question qui se pose ensuite est celle-ci : action délibérée, volontaire, ou erreur de bonne foi, due à un manque d'expérience ou de professionnalisme ?

Autre question : pourquoi les deux frères étaient-ils si cramponnés à cette version selon laquelle aucun des deux ne connaissait la carabine ? Qu'ils aient cette attitude avant d'avoir dénoncé Gaston, on comprend. Mais après ?

Cordialement.    
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-01, 11:53    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour à tous ,
Salut Gorenflo.

Un seul mot CHAPEAU ! quel metier .

On voit comment le toile s'est tissée  pour que tous les violons jouent sans dissonnance la partition de la carabine .

Ce n'est pas gorenflo mais "Oeil de lynx" . Shocked
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Bonanza
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-03-01, 12:37    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour à tous.


13/05/1953  Déposition de Ricard

Silence jusqu'au 12/11/1953!

Sébeille et Périés voulaient aboutir, et c'est normal!

Et pour une histoire d'étagéres, tout risquait d'être remis en question?

Bien sûr que les 2 fréres devaient raconter la même chose!

Comme l'a suggéré Gustave pour son pére " faites venir ça de loin "

C'est absolument ce qu'ont fait Sébeille et Périés pourqu'il y ait 2 perroquets qui chantent la chanson!


Salutations.

Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 467
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-01, 14:53    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour Bonanza,
Bonjour à tous,

Bonanza a écrit:








Et pour une histoire d'étagéres, tout risquait d'être remis en question?

Bien sûr que les 2 fréres devaient raconter la même chose!

Comme l'a suggéré Gustave pour son pére " faites venir ça de loin "

C'est absolument ce qu'ont fait Sébeille et Périés pourqu'il y ait 2 perroquets qui chantent la chanson!









Je ne comprends pas très bien le sens de cette formule.

Bien sûr qu'il était souhaitable pour Sébeille, Périès, la Justice et donc, la société en général, que l'ensemble des pièces tiennent solidement les unes avec les autres. Mais entendons nous bien : pas à n'importe quel prix !

Il existe un principe reconnu et exigé par la jurisprudence qui est celui de la loyauté dans l'administration de la preuve. La Justice doit pouvoir être certaine que les éléments qu'on lui apportés ont été obtenus loyalement. Sinon, on s'aventure dans des zones grises qui risquent de conduire au contraire de ce que l'on voulait avoir : c'est à dire à l'erreur judiciaire en lieu et place d'une bonne justice.

Que les preuves ne soient pas faciles à obtenir, que des éléments restent incertains, c'est désagréable pour celui qui conduit l'enquête ou l'instruction. Surtout avec la pression médiatique de l'époque. Mais ce n'est pas un motif pour se livrer à des manipulations et cela pour deux raisons :

- La première c'est que ce n'est pas bien. Point final.

- La deuxième c'est qu'en agissant de la sorte on s'expose à un retour de bâton si la manipulation est découverte. Pas un retour de bâton pour soi, ce n'est pas le plus grave. Un retour de bâton qui va faire comprendre aux gens chargés de juger que des éléments prétendument solides de l'enquête sont en fait viciés. Ce qui est le meilleur moyen pour introduire le doute dans lequel vont s'engouffrer les avocats, au risque de tout mettre par terre.

Pour en revenir à notre affaire, je ne suis pas en train de dire qu'il y a eu manipulation. J'ai expliqué dans mon précédent post comment j'interprétais les lignes de Laborde, si ce que raconte Laborde est exact. Dans cette hypothèse, il est possible que Périès ait agi par légèreté.

Mais s'il était avéré qu'il y a eu manipulation ou, à tout le moins, complaisance sur une rencontre des deux frères durant la nuit avec le secret espoir que l'entretien débouche sur une heureuse issue, nous serions en présence d'une manœuvre déloyale et donc, critiquable.

On ne peut pas d'un côté revendiquer, et à juste titre, une Justice propre, compétente et indépendante et, dans le même temps, admettre comme un moindre mal que des arrangements puissent se faire avec la déontologie pour faire tomber un suspect. Même si, en l'occurrence, on est convaincu de la culpabilité dudit suspect. Et à plus forte raison pour recueillir des "preuves" qui risquent d'être démontées si elles ne font que reposer sur des paroles.



Autrement dit, dans cette affaire, il convenait d'entendre séparément les deux frères, empêcher toute communication entre eux, les interroger, les ré-interroger, jusqu'à ce que la vérité sorte enfin et qu'elle sorte proprement. Une même explication donnée par les deux frères qui n'auraient pu se rencontrer aurait eu un autre poids.

Sur la carabine, je ne peux rien affirmer, bien entendu, mais je crois que si Clovis et Gustave étaient si acharnés à dire qu'ils ne l'avaient jamais vue, alors que dans le même temps ils accusaient leur père, c'est que cette carabine les gênait. On voit mal une autre explication. Si elle les gênait c'est parce que, probablement, elle appartenait à l'un des deux et que ce "un des deux" avait peur que ce soit démontré. 

Lequel des deux ?

Clovis ? Peut-être, mais dans tous les cas, si la carabine était la propriété de Clovis, cela ne le conduisait pas à être inculpé de complicité. A moins de démontrer qu'il avait prêté la carabine sciemment, sachant quel usage allait en être fait. Dans ces conditions, il était complice à 100 %. Mais tout le monde sait bien que cette hypothèse ne tient pas la route. Au pire des cas, il aurait pu être poursuivi pour détention illégale d'arme de 1ère catégorie ce qui ne l'aurait pas mené bien loin. Surtout si l'on fait le parallèle avec Maillet qui n'avait pas été poursuivi pour les deux Sten.

Gustave ? Là, c'est une autre histoire. Gustave était déjà dans l'affaire jusqu'au cou. Sil avait été démontré que la carabine lui appartenait, il aurait eu un brave souci à se faire. Car il aurait été alors nécessairement supposé qu'il était peut-être sorti avec, que c'était peut-être lui qui avait tiré sur les Drummond, etc. Et on s'approchait alors de l'hypothèse Chenevier.
Sur ce point précis de l'appartenance de la carabine à Gustave, n'oublions pas le témoignage du docteur Morin qui, à quatre ans de distance, parle d'une arme rafistolée avec une pièce en duralumin. Guidon, hausse ? Aucun des deux pour l'arme du crime. Mais un collier en duralumin qui, lui, existe bien. Le docteur Morin a-til pu confondre dans son souvenir ? Ca me paraît tout à fait possible lorsque l'on connait la fragilité du témoignage.

