l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs  Index du Forum

l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs
La vérité sur le triple crime le plus célèbre .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La méthode Gustave . Inoui !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Index du Forum -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> Le procès de Digne ..
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-01-29, 23:32    Sujet du message: La méthode Gustave . Inoui ! Répondre en citant

Bonsoir ,

Chez Gabriel Domenech nous pouvons lire cet extrait du procès de Digne .

Le président interroge Gustave Dominici . Vous jugerez des mensonges de ce dernier .

"Plus menteur..... tu meurs! "  Disait l'autre ..


TOUTE L'AFFAIRE DOMINICI
LE PROCES DU SIECLE
279
Le président Bousquet. — Par conséquent, vous êtes passé par le campement ?
Gustave  Dominici.    A   côté   !
Le président Bousquet. Et vous n'avez pas remarqué le lit de camp ? Est-ce que vous avez pensé aux Anglais en entendant des coups de feu dans la nuit ?
Gustave Dominic'. — Non ! On n'a pas com­pris d'où venaient les coups de feu.
Le président Bousquet. Et vous l'avez dit, pourtant ! Et vous êtes passé à côté du campement le matin, sans penser à ces coups de feu dans la nuit ?
Gustave Dominic!. — Non ! je n'ai pas pensé que c'étaient ces gens qui avaient été attaqués.
Le président Bousquet. Bon ! Et vous êtes passé par le pont ?
Gustave Dominici. — Oui ! Et c'est là que mes yeux se sont portés sur la gosse. Et c'est là qu'il m'a semblé qu'elle bougeait le bras.
Le président Bousquet. — Vous avez dit qu'elle râlait et vous avez été condamné pour cela, Mon­sieur Gustave Dominici !
Gustave Dominici. — J'ai dit que j'avais vu le bras gauche bouger, mais je ne savais pas qu'elle était vivante.
Le président Bousquet. — (en criant). Comment ! Elle bougeait le bras et elle était morte ? Vous avez dit qu'elle râlait !
Gustave Dominici. — Non, je ne l'ai pas dit. J'ai parlé seulement du bras.
Le président Bousquet. — (stupéfait). Vous avez été condamné parce que vous aviez vu cette fillette vivante, et aujourd'hui vous dites qu'elle était morte ? C'est incroyable I
Gustave Dominici. — (obstiné). J'ai vu seulement le bras bouger.


Le président Bousquet. — Et après, qu'est-ce que vous avez pensé ?
Gustave Dominici. — Je n'ai rien pensé. C'est Clovis qui m'a dit...
Le président Bousquet. — Laissez Clovis tran­quille !
Gustave Dominici. — C'est Clovis qui m'a vendu !
Le président Bousquet. — (sursautant). Comment ? Alors, c'est Clovis qui a trahi tout le monde ici ?...»
Dans la salle, un brouhaha règne, s'accentuant à chaque réponse de Gustave. Tout le monde est littéralement ahuri par la façon dont le jeune fermier s'acharne à mentir.
Le président Bousquet. — Qu'avez-vous fait après ? Qu'avez-vous pensé ?
Gustave Dominici. — J'ai pensé à donner l'a­lerte.
Le président Bousquet. Non ! avant ? Vous l'avez dit aux policiers ce que vous avez pensé !
Gustave  Dominici. —  Rien   ! je  n'ai  rien  pensé.
Le président Bousquet. — Si Monsieur I Vous avez pensé à ne pas mettre des empreintes sur le corps de la fillette pour ne pas avoir d'ennuis avec la police... Bon ! Et sur la route, vous avez vu la Vespa suisse. Vous ne l'avez pas arrêtée... Et vous avez arrêté seulement M. Olivier.
Gustave Dominicï. Oui.
Le président Bousquet. — Où étiez-vous alors  ?
Gustave Dominici. — Je suis sorti du chemin de terre. J'ai vu Ollivier et je lui ai fait signe.
Le président Bousquet. — Non ! M. Ollivier vous a vu surgir de derrière la voiture.
Gustave Dominici. Ce n'est pas vrai ! Il y avait ma mère sur la route.
Le président Bousquet. — Ça, c'est une autre histoire ! Et pourquoi avez-vous reconnu par la suite que M. Ollivier avait raison ?

280


TOUTE L'AFFAIRE DOMINIGI
LE PROCES DU SIECLE


281
Gusfave Dominici. — Je l'ai reconnu, mais il men­tait.
Le président Bousquet. — Ah ! Et les policiers, peut-être, vous l'ont fait dire ? Et M. Ricard, vous ne l'avez jamais vu sur la route ?
Gustave Dominici. — Non ! je l'ai déclaré comme suspect à la police.
Le président Bousquet. — (sursautant). Comme suspect I... Ça c'est le comble. Vous avez dit que vous aviez entendu des voix et que vous vous étiez couché dans le ravin. Puis vous avez dit que vous aviez retourné le corps de Lady Drummond pour voir si elle était vivante.
Gusfave Dominici. — Eh  bien,  là,  j'ai  menti   !
Le président Bousquet. Ah ! Et vous avez menti constamment !
Me Pierre Charrier. — (qui ne se souvient pas avoir défendu Gustave en 1952). C'est si innocent le mensonge, Monsieur le Président !
Le président Bousquet. — (ironique). Ah oui ! avec cette tête et ces yeux si purs I... (reprenant). Et pour sir Drummond, vous n'avez pas eu besoin de retourner le corps pour vous rendre compte qu'il était mort ? Alors que pour Lady Drummond, il a fallu que vous retourniez le corps ?
Gusfave Dominici. — Tout cela, c'est faux  !
Le président Bousquet. Ab l bon ! Et à quelle heure avez-vous vu Roger Perrin, le matin de !a dé­couverte du crime ?
Gusfave Dominici. A  8 ou  9  heures.
Le président Bousquet. — Comment est-il arrivé ?
Gusfave Dominici. A  bicyclette.
Le président Bousquet. — Vous ne l'avez pas rencontré sur la route ?
Gustave Dominici. Je  ne me  souviens  pas. Le président Bousquet. — N'étiez-vous pas avec votre père, sur la route ?