Dans ces conditions, l'appartenance de la carabine ne serait plus un problème. L'arme aurait été la propriété de Gustave, même s'il arrivait qu'elle soit utilisée par d'autres, selon les moments. Le tout au conditionnel.

Cordialement. 
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 467
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-01, 17:05    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Et pour en finir là-dessus, un petit complément :

Si on admet, comme le sous-entend Laborde, qu'il y a eu concertation entre les deux frères sur la carabine, avec la bénédiction de Périès qui leur permet de passer la nuit ensemble dans le même bureau, on est bien obligé d'en déduire qu'il n'y a pas eu complot de longue date, monté par les deux frères.

Car s'il y avait eu complot avant l'arrestation de Gustave, l'explication à propos de la carabine serait arrivée tout de suite, à l'unanimité des deux frangins.

Cordialement.  
Revenir en haut
Bonanza
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-03-01, 17:55    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonsoir à tous.

Bonsoir Gorenflo.

Je voulais simplement dire par là que Sébeille et Péries ont crée les conditions necessaires et

suffisantes pour en finir au plus tôt et sans de possible retour de situation.

On ne pouvait avoir 3 sons de cloche.

Il fallait que les fréres aient une version commune et sans ambiguité!

Lorsqu'on joue avec des tricheurs et des menteurs, pourquoi, à son tour s'en priver alors que ça fait 16 mois que

cela dure, et que pour un rien, tout risque de basculer et que Périés et Sébeille soient obligés de repartir

à zero.

Il fallait que Gustave sauve sa peau et ce ne sont pas lui et son frére qui se seraient plaint de leurs conditions de

garde à vue.

Petits arrangements entre amis ( non déclarés, mais sous-entendus entre Sébeille et Périés ), ce n'est pas nouveau dans l'affaire!

N'oublions pas que certains PV du débuts d'enquête ont bénéficié de laxisme et d'arrangements tout aussi comprométtants.

Mais qui en a parlé?

Nous, dans ce forum, parceque nous enfilons les mouches sur les détails!

Malgré ces petites entorses à la déontologie, seuls deux reproches à faire à Sébeille et Périés :

Il n'ont pas su démarrer cette enquête de la bonne façon, et l'on abrégée et finie en queue de poisson!



Salutations.
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-01, 18:09    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

salut Gorenflo,
Bonanza, 

bonjour à tous ,

Très intéressant tout ça !



Citation:
avec la bénédiction de Périès qui leur permet de passer la nuit ensemble dans le même bureau, on est bien obligé d'en déduire qu'il n'y a pas eu complot de longue date, monté par les deux frères.



A croire que Periès n'en était qu'à 50% de la vérité sans ce montage .Du coup il a atteint ses fameux 70% dont il se vantera naïvement .Quand on compte on n'aime pas ..





Citation:
Car s'il y avait eu complot avant l'arrestation de Gustave, l'explication à propos de la carabine serait arrivée tout de suite, à l'unanimité des deux frangins.



Sur le terme complot et sur la construction d'un complot bien verrouillé avant, tout à fait d'accord .Mais tu accorderas tout de même qu'ils étaient de concert ,mais pas de conserve peut être tout à fait ,pour évacuer le problème concernant  la présence de la carabine à la GT ce soir là .
On pourrait penser que s'ils n'avaient pas bien  accordé les violons ils étaient déjà d'accord sur la partition .
Le chef d'orchestre Péries les a aidé à jouer juste et en mesure ..

Il est intéressant de noter que la justice a eu besoin de s'aider un peu ici et plus tard aussi au procès ,tout comme au passage lors de la "reconstitution" .

Ce qui fait que, même si elle avait bien vu le coupable et cerné le moyen de le bloquer (anguille),la méthode malhabile
a failli servir la défense .

Heureusement que celle ci était un peu molle .

C'est une série de posts qui apportent un éclairage non négligeable ,à mon sens ,sur certains aspects de l'affaire .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Bonanza
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-03-01, 18:43    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonsoir à tous.

Salut Nicolas.

Citation:
Mais tu accorderas tout de même qu'ils étaient de concert ,mais pas de conserve  

Mais oui de conserve de 57 ans!

Exceptionnel comme durée de conservation!


Salutations.
Revenir en haut
Bonanza
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-03-01, 18:48    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonsoir à tous.

Salut Nicolas.


Citation:
On pourrait penser que s'ils n'avaient pas bien  accordé les violons ils étaient déjà d'accord sur la partition .Le chef d'orchestre Péries les a aidé à jouer juste et en mesure ..

Il est intéressant de noter que la justice a eu besoin de s'aider un peu ici et plus tard aussi au procès ,tout comme au passage lors de la "reconstitution" .



Tout simplement!  Okay


Salutations.
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-02, 05:52    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

bonjour à tous ,
salut Bonanza,
salut gorenflo,

J'en étais resté au premier post de Gorenflo et absent j'ai sauté la suite en ne répondant qu'au premier message.

Gorenflo dit:





Citation:
Gustave ? Là, c'est une autre histoire. Gustave était déjà dans l'affaire jusqu'au cou. Sil avait été démontré que la carabine lui appartenait, il aurait eu un brave souci à se faire. Car il aurait été alors nécessairement supposé qu'il était peut-être sorti avec, que c'était peut-être lui qui avait tiré sur les Drummond, etc. Et on s'approchait alors de l'hypothèse Chenevier.






C'est peut-être là le noeud de ce trouble général à dire l'origine de la carabine en effet .Comment expliquer que j'ai une carabine "illicite",celle qui a servi pour le triple crime , que j'avoue avoir été présent sur la scène du crime ,mais que je ne m'en suis pas servie et aussi que ce n'est pas moi qui l'ai prise ?Et puis pourquoi mettre du coup mon frère Clovis dans les ennuis avec  ce cette détention "illicite"et attirer sur lui des questions  s'il n'y est pour rien,mais qu'il a simplement eu cette carabine au passage et qu'il en a profité pour la graisser?
Zézé est venu la lui chercher ? Cela complique d'avantage le partage des responsabilités !

Dire qu'ils "tenaient" la carabine c'était se mettre dans la 'mouise' et avec peu d'espoir d'en sortir sans encombre .

Donc on est tous d'accord ,ils tentent d'en 'zapper' la provenance mais avec maladresse et ,comme le dit bien Gorenflo ,ils n'avaient pas bien mis leur scénario au point ,pas de "complot " pour ce faire .
Sur la forme ,pas sur le fond. Périès a voulu cette fois ci aucune dissonance sur la forme, on l'a déjà  dit .

Et si Maillet avait été ,comme le suggère Guerrier ,le premier apporteur de l'arme on a aussi l'explication de son étrange mutisme à son sujet alors qu'il avait forcément reconnue en tant qu'ami intime et compagnon de braconnage des Dominici.

Et on peut même affirmer que c'est parce qu'il avait bien reconnu l'arme des Dominici qu'il est resté fort dans ses
accusations jusqu'au bout .
Pour lui, l'affaire "était pliée "les Dominici étaient bien dans le coup .
On comprend pourquoi Gustave se croit obligé du coup de lui  préciser qu'il n'était que spectateur cette nuit là depuis la luzerne et qu'il n'a fait que 'voir et entendre' ..

Mais voila que les lettres anonymes qui suivent "la conversation des pommes de terre ",cad les aveux de Gustave pendant qu'yvette pesait celles ci en se trompant d'ailleurs !!( Tiens ! suivait- elle la conversation de loin pour se tromper d'autant de kilos à la pesée ?) Voilà donc que les lettres signalent que deux Dominici étaient dehors vers 23h30** armés d'un fusil automatique ! Le corbeau savait et qui savait comme le corbeau ?

(**Notons encore au passage que c'est la même heure que celle de la soit- disant venue side-car à la ferme !)

Pour Maillet cela ne faisait aucun doute les assassins étaient là . Lui savait pour la carabine ,mais comme pour les deux frères
il ne pouvait dire qu'il la connaissait s'il l'avait "tenue" lui aussi .

Cette carabine qui a circulé dans ce petit monde d'initiés a autant prouvé que gêné . Une sorte encore de" patate chaude ".

Finalement, que Péries accorde bien les violons sur ce point n'était pas pour déplaire aux deux frères ,surtout à Clovis.
Mais pour que ce "couillon de Gustave "ne déraille pas encore le lendemain il était préférable qu'il restât sous le contrôle
du plus fort mentalement ,du protecteur, de l'aîné .
Fi! de la chambre d'hôtel  ..
"Clovis restez avec Gustave cette nuit pour qu'il ne change pas encore d'avis demain à la reconstitution et qu'ils vous mettent
bêtement dans le coup tous les deux ..( Clovis entendra "tous les trois".. avec zézé !)
Aurait pu suggérer le juge Périès sous pression et désireux d'en finir enfin avec tous ces mensonges et tous ces revirements dominiciens.
Comment refuser quand on s'appelle Clovis ? Comment refuser quand on  s'appelle Gustave et que son frère aîné passe la nuit à vous expliquer les bienfaits que peuvent procurer une  carabine  sur une étagère plutôt qu'ici ou là ?
Alors on a aux oreilles soudain la réplique d'Escartefigue qui répond à Cesar lors de la partie de cartes : "
  Aaaah! très bien !Compris ! Tè vé, coeur !"
Comme "le tave" pourrait le dire à Clovis : " Ah ? très bien! Compris ! Tè vé ! elle était sur l'étagère ! "

On voit comment beaucoup de choses  peuvent s'éclairer d'un coup grace à un petit bout de pelote de laine qu'on tire au hasard d'une relecture .

Bonanza:



Citation:
Malgré ces petites entorses à la déontologie, seuls deux reproches à faire à Sébeille et Périés :Il n'ont pas su démarrer cette enquête de la bonne façon, et l'on abrégée et finie en queue de poisson!




Voilà !   
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-03, 10:34    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour à tous ,

Je voudrais juste en revenir à une de mes "vieilles lunes" à savoir que pour agir ainsi la police devait savoir .

A l'époque j'avais soumis l'hypothèse que le gendarme X, amant d'Yvette au cours de l'enquête, avait obtenu ce qu'il voulait et qu'il avait renseigné sa hiérarchie.

Il est étrange comme le nom et la vie et la carrière ....de cette personne sont restés étrangement inconnus et pourtant la chose a bien existé et ÉNORME .

On dit qu'il a été sanctionné ,mais quand ? Etait-ce vraiment une sanction ou une promotion déguisée en punition ??

Étrange chape de plomb .

Je vois bien la chose suivante :

Au début Sébeille ne voit que Gustave .
Le gendarme 'renseigne' et on voit soudain l'offensive générale du mois de nov 53 .

Au cours de l'instruction on vient de le voir On  commet les pires fautes ....
Au mépris des règle élémentaires à la manifestation de la vérité? au procès?  On coupe la parole etc ..On lève opportunément la séance..
S'ils se sont permis de telles entorses c'est qu'ils avaient des certitudes qui ne pouvaient venir que d'un gendarme ,non pas en faction
 mais en infraction . Question Embarassed

Cette vielle intuition déjà exprimée peut-être trop tôt,revient avec les lumières nouvelles sur les méthodes de l'instruction. Bizarre ,mais ce n'est qu'une intuition au passage ..
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2010-06-04, 14:27; édité 4 fois
Revenir en haut
Picanto
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-03-03, 17:14    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances. L'étagere ,la car Répondre en citant

Bonjour le Forum

A Nikos

Oui, cette histoire de confidence sur l'oreiller je l'ai lue - sans doute dans Guerrier -
sans qu'on lui donne un développement important semblait-il.
Bien sur si c'est le cas, la police et la justice n'allaient pas en faire des gorges chaudes.