Gusfave Dominici. — Non  ! j'étais sur mon vélo.
Le président Bousquet. Quand vous êtes re­venu sur les lieux du crime, qu'avez-vous fait ?
Gustave Dominici. — II y avait un gendarme et je lui ai montré des traces de pas sur le talus.
Le président Bousquet. — Et vous n'avez pas dit à cet instant que vous aviez vu la fillette bouger... Et à votre femme, qu'est-ce que vous lui aviez dit ?
Gusfave Dominici. — J'ai dit que j'avais vu la fillette, et qu'il m'avait semblé qu'elle avait bougé le bras I
Le président Bousquet. — Et voilà ! Ça ne vous a .rien fait de plus., à vous et à votre femme... Et vous avez eu une parole terrible, Gustave Dominici ! Vous avez dit : « J'ai cru que c'était ses parents qui l'a­vaient tuée, cette petite fille ! » (Rumeur de pro­testation dans la salle). C'est atroce cela, Monsieur Gustave Dominici I Vous l'auriez fait, vous, cela ?
Gustave  Dominici.    Moi   ?  Non.
Le président Bousquet. — Alors, pourquoi en ac­cuser les autres ?
Gustave Dominici. — Ça se voit tous les jours ! (longue rumeur de réprobation).
Le président Bousquet. Quoi ? Ça se voit tous les jours que les parents tuent leurs enfants ? Mais vous êtes terrible ! Et ces pauvres parents dont la fillette agonisait, vous n'avez pas pensé à aller les prévenir tout de suite ?
Gusfave Dominici. Je ne savais pas que c'é­taient ses parents.
Le président Bousquet. — Comment ? Oui, vous le saviez I
Gustave Dominici. — (qui ne sait plus comment s'en sortir). Et puis d'abord, toutes mes déclarations, c'est des mensonges !
Le président Bousquet. —  Ça c'est le  comble  I


_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 2012-01-29, 23:32    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-01-30, 09:41    Sujet du message: La méthode Gustave . Inoui ! Répondre en citant

Bonjour ,

Citation:
Gustave Dominici. — (qui ne sait plus comment s'en sortir). Et puis d'abord, toutes mes déclarations, c'est des mensonges !



Et il s'en est sorti sans aucune condamnation !!

_________________
Cordialement .
Revenir en haut
gorenflo


Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 1 465
Localisation: BdR
Masculin

MessagePosté le: 2012-01-30, 14:51    Sujet du message: La méthode Gustave . Inoui ! Répondre en citant

Bonjour Nicolas,
Bonjour à tous,

Nicolas a écrit:
Et il s'en est sorti sans aucune condamnation !!



Eh oui, il s'en est sorti sans condamnation. Mais comment faire autrement ? Bien que nous soyons nombreux à avoir la conviction que, dans cette affaire, Gustave est loin d'être clair, que peut-on lui reprocher, précisément ?

Il a toujours nié les faits en ce qui concernait sa participation aux crimes, il n'a jamais été accusé de manière précise par Gaston, il n'a jamais été mis en cause par Clovis ou quelque autre témoin, il n'a jamais reconnu être propriétaire de la carabine. Comment faire pour condamner quelqu'un avec de telles "billes" ?

Face à lui, Gaston a été accusé par ses deux fils, il a reconnu les faits à plusieurs reprises (avant de se rétracter), il a reconnu à un moment que la carabine était à la Grand Terre depuis le passage des troupes américaines (avant, là encore, de parler de Gustave), il a mis en cause Gustave et Zézé avant de faire une rapide marche arrière et de ne plus y revenir.

Bref, si on les met chacun dans un plateau de la balance de la justice, on ne peut pas dire que lesdits plateaux sont à l'équilibre. Ca penche bien fort du côté de Gaston. Ce qui ne veut pas dire que Gustave est un brave petit, réveillé en sursaut par les coups de feu et découvrant le désastre une fois consommé.

Amicalement.   
Revenir en haut
Nicolas


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 4 602
Localisation: rhone-alpes
Masculin

MessagePosté le: 2012-02-07, 08:10    Sujet du message: La méthode Gustave . Inoui ! Répondre en citant

Bonjour  ,

Citation:
Gustave Dominici. — Eh bien, là, j'ai menti !Le président Bousquet. — Ah ! Et vous avez menti constamment !Me Pierre Charrier. — (qui ne se souvient pas avoir défendu Gustave en 1952). C'est si innocent le mensonge, Monsieur le Président !Le président Bousquet. — (ironique). Ah oui ! avec cette tête et ces yeux si purs ...




Oui mais ils " l'ont fait fumer tant qu'il voulait et pas manger ni de (sic) boire  " alors vous pensez M. le président ...on peut lui accorder les
circonstances exténuantes !
http://www.ina.fr/economie-et-societe/justice-et-faits-divers/video/CAB9600…
_________________
Cordialement .
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:48    Sujet du message: La méthode Gustave . Inoui !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    l'Affaire Dominici-Le crime de Lurs Index du Forum -> l'Affaire Dominici ou le crime de Lurs ,60 ans après. -> Le procès de Digne .. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com