Cependant je croyais que l'offensive sur Gaston avait été provoquée tout bonnement
par les avoeux-accusations de Gustave ( pleurs sur l'épaule de Sébeille ) confirmés
par Clovis.

Je vais relire mes leçons. Entre les lignes au besoin...

Cordialement Picanto
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-03, 17:59    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Je viens de perdre un long post à picanto Crying or Very sad par un mauvais clic !
Je vais essayer de le résumer .
Sébeille depuis le printemps préparait sa contre offensive mais avec les seuls éléments qu'il avait . RIEN contre GASTON.
Par contre contre Gustave il avait :Maillet,Ricard,Olivier,R.Perrin. Plus les premiers aveux de Gustave sur la fillette .

Sébeille qui a fait tant de visites surprises à toute la famille les connaît tous par coeur .
Il sait maintenant que par Gaston il n'aura rien.
Que par Gustave avec un bon dossier il pourra le faire craquer .
Le dossier il l'a enfin avec tous les recoupements.

Par surprise le 12 nov, Gustave et Clovis sont emmenés au palais de Digne. La suite on l'a connait. 
La partie de Dominos a payé .

Alors me dira t-on pourquoi n'ont -ils pas embarqué Gaston le 12 avec ses fils ?
Tout simplement (selon moi) parce qu'ils n'avaient "rien" contre Gaston . Ils ne pouvaient le mettre en garde à vue pour des motifs officiels .
Comme a dit quelqu'un qui a bien connu le patriarche : " S'il n'y avait pas eu ce couillon de Gustave le vieux n'aurait jamais rien dit , je dis bien jamais !"
Il devait le ronger son frein contre "le tave" du fond de sa geole . Il a du le maudire cent mille  fois !
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2010-06-04, 14:18; édité 1 fois
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 467
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-03, 21:24    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonsoir à tous,

Je reviens sur l'affaire de la concertation à propos de la carabine. Non pas pour pinailler mais pour préciser les choses. Après Laborde, Guerrier. On s'aperçoit alors que l'histoire n'est pas exactement la même. La différence c'est que Éric Guerrier a eu le dossier en main et cite des extraits des PV. On remarque alors que :

- Clovis est entendu par Sébeille, le vendredi 13 novembre (facile à retenir) à 18h30. Bien que confirmant les accusations de Gustave, il déclare : "j' ignorais que mon père possédait une carabine de ce modèle".  Page 489.

- Après cette audition, Gustave et Clovis sont laissés ensemble. Deniau attribue la faute à Sébeille, écrivant à son propos qu'il commet "une énorme faute, presque inconcevable pour un policier digne de ce nom : il place Gustave et Clovis, en tête à tête, sans témoins, dans la même pièce du tribunal. Ils vont y rester plus d'une heure" (page 132).
Chez Guerrier, les choses se compliquent un peu : il explique que lors de la contre-enquête en août 1955, Chenevier va découvrir en auditionnant Gustave et Clovis que les deux frères se sont concertés à ce propos et qu'un croquis aurait été fait, précisant le lieu où ladite carabine était entreposée. Gustave dit que c'est Clovis qui a fait le croquis, Clovis dit que c'est la police. Le tout, selon Gustave, se serait passé dans le bureau du juge, alors que celui-ci venait de quitter la pièce. Mais il n'y a pas de PV de confrontation. Chenevier auditionne le greffier Barras. Celui-ci va dire alors qu'en effet, tout cela a bien eu lieu et que c'est lui qui a fait le croquis. Mais cela n'est "acté" nulle part. 


- Après cette scène, les deux frères sont laissés ensemble. Puis Clovis est ré entendu un peu plus tard, le 14 novembre à 0h45, cette fois-ci par le juge Périès. Il raconte comment son père lui a avoué avoir tué les anglais et explique qu'il ne connaissait pas la carabine et qu'il supposait alors que son père avait tué avec le fusil Gras. Il précise tout de même qu'il avait vu la Rock-Ola lorsqu'elle avait été sortie de l'eau et lorsqu'elle lui a été présentée ensuite par Sébeille. Et c'est là que le juge lui pose la question qui va bien, lui disant qu'il ne peut parler du fusil Gras alors qu'il avait vu la carabine deux ou trois mois avant que son père lui fasse ses confidences. Page 496-497.

Et c'est là que, pour ma part, j'ai quelques difficultés à comprendre. Car, si j'en crois Guerrier, la concertation avec Gustave a déjà eu lieu, le croquis a déjà été fait, et Clovis continue de dire qu'il pensait que son père avait tué avec le fusil Gras ? Il continue de dire qu'il n'avait jamais vu la carabine avant le 5 août lorsqu'elle a été sortie de l'eau ? Alors que quelques heures avant il expliquait à son frère, devant le greffier, qu'il fallait dire que la carabine se trouvait sur les étagères ? Et il fait cette déclaration au juge en présence, évidemment, du même greffier ?


Alors, ou bien Clovis pensait que Gustave n'allait pas marcher dans cette affaire de croquis et d'étagère, et il préfère revenir à sa version "carabine, je connais pas" ou bien la scène du croquis se situe plus tard. Je ne sais pas mais tout cela est étonnant.

Bref. Quoiqu'il en soit, il est bien certain que c'est au cours de cette audition que Clovis se décide à parler de la carabine sur les étagères. Après l'audition il est remis en présence de Gustave qui lui, sera entendu le lendemain matin.

Ah, cette affaire Dominici !


Quelle simplicité !


Cordialement.
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-04, 05:49    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Salut Gorenflo,
bonjour à tous .

Tout ceci est très intéressante .Comme quoi il ne faut pas se disperser .

Nous allons y réfléchir mais à tête reposée . Fais attention à ta santé .
Citation:

"Ah, cette affaire Dominici !
 Quelle simplicité !
"



Il en ressort déjà que Gustave a été un peu réfractaire a cette histoire d'étagère .
Que Clovis a bien mis la pression.
Que Gustave leur a semblé si peu enclin à s'en tenir à cette version qu'ils ont laissé Clovis toute une nuit avec ce "couillon" pour qu'il comprenne enfin qu'il y allait de son intérêt de dire 'qu'elle était sur l'étagère' .

Cela voudrait donc bien indiquer  que cette carabine venait "d'ailleurs" ,mais un "ailleurs" inavouable parce que encore plus destructeur ? (en mettant zézé au milieu par exemple .?)..Ou bien cela signifiait simplement que Gustave ne voulait pas dire qu'ils avaient la carabine chez lui de peur qu'il soit aussi inquiété pour complicité ..et alors, pas si "couillon" le GUSTAVE !

Boudiou quelle affaire !
Tè ! Gorenflo je t'emprunte ton mur deux secondes .Merci !
" Ah, cette affaire Dominici !

Quelle simplicité !
"






A bientôt .
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2010-06-04, 14:29; édité 1 fois
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-04, 05:58    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Ps .Je voudrais ajouter que le livre de Guerrier prend toute sa dimension de livre unique  quand on lit l'analyse des circonstances  dans lesquelles les aveux se sont déroulés .P.481 et suivantes. C'est le Guerrier comme on le voudrait tout .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 467
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-04, 07:07    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour Nikos,
Bonjour à tous,

Je ne sais pas si on peut dire que Gustave a été réfractaire. Si le "timing" donné par Guerrier est exact, en effet, on pourrait le penser. Mais, par définition, cet épisode des deux frères ensemble, du croquis fait par Barras, et toute cette situation de la nuit ne figure dans aucun procès-verbal. Ce dont on est certain c'est que Clovis est entendu à 18h30 par Sébeille, puis à 0h45 par Périès.

A quel moment se situe la concertation ? Avant Périès ? Après ? Pour Laborde c'est après. Mais Laborde, que je sache, ne parle pas de l'audition de 0H45. Lorsqu'on le lit, Clovis a été entendu par Périès à son arrivée au palais de justice ce qui, manifestement, est erroné. A son arrivée au palais, Clovis est entendu par Sébeille.

Pour Guerrier, la première concertation avec le fameux croquis a lieu entre les auditions de Sébeille et Périès. Après l'audition par Périès, les deux frères sont remis ensemble.

Ce qui apparaît malgré tout c'est que Clovis est bien "à la manœuvre" comme dit Guerrier.  Donc, si l'un des deux frères est plus réticent que l'autre pour cette histoire de carabine c'est bien Gustave. Pourquoi ?

Nikos a écrit:

Ou bien cela signifiait simplement que Gustave ne voulait pas dire qu'ils avaient la carabine chez eux de peur d'avoir des ennuis supplémetaires ?
Et qu'il soit aussi inquiété pour complicité ..et alors, pas si "couillon" le GUSTAVE !
 

Eh oui ! C'est bien ce qui semble émerger. Si on suppose une seconde que la carabine appartenait réellement à Gustave, on peut bien comprendre qu'il n'avait aucun intérêt à le raconter. Il était déjà dans le collimateur et comme il faut ! N'oublions pas le témoignage du docteur Morin à propos de la carabine.

Cordialement. 
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 467
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-04, 09:03    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Petite suite, en deux mots :

Si, en revanche, Clovis décide de rendre le père propriétaire de la carabine, il contribue ainsi à le charger un peu plus. Il avait déjà déclaré, après Gustave, que le père avait tué. Mais il disait ne pas connaître la carabine, comme Gustave. Puis, changement, il décide d'attribuer la carabine à Gaston.

Ce faisant, il contribue à rendre plus cohérente la charge contre celui-ci. Pourquoi ne pas l'avoir dit tout de suite ? Pourquoi ne pas avoir déclaré immédiatement que Gaston était le propriétaire ? Cette retenue n'a aucun sens, hormis le fait que, tout simplement, Gaston n'était probablement pas le vrai propriétaire. C'était quelqu'un d'autre. Sauf que si c'est quelqu'un d'autre, il va falloir que le quelqu'un fournisse des explications.

On peut donc penser raisonnablement que la manoeuvre ne consiste pas véritablement à accabler Gaston mais plutôt à soulager quelqu'un d'autre. Le "quelqu'un d'autre" vrai propriétaire de la carabine.

Suivez mon regard.

Et si on veut soulager celui-ci c'est qu'on a peut-être de bonnes raisons pour cela. Sinon, il aurait été facile de dire, dès le départ, que le père avait tout fait, même avec une carabine appartenant à quelqu'un de la famille. Quelqu'un qui était complètement hors du coup, qui n'avait pas fourni l'objet, qui dormait dans son lit.

Cordialement.
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-04, 10:23    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

salut Gorenflo,
Bonjour à tous,
Jolie suite de raisonnements qui est tout l'intérêt de ce type d'échanges en direct.

Tout semble être cadré dans cet étrange ,mais bien réelle, pression de Clovis sur Gustave.

Citation:

Ce faisant, il contribue à rendre plus cohérente la charge contre celui-ci. Pourquoi ne pas l'avoir dit tout de suite ? Pourquoi ne pas avoir déclaré immédiatement que Gaston était le propriétaire  


On pourrait encore répondre à cette question que tant que Gustave ne s'était pas dégagé des soupçons et tant que CLovis n'était pas certain que la police le laisserait de côté, il lui était difficile de "charger"son frère à ce point .
Gustave fragilisé et déclaré trot tôt "propriétaire"  de la carabine risquait de prendre tout sur le dos . 

Du coup, cela expliquerait ,si cette suggestion tenait la route, qu'il n'y a pas eu entente(complot) auparavant pour dire qu'elle était sur l'étagère et que ce n'est qu'après les aveux de Gustave que la chose est apparue faisable à Clovis .
Il a donc fallu, après que Sébeille se rende compte que cette discordance sur l'usm1 risquait d'ouvrir une brèche à la défense, qu'il prenne la responsabilité de l'entente de Gustave avec Clovis . (d'où ces apartés dans la pièce à coté dont parle Guerrier et non objet de pv .)
On remarque ,ce qui renforce bien l'idée d'un 'arrangement', qu'à chaque fois le juge Péries prend bien soin de sortir du bureau ,et de ne pas être au milieu physiquement.
C'est barras qui est chargé de cela, mais ni Sébeille , ni Périès par la suite ne seront accusés par Gustave ,qui dira simplement "la police" ,mais qui précisera "Barras" .
"Allez y Barras , on vous couvre !"

Mais cette hypothèse, n'annule pas l'autre qui voudrait en effet que zézé n'avait pas à être mêlé au triple crime .

Gorenflo ? Tu as toujours ton mur ? Prête le moi encore un peu .STP . 
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2010-06-04, 14:32; édité 1 fois
Revenir en haut
jessy
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-03-04, 15:12    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour ,
et bien ça phosphore entre nikos et gorenflo. je dis bravo! et tout ceci est passionnant.
On voit cette affaire sous un jour different du debut ,enfin pour moi qui etait oie blanche à ma première lecture .
Comme quoi vous avez raison de dire qu'il faut avoir lu tous les livres sur ce crime .En croisant on peut trouver encore des spécificités.
Si donc les deux freres ont compris que l'etagère etait leur "planche de salut" comme dit nikos - humour-, on comprend mal pourquoi le commissaire Sébeille n' a pas pensé que gustave etait aussi dans le coup avec tous ses mensonges puisque la carabine était à sa portée?
pour négliger toutes ces pistes que savaient-ils exactement du rôle de chacun ?
on dirait que tout le monde a agit comme un seul robot pour en finir .
Revenir en haut
Picanto
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-03-04, 19:28    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances Répondre en citant

Ah Jessy ! Oui c'est passionnant ces échanges entre les ténors.

Mais s'ils en sont à se frapper la tête contre le mur ( celui du silence peut-etre ) ,
que nous reste-t -il à faire ? nous les choristes...

Cordialement, bonne soirée

Picanto
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-04, 19:59    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonsoir à tous ,
Picanto et jessy,

Citation:
 commissaire Sébeille n' a pas pensé que gustave etait aussi dans le coup avec tous ses mensonges puisque la carabine était à sa portée?


Si on était tant soit peu mauvais esprit on dirait que Sebeille n'a pas inquiété Gustave car il savait que celui-ci n'y était pour rien.
Ou encore : qu' Il a fait l'impasse sur Gustave du moment qu'il tiendrait Gaston "pour de bon" enfin.

Ou bien aussi : Pour avoir son dossier bouclé ,que c'est lui qui a suggéré à Clovis de s'en tenir aux étagères . Dans ce cas Clovis aurait pu rassurer Gustave sur la neutralité bienveillante de la police ...

Mais voyez vous comme on n'est pas des mauvaises langues on ne le dira pas ..

Picanto en attendant  pourrais-tu nous servir un baby ? Merci .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 467
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-04, 20:56    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonsoir à tous,

Nikos a écrit:

On pourrait encore répondre à cette question que tant que Gustave ne s'était pas dégagé des soupçons et tant que CLovis n'était pas certain que la police le laisserait de côté, il lui était difficile de "charger"son frère à ce point .
Gustave fragilisé et déclaré trot tôt "propriétaire"  de la carabine risquait de prendre tout sur le dos . 


On peut comprendre, en effet, que Clovis répugnait à dire que son frère était le véritable détenteur de la carabine, si tel était le cas. D'abord ça ne pouvait qu'orienter des regards soupçonneux vers Gustave. Mais c'était surtout très gênant si Gustave avait quelque chose à voir dans la tuerie. Car dans ces conditions : soupçons de la police à l'encontre du véritable propriétaire logiquement plus à même d'avoir utilisé la carabine (ou au moins de l'avoir prise avec lui pour aller faire un tour de braconnage) + conscience du même homme qu'il était coupable de certaines choses = fragilité importante de l'intéressé (tout le monde ne s'appelle pas Gaston).

On peut présumer, dans cette hypothèse, que Clovis est bien conscient des risques. Et nous avons dit depuis longtemps que dans cette affaire, l'attitude de Clovis s'explique moins par la haine qu'il pourrait vouer à Gaston que par son obsession de protéger son frère.

" Et si, sur le fond de ses accusations, Clovis est sincère, il ment dans la forme pour les présenter, d'une manière qui n'attire pas trop de "graves ennuis" à Gustave. Ce pourrait être la raison des mensonges de Clovis, mensonges qui lui apparaissent secondaires à l'égard de l'essentiel : la culpabilité de son père". Page 129, "20 ans après le drame de Lurs, Toute la Vérité" Charles Chenevier. 

Et du coup, la thèse du commissaire "coucou" reprend des couleurs.

Mais peut-on penser que Gustave aurait été capable d'abattre les parents Drummond ?

Et surtout, pour quel motif ? La colère chez Gaston paraît tout à fait envisageable. Mais chez Gustave ? Il n'est pas décrit comme un homme violent et emporté.

Cordialement.
Revenir en haut
jessy
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-03-05, 09:19    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

bonjour le forum
gorenflo,

On voit combien après votre excellent post combien tout est compliqué dans cette affaire.

Certes si gustave n'a pas tout déclenché il reste Roger ou gaston . On peut difficilement sortir du trio .
et peut-être qu'ils y étaient tous les trois et que devant l'ampleur du désastre le plus responsable et le plus agé a été mis en avant ?

comme vous dites :quelle famille !
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-05, 09:29    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour à tous ,
Je vous rejoins Jessy sur votre appréciation du post de Gorenflo qui laisse les portes ouvertes sur quelques surprises encore possibles tout en sériant clairement les "avancées"sur ce sujet .
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-06, 09:00    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour à tous ,

Dans la série "Comment Clovis  a fait pour gommer le plus possible de dégats collatéraux " un nouvel eclairage sur son comportement avant et pendant les aveux nous montre que celui ci a bien manoeuvré.
Son souci: fixer le crime sur le "vieux", sauver les comparses éventuels ,volontaires ou non ,des griffes de la police,du massacre.

Si on étudie de plus près ce que raconte zézé on voit, parmi ses mensonges quant à son emploi de temps du 5, qu'il dit avoir appris le crime par Roure le matin vers 7h, puis par d'autres ce qui s'est avéré fantaisiste.
Roure dément formellement.

Un an plus tard Faustin Roure va déclarer qu'il a en effet appris le crime à zézé vers 7h ! 
Il n'y a rien qui vous chante aux oreilles ?

Qui était Roure pour Clovis ?
Que s'est-il passé entre temps ?
Pourquoi Roure fait -il cette déclaration un an après alors qu'il aurait rendu un meilleur service à zézé en la faisant un an plus tôt ?

La réponse maintenant saute aux yeux que nous savons le but de Clovis grand protecteur des cadets ... Shocked

("...et toi, même si on te frappe tu ne dis rien ".  Clovis à zézé .)

Je crois, sans répondre desuite à cette question, que 'deux' ont du commettre quelque chose de moins grave que Gaston ne fit. 
Que ce "moins grave" dans l'échelle du crime était déjà trop grave aux yeux de la loi .
Trop pour ne pas tout faire pour sortir du cercle infernal zézé et Gustave.

Alors on peut imaginer ce qui a pu se passer entre Clovis et Roure .
Roure grand ami et confident de Clovis a qui ce dernier avait dit très tôt :"C'est le vieux qui a fait le coup"..en patois .

Et maintenant ce qui s'en est suivi me parait logique,limpide .".Alors puisque tu es sûr que les jeunes y sont pour rien je suis d'accord pour aider zézé a se sortir de la toile d'araignée " ...Tu as raison,Clovis,je vais dire que c'est moi qui l'ai averti le matin, sinon ils vont le pincer aussi"...et avec lui Gustave .
C'est mon avis , mais on peut se tromper   ..
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2010-06-04, 14:15; édité 1 fois
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 467
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-06, 13:57    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour Nikos,
Bonjour à tous,

Nikos a écrit:

Je crois, sans répondre desuite à cette question, que 'deux' ont du commettre quelque chose de moins grave que Gaston ne fit. 
Que ce "moins grave" dans l'échelle du crime était déjà trop grave aux yeux de la loi .
Trop pour ne pas tout faire pour sortir du cercle infernal zézé et Gustave.


Tout à fait d'accord. Sans preuves, évidemment, mais c'est bien l'explication qui semble cadrer le mieux avec les attitudes des uns et des autres. Clovis n'était pas juge et, par conséquent, n'était pas là pour faire appliquer la loi. Il n'avait aucune envie de voir son frère et son neveu se faire planter à cause de la folie et des excès de Gaston. Donc, pour épargner ceux auxquels il tient, il se voit contraint, dos au mur, de  charger Gaston.

Mais cela ne veut pas dire que les deux autres sont blancs comme neige. Certes, on peut penser que Gaston est un salopard cynique qui n'a aucun scrupule. Mais sa mise en cause de Gustave et Zézé a bien existé. Elle n'est pas allée très loin, d'accord. Mais peut-on penser qu'il aurait parlé ainsi si les deux autres avaient été totalement étrangers à l'affaire ?  Que pouvait-il espérer en accusant des gens qui n'avaient rien à voir dans les crimes ? Que, pour lui faire plaisir, les deux autres s'accusent de choses qu'ils n'avaient pas commises ? Je crois qu'il pouvait attendre longtemps.

Si Gaston les a accusés, c'est qu'ils devaient être dans le coup. Mais à quel degré ? C'est tout le problème. Ils n'étaient probablement pas les auteurs principaux sinon Gustave n'aurait pas osé accuser son père, au risque de prendre le retour de bâton. Mais pour que Gustave se rétracte comme il l'a fait on peut penser qu'il craignait ce que pouvait dire Gaston, au delà de la pression familiale.

Pour ma part, je crois qu'ils se tenaient réciproquement. Avec un avantage à Gustave sur Gaston qui devait faire des révélations et qui n'a rien fait du tout. Probablement parce qu'il avait beaucoup à redouter. Et ce beaucoup ne peut se trouver que dans la mort d'Elizabeth.

Cordialement. 
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-03-07, 11:02    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour à tous
salut gorenflo.



Citation:
Pour ma part, je crois qu'ils se tenaient réciproquement. Avec un avantage à Gustave sur Gaston qui devait faire des révélations et qui n'a rien fait du tout. Probablement parce qu'il avait beaucoup à redouter. Et ce beaucoup ne peut se trouver que dans la mort d'Elizabeth 


D'accord aussi avec ce résumé.On imagine, si Gustave avait parlé quand le président Bousquet lui a coupé la parole,quel grand chambardement
il s'en serait suivi. 

"Ils se tenaient réciproquement."

1er rôle:     Gaston ?
2eme rôle:  Gustave?
3eme rôle: dans celui de "l'apporte-flingue" et du "porteur d'enfant": Zézé ?
Rôles de figurants : Maillet qui connaissait l'arme depuis le libération?
                           :  Clovis qui s'en servait et l'entretenait et qui l'avait prêtée à zézé?

Mais ceux qui ont oeuvré pour tenir la fillette immobile et l'autre pour l'achever : Gaston/Gustave-Gustave /Gaston  ?
Je verrais bien zézé dans le coup ,mais ce qui me gêne c'est son assurance par la suite ,doublé du fait que la police et la justice ,qui devait en savoir un peu plus Rolling Eyes  qu'on ne l'imagine ..L'ont protégé ,du moins visiblement épargné.

Et nous avons vu que Sultan et Deniau ont également trouvé cette "protection" étrange ...et que Madeleine Jacob l'aurait bien vu dans le rôle principal ..
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Bonanza
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2009-03-07, 11:21    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour à tous.

Salut Nikos.







Citation:
Et nous avons vu que Sultan et Deniau ont également trouvé cette "protection" étrange ...et que Madeleine Jacob l'aurait bien vu dans le rôle principal ..





Dans le prochain livre sur l'affaire, celui que ROGER écrira, il nous dira qu'il a assisté à tout " Les mains dans les poches ",la petite sur ses épaules!

Et ça, je serais tenté de le croire!


Salutations.             
Revenir en haut
Admin
plus

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 186
Localisation: Sud ouest
Masculin

MessagePosté le: 2009-04-02, 10:08    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Guerrier à ecrit :


Citation:
CONCLUSIONS:
À cause du défaut de poinçon, il n’est pas soutenable que Gaston ou Gustave ait pu acheter la carabine à l’armée américaine en 1944. Et lors de la perquisition de 1948, aucune carabine n’a été trouvée à la GT.

À cause l’absence de réparation de la hausse, l’arme de guerre vue par le Dr Morin chez Gustave en été 1951, ne peut pas être la carabine US.Au vu des expertises, il est matériellement prouvé que la carabine était lubrifiée avec le même mélange que les autres armes de Clovis, différent de lubrifiant utilisé à la GT.
Il est donc probable que la carabine a été récupérée par Maillet lors d’un parachutage ; qu’il l’a ensuite passée à Clovis qui l’entreposait à La Serre ; qu’elle a été ramenée par Gustave et Zézé au soir.

Il a été formellement établi par la contre-enquête que Clovis et Gustave s’était entendus pour désigner l’étagère du bas et que les policiers avaient maladroitement utilisé l’argument en donnant cette localisation à Gaston. Et que Clovis avait tenté de changer d’étagère en apprenant que son père avait désigné celle du haut.

Il apparaît donc que la carabine n’a sans doute jamais été entreposée dans le hangar.
Bien sûr, demeure la question de savoir pourquoi Gaston a fait des aveux en reprenant le scénario des policiers, y compris sur la localisation de la carabine, qui ne correspondent pas matériellement à ce qu’il s’est réellement passé.
 Là se trouve la clé de l’énigme, bien sûr.
Mais, déjà, la logique de Gaston n’était sûrement pas la nôtre.

Nota bene : ceux qui croient que mes argumentations sont subrepticement destinées à valider l’hypothèse du commando, noteront que je démontre que cette carabine n’aurait pas pu être amenée par ledit commando, et a donc été utilisée par l’un des Dominici présents cette nuit-là à la GT.
Mais elle n’a sans doute jamais été dans le hangar ni appartenu à Gaston. Et, sur ce point, la contre-enquête a parfaitement établi un « complot » deux frères à l’instigation de Clovis.

Je rappelle également que cette appartenance de la carabine à Gaston et sa localisation dans le hangar sont les seules preuves matérielles accablant Gaston.
Alors, si elles ne tiennent pas…

Cordialement à tous





Il y a de la matière à réflexion dans ces quelques lignes ..
_________________
Très cordialement .
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2009-04-03, 22:55    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonsoir à tous ,
bonsoir guerrier
Citation:

Je rappelle également que cette appartenance de la carabine à Gaston et sa localisation dans le hangar sont les seules preuves matérielles accablant Gaston. Alors, si elles ne tiennent pas..


Certes on ne peut dire que cela contribue à éclairer cette affaire de menteurs .Mais le fait que la carabine ait pu être ailleurs que
 sur l'étagère ce soir là ne fait pas automatiquement de Gaston un étranger à l'affaire , un innocent.

On a vu que les trois Dominici ont de concert reconnu avoir vu la carabine (avec ou sans étagère ) et qu'a de nombreuses
reprises Gaston, non pas nier la connaître, confirmera que c'est Clovis qui l'a bricolée "je t'ai vu".
Qu'Aimé prenant connaissance dans la presse que Sébeille avait trouvé une Rock Ola dans la Durance se met à pleurer comprenant tout ce que cela signifiait  de culpabilité pour sa famille et il se rapplique "dare dare" d'Eyrargues (13) où il était fermier  .
Que Clovis tombe en tremblant à genoux quand Sébeille la lui montre .
Que les expertises ont démontré que la USM1 était bien graissée à l'huile d'olive à la méthode Clovis .
...et que s'ils n'avaient pas dit qu'elle était à eux on ne l'aurait jamais su .

Et que si un tueur professionnel avait emmené avec lui une telle pétoire pour commettre un crime commandité , il aurait fallu l'enfermer à Montfavet !
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2010-06-04, 14:33; édité 2 fois
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 603
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2010-06-04, 08:24    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour ,

Cliquer sur l'image pour l'agrandir .

Illustration des post ci-dessus .

Ce cliché a bien été pris par Mario Ansaldi lequel avait été réquisitionné sur place par le juge Périès .
C'est le même qui a pris les trois fameuses avec Gaston , Gustave et Clovis désignant l'étagère .
Son frère , lui , a filmé la scène de la reconstitution dont ont été tirées les photos que nous en connaissons .

Ce film a disparu .

L'étagère , l'endroit" neutre "(Chenevier ) qui arrangeait tout le monde .
_________________
Cordialement .


Dernière édition par Nicolas le 2010-06-04, 14:34; édité 3 fois
Revenir en haut
LA SARDINE


Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 8
Localisation: les mées
Féminin

MessagePosté le: 2010-06-04, 09:37    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour à tous

Belle bataille d'arguments que je viens de lire. Ici du coté des alpes de haute Provence, les vieux disent, ceux qui ont connu cette affaire, que Gaston Dominici ne peut pas être le seul coupable, il a forcément eu de l'aide pour accomplir son crime. Qui ? Gustave et Roger ? Ce sont souvent ces deux noms qui reviennent sur les lèvres des gens. Dans quel ordre ? Nul ne sait. Il faut se replacer dans le contexte de l'époque d'après guerre, nous sommes en pleine eaux troubles, politique, résistance, et pressions judiciaires. Parfois la vox populis a ses fondements. Quelques fois le nom de Paul maillet est évoqué, surtout pour la carabine USM1 rock-Ola, elle serait issue d'un parachutage et distribution dans les maquis de la résistance.. Cela reste encore à démontrer, combien de langues se sont tues. Les esprits étaient encore imbibés des exactions de la libération.
Revenir en haut
rené
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 2010-06-04, 15:30    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab Répondre en citant

Bonjour à tous ,
la sardine a ecrit :
Citation:
Gaston Dominici ne peut pas être le seul coupable, il a forcément eu de l'aide pour accomplir son crime. Qui ? Gustave et Roger ? Ce sont souvent ces deux noms qui reviennent sur les lèvres des gens


il y a de la sagesse dans la vox populi .

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:39    Sujet du message: Quand la justice a besoin de concordances.L'étagère,la carab

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Index du Forum -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> Les interrogatoires,les aveux de Gustave, Clovis et Gaston : Nov 53. La Reconstitution .. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com